Reforme Commission électorale: Les critiques d’Anaky Kobena contre la sortie de Faki Mahamat (Union africaine)

Serge Alain KOFFI

L’opposant ivoirien Anaky Kobenan, fondateur du Mouvement des forces d’avenir (MFA), a critiqué mardi le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, l’accusant d’avoir exprimé lundi une position personnelle et non celle de l’organisation après que le Tchadien a apporté un soutien à la nouvelle commission électorale indépendante (CEI), récemment réformée, mais qui ne satisfait pas l’opposition.

“La prise de position de M. Mahamat, pour le moment, on peut considérer que ça ne l’engage que lui seul. L’UA, en tant qu’entité ne s’est pas encore défini’’, a affirmé M. Kobenan, lors d’une conférence de presse au siège du journal le Nouveau Réveil.

Invité du  »Fauteuil blanc », une tribune d’échanges avec la presse, initiée par ce quotidien proche du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, opposition), le fondateur du MFA s’est prononcé sur plusieurs de l’actualité politique, notamment celui de la reforme de la CEI.

 

Lundi, dans un communiqué publié sur le site de l’UA, Moussa Faki Mahamat s’est prononcé sur le sujet. La note très brève indique que le président de la Commission de l’UA “se félicite’’ de la prise en compte des recommandations de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) dans la nouvelle mouture de la CEI.

Pour Anaky Kobenan, ex-membre de la mouvance présidentielle, le Tchadien est plutôt “suspect’’ en se mêlant “de façon aussi peu diplomatique’’ de cette affaire qui fait débat en Côte d’Ivoire, à quatorze mois de la présidentielle.

“Le PDCI a engagé une action qui est montée à la CAHDP. Nous suivons les étapes et c’est ce qui nous intéresse’’, a-t-il conclu, avant d’exprimer ses craintes sur d’éventuelles troubles qui pourraient survenir lors de ce scrutin en raison des tensions actuelles.

« Nous allons de manière inévitable vers l’affrontement », a-t-il analysé.

Comme à son habitude, il s’est également montré critique contre le chef de l’Etat Alassane Ouattara et son parti le Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP) pour qui, “il n’est pas possible’’ d’avoir “la majorité’’ en 2020.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Intégralité de la déclaration de Faki Mahamat

Le PCUA se prononce sur la nouvelle loi relative å la Commission Électorale Indépendante en Côte d’Ivoire

Addis-Abeba, le 19 août 2019:

Faisant suite à l’adoption par les deux chambres du Parlement de la loi portant recomposition de la Commission Électorale Indépendante en Côte d’Ivoire et à sa promulgation, le Président de la Commission de l’Union Africaine se félicite de ce que l’arrêt rendu par la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples ait été pris en compte tel qu’en atteste le préambule des motifs du projet de loi introduit au Parlement.

Le PCUA salue l’ensemble des acteurs politiques en Côte d’Ivoire, y compris les organisations de la société civile, pour leur attachement aux valeurs démocratiques prônées par l’Union africaine et les encourage dans leur volonté à aller à des élections paisibles dans l’intérêt du peuple ivoirien.

Le Président renouvelle l’engagement de la Commission à accompagner le processus électoral en Côte d’Ivoire

Source: UA

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “Reforme Commission électorale: Les critiques d’Anaky Kobena contre la sortie de Faki Mahamat (Union africaine)

  1. La déclaration de Moussa Faki est un court-circuitage en règle de la procédure en cours initiée par l’opposition ivoirienne. Qu’attendre du reste de cet homme, coopté par Idriss Deby Itno, « modèle de démocratie » aux yeux de ses suiveurs ? L’UA, syndicat de chefs d’Etats et de dictateurs du continent, après ce croc-en-jambe de l’un des siens, ne va jamais offrir le spectacle de ses contradictions internes. Autant dire que l’opposition est déjà déboutée dans sa requête. Dans une partie d’échecs, il faut anticiper sur les 2 ou 3 coups de l’adversaire. Et j’ai comme l’impression que l’opposition sous-estime le jeu de Ouattara, vu qu’elle est toujours prise de court.

Laisser un commentaire