Côte-d’Ivoire: Avons-nous perdu toute raison? Quelle imposture !

Même face à la mort, on se rend compte qu’ils sont incapables de respect, de justice, de retenue et de raison surtout !

D’un côté, on a la Secrétaire de la paroisse Sainte-Cécile des 2 plateaux, madame Faustine Brou N’guessan, qui est sauvagement tailladée dans la République, de partout son corps le samedi 10 août 2019 à son poste de travail et en pleine célébration d’une union sacrée, aux environs de 11h du matin. Elle rendra l’âme le dimanche 11 août des suites de ses horribles blessures.

Quelle boucherie! Quelle barbarie!

Pire, cette brave Dame qui ne recherchait qu’à vivre de manière pieuse et paisible, est morte dans l’anonymat froid et l’indifférence totale de cette classe politique, après 30 années de loyaux services au sein de sa paroisse. Pas d’hommage, ni de condoléances, ni d’indignations parce que cette dame n’a derrière elle aucun électorat à manipuler pour le compte propre de ces personnalités politiques en prévision de la présidentielle de 2020.

De l’autre côté, DJ Arafat va décéder juste quelques heures après des suites d’un grave accident de moto. On annonce qu’il serait déjà décédé le même dimanche 11 août sur le lieu de l’accident.

Dès le jeudi 8 août, DJ Arafat et son groupe de 8 motards se livraient à des exercices risqués de rodéo motorisé du carrefour de Grand-Bassam sur le VGE au carrefour Solibra, dans un vacarme assourdissant à faire sauter les tympans humains. Peu importe pour les cérémonies de levées de corps qui se déroulaient à ces moments à Ivosep, dans le même périmètre.

Dès l’annonce de sa mort, toute la classe politique ivoirienne, y compris l’exécutif en tête, va se lancer dans des élans divers et multiformes de condoléances et d’hommages.

Quelle imposture! Que de calculs politiciens!

On recherche les voix électorales de cette population nombreuse dite de Chinois.

L’opposition politique n’a pu se retenir. Elle est également tombée dans ce jeu pernicieux et malsain.

Cette société ivoirienne a perdu tous les codes ainsi que les parangons de vertus et d’empathie. Ici, on parle de Chine Populaire et de chinois; c’est-à-dire des enfants désœuvrés, SDF, livrés à eux-mêmes, en échec scolaire, en proie à l’alcool, à la drogue et à la prostitution. De quoi parle-t-on vraiment ? Pourquoi avons-nous un problème avec la vérité?
Pour DJ Arafat, je retiendrai le titre de l’éditorial de l’éléphant déchaîné du mercredi à jeudi dernier : DJ ARAFAT NE SOUFFRIRA PLUS….

En effet, retraçant son parcours d’être, DJ Arafat était en souffrance réelle et permanente. Ce pauvre enfant ne s’est jamais retrouvé parce que n’ayant jamais reçu les codes en matière d’éducation pour affronter cet univers impitoyable et égoïste. Un enfant, fut-il le meilleur artiste ne peut et n’a le droit de s’émanciper de tous les codes. On me signale, qu’avant de perdre lui-même la vie, d’autres âmes étaient tombées auparavant sous les coups de ses bolides. A chaque fois, les affaires avaient été étouffées avec l’aide de ses parrains. On dit, une mouche noire, dans la nuit noire, Dieu la voit!
Nos dirigeants politiques ne devraient pas sur-agir en pareilles circonstances, sinon plus que de raison.

SSK

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire