Rentré en Côte-d’Ivoire hier, Assoa Adou invite le RDR (Rhdp) à aller dire « yako » à Gbagbo

Par Connectionivoirienne

Dans ses propos à la presse hier, tenus après sa descente d’avion en provenance de Paris, l’ancien ministre Assoa Adou a invité le RDR du président Ouattara à aller dire yako à Laurent Gbagbo, en liberté conditionnelle dans la banlieue de Bruxelles en Belgique depuis plus de 6 mois.

L’intégralité de ce que Assoa Adou a dit:

« Vous avez entendu plusieurs fois le président Henri Konan Bédié s’exprimer sur les chaines internationales pour dire qu’il est allé voir son jeune frère le président Laurent Gbagbo accompagné de son épouse pour lui dire yako. Dans le pays, il y a des évènements qui peuvent survenir mais il faut aller de l’avant. C’est pourquoi il s’est déplacé lui-même pour aller le voir, le saluer et lui dire yako. Et pour lui dire qu’on l’attend en Côte d’Ivoire pour que la réconciliation soit faite. Tout s’est très bien passé et c’est ce que nous espérons en Côte d’Ivoire (…)

Nous pensons que tous les protagonistes des évènements de 2010-2011 doivent se surpasser, se dépasser, se comporter en homme conscient, avoir les intérêts de la Côte d’Ivoire en vue. Pensez d’abord à la Côte d’Ivoire et tout faire pour dominer leur amour propre et avancez les uns vers les autres.

La prochaine étape est que nous espérons que nos amis du Rdr feront la même chose pour que la Côte d’Ivoire retrouve la paix. C’est-à-dire aller dire yako au président Laurent Gbagbo et exprimer le désir ardant de la voir ici et se battre avec nous et avec tous les Ivoiriens pour que le président Laurent Gbagbo revienne en Côte d’Ivoire.»

Assoa Adou a été acceuilli à l’aéroport Felix Houphouet-Boigny par une foule de militants et quelques membres de la direction de son parti, les vice-présidentes Odette Sauyet Likikouet, Bamba Masseny, et des secrétaires généraux adjoints Dadié Pierre et Koua Justin.

Hervé Coulibaly

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “Rentré en Côte-d’Ivoire hier, Assoa Adou invite le RDR (Rhdp) à aller dire « yako » à Gbagbo

  1. En réalité, ce que le FPI de Gbagbo cherche, c’est sa réhabilitation sous le couvert de la réconciliation. Sinon comment peut-on comprendre que c’est eux qui demandent aux dirigeant politiques d’aller dire YAKO à Gbagbo ? Pourquoi ils ne laissent pas les dirigeants des partis politiques éprouver eux-mêmes l’envie et le nécessité d’aller voir Gbagbo ? Je crois que le FPI de Gbagbo ne joue pas franc jeu avec le PDCI. En effet, alors que le PDCI les approche pour former une force d’opposition pour la bataille électorale de 2020, eux les gens du FPI, ils cherchent plutôt à se rapprocher de leur boureau Dramane et son RDR-RHDP. C’est un jeu de dupe qui est en train de se passer entre le PDCI et le FPI de Gbagbo. Je sens encore de la roublardise dans l’air. Il y a un manque de sincérité dans le comportement du FPI de Gbagbo envers le PDCI. J’ai crains que Bédié se fasse encore trahir par le FPI de GBagbo. C’est bizarre et triste de voir le FPI de Gbagbo faire la cour à cour à Dramane son bureau, et l’inviter à Bruxelles pour faire la fête. J’ai l’impression que les dirigeants du FPI de Gbagbo ne mesurent pas encore la gravité de la situation en Côte d’Ivoire. Les 15 mois qui restent pour les élections présidentielles ne doivent pas être écoulés à faire des futilités de reconciliation qui n’aboutiront à rien tant que dramane est au pouvoir. Il faut utiliser ce temps de 15 mois pour consolider une force de l’opposition en vue se préparer aux élections présidentielles de 2020, sinon Dramane confisquera le pouvoir avec sa stratégie de fraude déjà en place.

Laisser un commentaire