Pour la Côte-d’Ivoire la menace d’interdiction de son cacao aux USA est injuste (Washington Post)

Cet article est une version réduite d’un article du Washington post paru le 7 août 2019, traduit de l’Anglais.

Les États-Unis pèsent sur le plan visant à bloquer les importations de cacao produites grâce au travail des enfants. La Côte d’Ivoire appelle l’interdiction injuste.

La Première Dame de la Côte-d’Ivoire, Dominique Ouattara, a récemment reçu a Abidjan une délégation du Congrès américain pour discuter des solutions au travail forcé des enfants.

Un projet d’interdiction américaine du cacao produit en Côte d’Ivoire, premier fournisseur mondial d’ingrédient essentiel du chocolat, fait face à une forte résistance politique de la part du pays de l’Afrique de l’Ouest.

La première dame, Dominique Ouattara, a convoqué cette semaine à Abidjan une réunion avec neuf membres du personnel de Capitol Hill et le représentant Dwight Evans (D-Pa.), pour entendre leurs arguments contre une proposition visant à bloquer le cacao ivoirien des ports américains.

L’appel à l’interdiction du cacao ivoirien et du chocolat qu’il produisait provenait de deux sénateurs américains qui, le mois dernier, ont cité «des preuves accablantes» selon lesquelles la récolte de cacao ivoirien dépend du travail forcé des enfants. Pour cette raison, ont-ils déclaré, il devrait être interdit à ces produits d’atteindre le marché américain.

Mais madame Ouattara a déclaré qu’un embargo sur le cacao imposé par les États-Unis nuirait aux agriculteurs ivoiriens et entraverait les efforts du pays pour éliminer le travail des enfants.

« Je pense que [la proposition] punirait tout un pays et les agriculteurs qui luttent pour leur survie et serait injuste à l’égard du travail que nous accomplissons », a déclaré madame Ouattara lors de la réunion.

Depuis près de 20 ans, le gouvernement ivoirien, les grossistes en cacao et les plus grandes entreprises de fabrication de chocolat au monde, notamment Mars, Nestlé et Hershey, ont reconnu le rôle du travail des enfants dans la chaîne d’approvisionnement du cacao et se sont engagés à l’éradiquer.

Les sociétés ont mis en place des programmes de surveillance de leurs chaînes d’approvisionnement et se sont plus récemment tournées vers des «certificateurs tiers» – tels que Fairtrade America et Rainforest Alliance – pour contrôler leurs approvisionnements en cacao.

Cependant, aucun de ces efforts n’a permis d’éliminer cette pratique.

Comme l’a rapporté le Washington Post en juin, plus de 2 millions d’enfants travaillaient dans des exploitations cacaoyères d’Afrique de l’Ouest, selon les estimations du gouvernement (américain). La plupart d’entre eux sont des enfants qui travaillent dans des fermes familiales et beaucoup renoncent à l’école.

D’autres sont des enfants victimes de la traite en Côte d’Ivoire et au Ghana en provenance des pays voisins pour servir comme travailleurs contractuels. Souvent, les trafiquants versent une somme forfaitaire à leurs parents et, une fois dans une cacaoyère, les enfants victimes de la traite perçoivent de petites sommes, généralement inférieures à 1 dollar par jour.

La nouvelle proposition visant à réprimer les importations de cacao ivoirien, préconisée dans une lettre de Sens, Sherrod Brown (D-Ohio) et Ron Wyden (D-Ore.) En juillet, serait la mesure la plus agressive prise à ce jour pour imposer le changement dans l’industrie.

Une telle interdiction, si elle était imposée par les autorités douanières américaines, exacerberait considérablement la pression exercée sur les entreprises chocolatières et le gouvernement ivoirien pour qu’ils luttent contre le travail des enfants. Environ un tiers de la production mondiale de cacao est produite en Côte-d’Ivoire et les grandes entreprises dont les tablettes de chocolat sont populaires aux États-Unis – un marché de plusieurs milliards de dollars – dépendent en partie de cette récolte.

«Le travail forcé des enfants est odieux pour toutes les entreprises du secteur du cacao et nous soutenons fermement les efforts du gouvernement des États-Unis pour surveiller et arrêter toute expédition de produits fabriqués avec du travail forcé», a déclaré Richard Scobey, président du groupe industriel World Cocoa Foundation. « La World Cocoa Foundation », dans une declaration, encourage tous les acteurs de la chaîne logistique – entreprises, agriculteurs et gouvernements – à s’engager en faveur de pratiques de travail justes et équitables. »

(…)

« La menace de ce type d’interdiction montre que les entreprises sont de plus en plus incitées à prendre ce problème au sérieux », a déclaré Katherine McDonnell, directrice du Corporate Accountability Lab, qui a publié le mois dernier un rapport critiquant les pratiques de l’industrie du chocolat en Côte d’Ivoire.

«Le gouvernement américain a été extrêmement patient avec cette industrie pendant longtemps. Ces entreprises font ces promesses depuis 20 ans – sans aucun impact.  »

La proposition d’interdire le cacao ivoirien est facilitée par une loi américaine qui autorise les agents des douanes à bloquer les produits en entrant aux États-Unis si la preuve «indique … raisonnablement» qu’ils sont produits avec le forcé d’un enfant.

La lettre de Brown et Wyden citait à titre de preuve une enquête publiée en juin par le Washington Post sur le travail des enfants dans les plantations de cacao en Côte d’Ivoire. Au cours d’un voyage dans les zones productrices de cacao en Côte d’Ivoire, les journalistes du Washington Post avaient parlé à 12 enfants vivant dans plusieurs exploitations agricoles, qui ont déclaré être venus du cacao au Burkina Faso sans être accompagnés de leurs parents.

Lors de la réunion, madame Ouattara a suggéré que les problèmes de travail des enfants décrits dans le reportage du Washington Post sont rares. Elle a présenté ses arguments à Evans et à neuf membres du personnel du Congrès ayant assisté à la réunion.

« L’article du Washington Post était vrai, mais c’est quelque chose qui n’est pas commun », a-t-elle déclaré, selon Reuters. « Il s’agit d’un cas isolé car dans les autres fermes, il n’y a pas d’enfants. »

Avant la lettre des sénateurs, la division du travail forcé du département de la Sécurité intérieure avait enquêté sur le travail forcé dans le cacao.

(…)

Si les enquêteurs trouvent des preuves du travail forcé des enfants dans les importations d’une entreprise ou d’un pays entier, ils peuvent les empêcher d’entrer aux États-Unis. Pour entrer sur le marché américain dans de tels cas, les importateurs doivent démontrer qu’ils ne sont pas soumis au travail forcé.

La Division du travail forcé est responsable des plaintes relatives au travail forcé dans le monde entier. Cependant, moins de 10 personnes travaillent et le nombre de produits du travail forcé bloqués reste mince.

(…) En mai 2018, les États-Unis ont bloqué du coton en provenance du Turkménistan après des informations faisant état de travaux forcés dans ce pays.
(…)
Certains dirigeants de l’industrie ont estimé qu’une interdiction américaine ne contribuerait guère à éradiquer les abus et ne ferait que renforcer le désespoir du pays visé.

Indépendamment du fait que l’enquête en cours aboutisse ou non à une interdiction du cacao, la proposition pousse le gouvernement ivoirien et les entreprises chocolatières à exercer plus de vigilance sur les exploitations cacaoyères.

Le gouvernement ivoirien s’est déjà associé à celui du Ghana pour exiger des prix plus élevés pour ce produit, décision annoncée cet été qui pourrait atténuer la pauvreté des producteurs de cacao.

Par Peter Whoriskey/Washingtonpost
Traduit de l’Anglais par SK

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire