Le PDCI s’oppose à une nouvelle constitution «spécialement» contre Bédié et son âge

Selon le député Akoto Olivier, ce projet de loi à l’Assemblée nationale va modifier la Constitution, en l’occurrence la limite d’âge http://presse-opinion.com/

Ce n’est plus un secret des dieux. A 14 mois du scrutin présidentiel d’octobre 2020, la Constitution ivoirienne va subir des modifications. L’annonce a été faite par le président de la République Alassane Ouattara la veille de la célébration des festivités marquant le 59ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire. Même si le chef de l’Etat ivoirien a soutenu mordicus qu’il ne s’agissait pas d’une modification visant à écarter ses adversaires politiques, des bruits des couloirs de l’Assemblée nationale ivoirienne font état de ce qu’un projet de loi portant modification de la Constitution ne serait pas loin de la table des députés. Ce projet porterait sur ‘’la limite d’âge’’.

« Il y a des bruits de couloirs à l’Assemblée comme quoi il y a un projet de loi qui ne serait pas loin de nos tables, ce projet va modifier la Constitution, en l’occurrence la limite d’âge.», a dit le député de Daoukro, Akoto Olivier qui est intervenu sur la réforme constitutionnelle évoquée par le chef de l’Etat, lors de débats sur la situation politique du pays à 14 mois de l’élection présidentielle. Débat qui a été organisé par la section ivoirienne du Forum de la société civile de l’Afrique de l’Ouest (FOSCAO).

Pour Akoto Olivier, député proche du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), cette limite d’âge sera ciblée et risque d’être des modifications confligènes. « Le référendum constitutionnel de 2016 a coûté au bas mot 16 milliards de Fcfa, pourquoi en moins de trois ans, cette Constitution qu’on a applaudie ici (va être modifiée), il y a quelle urgence à un an des élections présidentielles. », s’est interrogé le député Akoto Olivier, estimant que l’Etat de Côte d’Ivoire devrait plutôt se pencher sur la question de la gratuité de la Carte nationale d’Identité.

La modification de la Constitution ivoirienne intervient dans un contexte particulier. En effet, la Côte d’Ivoire dans moins de 14 mois devra organisée un scrutin présidentiel. Henri Konan Bédié, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), ex-allié de la coalition au pouvoir, le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), d’Alassane Ouattara ne semble pas avoir jeté l’éponge quant à la course pour la présidence. Lui, qui en 1999, est sorti par la petite porte du Palais présidentiel d’Abidjan (Coup d’Etat) entend redorer son image. Du haut de ses 85 ans et 86 ans en 2020, année de la présidentielle, le président du Pdci a encore l’appétit du pouvoir.

« Je suis jeune parmi tant d’autres. En Afrique, il y a des présidents plus âgés que moi et si vous regardez à l’échelle du monde, ils sont encore plus nombreux. Le dirigeant de la Malaisie à plus de 90 ans. Tant que l’on a des ressources intellectuelles et physiques, je crois qu’il n’y a pas d’âge pour diriger un pays.», a dit le président du Pdci dans une interview accordée au confrère Le Monde.

Cette posture du président Henri Konan Bédié ne semble pas être du goût du président du Rhdp, Alassane Ouattara qui souhaite que le pouvoir soit légué à une nouvelle génération. « Nous sommes un certain nombre (d’acteurs politiques Ndlr) à avoir un certain âge, peut être devrions nous réfléchir à ce que nous pouvons donner à notre pays au-delà d’un certain âge », a dit Alassane Ouattara dans une interview accordée à la chaîne nationale, la Radiodiffusion télévision ivoirienne (Rti), la veille du 59ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire.

Faut-il, le rappeler, la Constitution actuelle ne fait pas état d’une limitation d’âge pour briguer la magistrature suprême. Elle permet aux candidats de se présenter à tout âge pourvu qu’ils jouissent d’une bonne santé morale et physique.

Maxime KOUADIO

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire