Armées Côte-d’Ivoire: Le CEMA répète aux militaires leur « responsabilité sociale et morale au sein de la nation »

Le chef d’état-major appelle les militaires à se débarrasser des « comportements improductifs »

Hamsatou ANABO

Le chef d’état-major de l’armée ivoirienne le général Lassina Doumbia, a appelé jeudi à Abidjan les militaires à se débarrasser « des comportements improductifs » lors de la célébration de la fête de l’armée.

« Débarrassons-nous des comportements improductifs », a dit le général Doumbia, pour qui l’armée doit « retourner aux valeurs familiales qui sont la discipline et la rigueur ».

Le général de division a souhaité que « la responsabilité sociale et morale au sein de la nation soit demeurée ».

Il a également exhorté les militaires à « donner le bon exemple en tout lieu et en toute circonstance », car selon lui les forces de défense et de sécurité doivent « être capables d’indiquer le bon chemin » même en temps d’incertitude.

Le gouvernement ivoirien avait fait face en janvier et mai 2017 à des mutineries dans les casernes. Des soldats réclamaient le paiement de primes d’environ 12 millions FCFA, qui ont finalement été versées en janvier et juin.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

DÉFENSE Côte d’Ivoire : Lassina Doumbia, le général qui met l’armée au pas

Par Martin-Roger Schadrac Chercheur-militaire indépendant (Le Maître des armes)

L’important remaniement à la tête des institutions militaires et la mise à l’écart d’ex-chefs rebelles portent en partie la marque du nouveau chef d’état-major. Portrait d’un homme à poigne.

Le 6 mars, le général Lassina Doumbia a vu son agenda se remplir brusquement. Ce jour-là, le président Alassane Ouattara a procédé à plus d’une centaine de nominations à des postes de commandement au sein de l’armée ivoirienne. Depuis, le chef d’état-­major enchaîne les cérémonies de passation de charges, répétant les mêmes gestes, un jour à la Garde républicaine, l’autre à la Gendarmerie ou à la Marine nationale.

Ces changements sont les plus importants opérés depuis le début du deuxième mandat de Ouattara. Un coup de pied dans la fourmilière auquel Lassina Doumbia n’est pas étranger et qui lui ressemble bien. Ce militaire d’expérience de 54 ans, originaire de Dabadougou, près d’Odienné, dans le nord du pays, fait rarement dans la demi-mesure. Au sein de l’univers parfois feutré de la grande muette, le caractère de cet amateur d’art détonne.

À Abidjan, il est décrit comme une « grande gueule », qui n’hésite jamais à dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. Après l’attentat de Grand-Bassam, le 13 mars 2016, lors duquel les Forces spéciales avaient été en première ligne, il s’était ouvertement plaint de la piètre qualité des équipements fournis à ses troupes, particulièrement des gilets pare-balles.

« Il a le profil pour reprendre en main l’armée. Il a de la poigne et dégage plus d’autorité que son prédécesseur, le général Sékou Touré », estime le chercheur ivoirien Arthur Banga. Bien qu’il vienne de la même région, il est un peu l’antithèse de Touré, un homme décrit comme effacé, qui a consacré une grande partie de sa carrière à la formation des officiers.

« Il n’a jamais vraiment commandé. Il était plus mondain qu’autre chose. Il ne voulait pas de problèmes », tranche un expert militaire. Doumbia est, lui, un homme de terrain qui a gagné le respect de ses hommes sur le théâtre des opérations.

Ascension fulgurante

Formé à l’École militaire préparatoire technique de Bingerville, puis au Prytanée militaire de Saint-Louis, au Sénégal, et au Collège royal de l’enseignement militaire supérieur de Kenitra, au Maroc, il prend le commandement des groupes tactiques de l’armée au début de la rébellion, en 2002, avant d’officier en tant que préfet militaire de Toulepleu de 2005 à 2009, puis d’être nommé à la tête du 1er bataillon d’infanterie d’Akouédo par Laurent Gbagbo.

LORSQU’IL A VU QUE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE RECONNAISSAIT OUATTARA, IL A FAIT LE CHOIX DU RÉALISME

Lors de la crise postélectorale de 2010-2011, « Doumbia demeure loyal au pouvoir, mais sans jouer les jusqu’au-boutistes », explique Arthur Banga. « Lorsqu’il a vu que la communauté internationale reconnaissait Ouattara, il a fait le choix du réalisme », poursuit l’un de ses amis. Cette neutralité ne passe pas inaperçue, et, au sortir de la crise, Guillaume Soro, Premier ministre et ministre de la Défense, le choisit pour diriger les toutes nouvelles Forces spéciales.

Bien qu’il ne soit pas diplômé d’une école de guerre, le Graal des militaires, Doumbia connaît par la suite une ascension fulgurante, passant en quelques années du grade de lieutenant-colonel à celui de général de division. « Son bilan aux Forces spéciales est très positif, affirme Arthur Banga. Cette unité et son millier d’hommes sont aujourd’hui le fleuron de l’armée. »

Un pragmatique à la tête de l’armée

Sa nomination à la tête de la grande muette, fin 2018, est intervenue dans une période relativement calme sur le plan sécuritaire, mais alors que les crispations politiques entre le pouvoir et Guillaume Soro nourrissaient un fort climat de défiance.

Pragmatique, Doumbia est conscient des limites de son armée. Il sait aussi que, après les mutineries de 2017, les autorités veulent à tout prix éviter de nouveaux soubresauts. Quitte, parfois, à acheter la paix sociale, comme le montre la promotion dont ont bénéficié le 19 février près de 400 mutins du contingent des 8 400.

Marquée par la promotion de militaires ayant fait carrière sous Gbagbo au détriment d’ex-chefs rebelles jusque-là intouchables, la vague de nominations a, dans ce contexte, alimenté les spéculations. Ainsi, les ex-comzones Chérif Ousmane et Issiaka Ouattara (alias Wattao)quittent la tête du (premier) bataillon des commandos parachutistes et de la Garde républicaine. Ils sont nommés à des maroquins théoriquement plus prestigieux – respectivement sous-chef d’état-major de l’armée de terre et commandant des unités rattachées à l’état-major général des armées –, mais se voient coupés des troupes. « Ils sont écartés de l’opérationnel. C’est un signe qu’on ne leur fait pas confiance », analyse une source diplomatique occidentale.

D’autres anciens rebelles sont néanmoins renforcés, comme Losseny Fofana, qui remplace le colonel Hervé Touré, alias Vetcho, au commandement du 3e bataillon d’infanterie de Bouaké, ou comme le colonel Gaossou Koné (alias Jah Gao), qui prend la tête du bataillon de commandement et des services (BCS). « Il n’y a aucune mise à l’écart. Cela fait partie du cycle classique de l’armée. Les affectations changent tous les trois ou quatre ans », répond-on au ministère de la Défense.

Apaiser les rancœurs

Wattao paie-t-il sa proximité avec Soro ou son inimitié avec le général Vagondo, le chef d’état-major particulier du président ? Ces dernières semaines, l’ancien chef rebelle semblait s’attendre à devoir quitter son poste et craignait même d’être nommé attaché de défense en Angola. Plus amer, Chérif Ousmane, considéré comme trop instable par certains sécurocrates, vit sa nouvelle affectation comme un vrai désaveu, selon l’un de ses proches, qui précise que l’ex-comzone « ne s’était jamais bien entendu avec le général Doumbia ». « Mon message est celui du rassemblement et de la cohésion. Il fut un moment où la confiance a primé sur la compétence. Ce temps-là est révolu », explique le chef d’état-major.

Le pouvoir, qui cherchait depuis plusieurs années à atténuer l’influence des comzones en mettant en place un système de rotation des postes et en lançant des procédures judiciaires contre certains d’entre eux, semble décidé à passer à la vitesse supérieure. « Il est nécessaire de rééquilibrer l’armée pour apaiser les rancœurs qui existent toujours, notamment chez les officiers étiquetés pro-­Gbagbo. Doumbia fait partie des mieux placés pour leur redonner confiance », estime un haut gradé.

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire