ECO? Michel Nadim encense Ouattara et dézingue le Nigeria et les critiques du francs cfa

Michel Nadim Kalife est un économiste bien connu au Togo, qui milite ouvertement pour que l’Afrique reste dans le champ d’influence de la France, à travers entre autres le maintien du franc cfa.
Dans cette interview, il dézingue littéralement le Nigeria et le Ghana, deux États ouest-africains qui sur le long-terme sont à mesure de remettre en cause la mainmise de la France sur les 8 pays de la zone UEMOA.
Nadim Kalife dresse un scénario catastrophe pour l’ECO, une fois Ouattara aura quitté le pouvoir, théoriquement après la présidentielle de 2020 en Côte-d’Ivoire.

Eco ou Franc CFA? les cinglantes réponses de Michel Nadim Kalife

Interview réalisée par FinancialAfrik

Evénement de l’euro et la disparition du Franc CFA suscitent un débat vif dans l’espace public africain. Pour l’économiste togolais, Michel Nadim Kalife, la monnaie et le populisme ne font pas bon ménage.

(…)

La nouvelle monnaie mettra-t-elle fin aux mécanismes du Franc CFA tant décriée par le camp des anti- CFA?

Les anti-CFA font dans l’émotion. Le Franc CFA est une monnaie garantie par le Trésor public français sur la base de 1€=655,957FCFA tant que la BCEAO le souhaitera en respectant les règles de convertibilité prévues dans leurs accords de change illimité. Et parmi ces conditions, il y a le fait que la BCEAO doit déposer 50% de ses réserves sur le compte du son garant, le Trésor public français, ouvert à la Banque de France, moyennant rémunération de ces dépôts à un taux supérieur de 0,65% par rapport au taux international de rémunération à vue (pourquoi à vue, parce que ces dépôts varient d’une seconde à l’autre pour payer les importations de la zone UEMOA). C’est cela que ne comprennent pas les anti-FCFA parce qu’ils n’ont jamais été de grands importateurs ni servi dans l’un des 32 comptes d’opérations de la BCEAO, dont le plus important est celui ouvert à la Banque de France, qui, seul, rémunère les dépôts de la BCEAO à 0,65%, au dessus du taux pratiqué par les 31 autres comptes ouverts à travers le monde. C’est pourquoi, au lieu d’y déposer les 50% obligatoires, les Banques centrales africaines (BCEAO, BEAC) y déposent la quasi totalité des réserves pour obtenir un supplément annuel d’intérêts de 50 à 80 milliards FCFA par an, selon les années. Mais, les anti-FCFA ignorent tout cela, parce que leurs meneurs, pourtant bien informés de la chose, se gardent bien de les en informer pour pouvoir mieux les mener comme des moutons de Panurge… C’est déplorable ! Donc, pour en revenir à la monnaie commune, l’ECO, elle ne deviendra unique qu’après que tous les 15 pays de la CEDEAO aient réussi à stabiliser le change de chacune des monnaies nationales, ce qui va permettre de remplacer chaque monnaie nationale par l’ECO, sans problème, puisqu’elle lui est devenue équivalente tout en ayant l’avantage de favoriser les échanges entre les 15 pays de la CEDEAO du fait qu’il n’y aura plus de problème de change entre leurs anciennes monnaies nationales. Mais la grave question qui se présente est la suivante: Combien d’années de bonne gouvernance faudra-t-il pour les 6 pays à monnaie nationale (Naira, Cedi,dollar libérien, livres gambienne et de Sierra Léone, Franc guinéen) pour rejoindre les critères de convergence de l’ECO ? Par contre, seuls le Franc CFA, dont les 8 pays membres sont déjà convergents depuis la dévaluation de 1994, ainsi que l’escudo du Cap Vert, soit 9 pays sur 15, respectent et respecteront les sept critères de convergence. Les autres 6 pays, à mauvaises habitudes de gestion budgétaire et donc monétaire, auront beaucoup de mal à ne plus user de leur planche à billets pour combler leurs déficits et autres habitudes menant à la dépréciation à répétition de leur monnaie nationale. C’est pourquoi le Franc CFA peut dès à présent définir son change avec l’ECO, tandis que les autres monnaies évolueront leur taux de change, mois après mois, du fait de leur dépréciation continue sur le marché international, notamment vis à vis du Franc CFA, qui demeure la monnaie la plus stable et la plus forte du monde, même plus forte que l’€ en laquelle il est aujourd’hui défini, du seul fait que la monnaie du Trésor public français est l’€. Car, si un jour l’€ éclate, le FCFA survivra fort et stable, grâce a la garantie du Trésor Public français qui sera toujours là pour nous protéger contre les attaques des cambistes et autres spéculateurs…grâce aux accords de coopération qui lient la France à l’UEMOA, tant que celle ci en respectera les conditions. Quant à l’ECO, l’autre question grave sera de savoir si son institut d’émission, s’il est placé à Abuja, comme l’exige le Nigeria, respectera les règles de bonne gestion monétaire pour assurer sa stabilité et ne pas faire fuir nos épargnes à l’étranger pour les protéger contre la d’évaluation…. That is the question.

Comment analysez-vous les prises de position du président Ouattara, ouvertement militant pour une monnaie unique à change fixe par rapport à l’euro?


Le président Ouattara est un grand économiste. Ce n’est pas pour rien qu’il a su à la fois redresser l’économie ivoirienne à la vitesse grand V et faire remonter les réserves de la zone Franc cfa de la BCEAO. Il est le seul à être en mesure de tenir tête à l’impérialisme du Nigeria qui veut nous absorber comme des nains de la CEDEAO… Le président ivoirien connaît l’économie monétaire, et donc le FCFA, mieux que tous! De tous les chefs d’État de la CEDEAO, il est le seul spécialiste monétaire. C’est pourquoi, il mènera la barque de l’ECO tant qu’il est président de Côte d’Ivoire… Malheur à nous, pays de l’UEMOA, le jour où il sera remplacé par un non économiste monétariste !!! Car le Nigeria va absorber l’ECO en en faisant équivalent au Naira, en l’imprimant à Abuja. La dégringolade sera inévitable. Les classes moyennes qui pensaient sortir de la “servitude monétaire”, théorie chère aux anti-CFA , n’auront que leurs yeux pour pleurer. Devrais-je le rappeler, le président Ouattara s’occupait du Franc CFA quand il évoluait au sein du FMI. Il a aussi officié en tant que gouverneur de la BCEAO et a bien négocié la dévaluation indispensable du Franc CFA en janvier 1994.

Donc, vous êtes d’accord avec le président Ouattara quant à la parité fixe de l’Eco avec l’euro et non au panier de devises défendu par certains économistes ?

Certainement. L’option du président Ouattara de conserver la parité FCFA/€ tant que la monnaie commune Eco (qui est une monnaie de référence vers laquelle doivent tendre les diverses monnaies autres que le Franc CFA pendant la longue période de transition) n’est pas devenue monnaie unique !!! Alors, ceux qui n’ont pas étudié la monnaie, je leur demande de considérer ce domaine spécifique en dehors des comportements politiciens. Sinon, ce sera la pagaille comme avec les anti FCFA.

Cela dit, l’option défendue par le président Ouattara n’est autre que le schéma suivi par tous les pays européens qui ont intégré la monnaie unique € après avoir traversé la longue épreuve de convergence des 6 premières monnaies de la zone € dont les monnaies suivantes: DM (Allemagne), FF (France), florin ou DFl(Pays-Bas), FB (Belgique et Luxembourg), Lira( lire italienne), ptas(Espagne), qui mirent 24 ans pour converger de 1975 à 1999 vers la monnaie commune avant de l’adopter en 3 ans comme monnaie unique entre 1999 et 2002, trois ans au cours desquels la nouvelle monnaie commune remplaça progressivement chaque monnaie nationale. Alors, cela m’étonnerait que nous autres, 15 pays CEDEAO, où l’Etat de droit est loin d’être en vigueur, mettions moins de temps que ces 6 pays européens avancés…

Certes, les 8 pays UEMOA conserveront leur FCFA durant la période de convergence qui exige que chaque pays qui veut adopter l’ECO s’aligne sur les exigences des 7 critères de convergence (dont le déficit budgétaire inférieur à 5%, le taux d’inflation inférieur à 3%, le déficit du commerce extérieur inférieur à la marge restante après la limite de 20% du taux des réserves monetaires par rapport à la circulation monétaire dans le pays concerné,… Etc). A défaut d’y parvenir, chaque pays restera dans la période de transition vers l’ECO sans l’adopter, l’ECO restant une référence vers laquelle il faut tendre. Ce n’est que lorsque tous les15 pays membres de la CEDEAO auront réussi à respecter ces 7 critères de convergence que l’ECO sera adoptée comme monnaie unique en remplacement du FCFA de même que des 7 autres monnaies nationales (Naira, Cedi, dollar libérien, franc guinéen, escudo du Cap vert, livre de sierra Léone,…Dalasi de Gambie). Je crains que cela ne prenne plus que les 24+3=27 ans pris par les 6 premiers pays de la zone €…. Alors, laissons le temps au temps comme disait le génie politique François Mitterrand.

Finalement, à quoi sert de changer l’appellation du franc en eco?

Tout d’abord, cela va calmer les ardeurs anti-FCFA et anti- françaises qui font florès. Ensuite, si l’ECO est adopté par les autres pays de la CEDEAO – à la condition qu’ils respectent la discipline monétaire, ce qu’ils n’ont jamais respectée jusqu’ici, malgré leurs promesses datant de 1997 en vue de la monnaie commune-, cela peut aider la région à condition que la discipline monétaire soit respectée. Mais si le Nigeria et le Ghana continuent à refuser la garantie de change de l’ECO par la France, le taux de change risque de se déstabiliser à la moindre baisse des prix des matières premières d’exportation (pétrole, cacao, coton, café, cajou, palmistes, OR, bois, …). Autre scénario à éviter, le cas de figure où les importations de la CEDEAO dépassent ses exportations, ou encore s’il y a un désordre politique provenant de coups d’État ou d’attaques djihadistes. Tout le problème de confiance des investisseurs se trouvera là… Ce qui est le plus à craindre, c’est qu’il n’y aura plus Alassane Ouattara pour défendre la bonne gestion du FCFA devenu ECO, et que ce soit alors le Nigeria (géant dominant la CEDEAO avec 70% de son PIB et de sa population, et qui ne réfléchit qu’en fonction de ses propres intérêts, comme il l’a prouvé en rejetant l’accord APE entre l’UE et la CEDEAO signé à Dakar en janvier 2014) qui dirige la CEDEAO en y transposant sa malheureuse gestion du Naira… Ce qui fera dévaluer l’ECO à répétition, avec toutes ses conséquences sur le pouvoir d’achat des populations, qui seront obligées de recourir à des pratiques illicites pour rattraper leurs pertes de pouvoir d’achat…ce qui signifie que la corruption redeviendra systémique, touchant tout le monde, comme au Nigeria, à la différence de l’actuelle zone FCFA où la corruption est limitée aux rouages du pouvoir (douanes, justice, police,…). Pour conclure, il y aura risque de dévaluations à répétition de l’ECO dès que le Nigeria arrivera à l’adopter en remplacement du Naira. Car le poids du Nigeria, 70% de la CEDEAO, décidera de l’avenir de l’ECO, surtout qu’il n’y aura plus le président Ouattara pour veiller à la rigueur de gestion de cette monnaie commune, en tenant tête au président nigérian.

FinancialAfrik

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction