Sam l’Africain: « Je suis d’accord avec la réforme de la commission électorale » (interview)

Hamsatou ANABO

L’opposant Jichi Sam Mohamed, plus connu sous le pseudonyme Sam l’Africain, a déclaré dimanche à Abidjan qu’il « est d’accord » sur la reforme de la Commission électorale indépendante (CEI) récemment recomposée par le gouvernement ivoirien à quelques mois de la présidentielle de 2020, dans une interview accordée à ALERTE INFO.

.

Dans une interview à ALERTE INFO en mai, vous avez affirmé que si Gbagbo et Bédié se mettaient ensemble, vous irez au RDHP pour combattre les deux… Quelle est la situation actuellement ?

Gbagbo nous demande d’accepter tout le monde, il reçoit tout le monde, même ses pires ennemis qui lui ont fait tout ce mal, pour les intérêts de la Côte d’Ivoire. Il nous demande d’aller sur le terrain pour la réconciliation et de demander pardon aux Ivoiriens. Les élections de 2020 ne l’intéressent pas trop. Bédié est allé le voir pour présenter ses excuses pour tout le mal qu’il lui a fait et a souhaité que Gbagbo et lui fassent chemin ensemble. Gbagbo lui a fait savoir que ce n’est pas d’actualité, sinon il n’a aucun problème avec lui.

Il ne peut pas faire alliance, Gbagbo n’est pas dans cette logique, il veut que la Côte d’Ivoire soit réconciliée pour l’intérêt des Ivoiriens. Pour la plateforme, Bédié joue à un jeu, il se dit que pour le moment Gbagbo n’est pas encore libre de toutes ses activités, si jamais l’opposition doit continuer ça doit aller jusqu’en 2020, ça veut dire que Gbagbo ne peut pas venir en Côte d’Ivoire et être candidat, il serait en train de chercher à avoir des gens auprès de lui pour être le candidat de 2020, c’est sa stratégie pour le moment. Si jamais Gbagbo revient en Côte d’Ivoire avant fin 2019 pour aller aux élections, qu’elle sera la position de Gbagbo ou de Bédié ?

Si Bédié crée cette plateforme, qui sera le guide ? Parce que Gbagbo ne peut pas être dans une plateforme où il suivra quelqu’un d’autre avec toute la souffrance qu’il a vécu et le mal qu’on lui a fait. Ce que j’ai dis était ma façon stratégique politique parce que Gbagbo ne fera pas alliance avec Bédié, quand il va revenir en Côte d’Ivoire, nous allons créer notre plateforme à nous.

Bédié a dit à Gbagbo qu’il veut reconquérir le pouvoir, il est candidat, même Alassane est candidat. Les gens crient qu’il ne sera pas candidat, mais la Constitution lui permet de faire même un 4e mandat

Pourquoi Gbagbo a reçu Bédié, pourtant quelques mois plutôt il a refusé de recevoir Affi N’Guessan ?

Bédié est considéré comme notre ennemi qui nous a combattu, mais ce que les gens ne savent pas, c’est que dans le fond du problème du FPI et Affi, avec Gbagbo c’est plus compliquée. Affi a été plus ennemi de Gbagbo que Bédié, parce que beaucoup de choses se sont passées pendant la crise. Quand il sera de retour en Côte d’Ivoire et qu’il parlera, Affi sera craché.

Que pensez-vous du rapprochement Bédié et Gbagbo ?

Je ne suis pas contre, Bédié s’est déplacé lui-même avec sa femme pour aller demander pardon pour tout le mal qu’il lui a fait. Gbagbo lui a dit qu’il ne lui a pas fait de mal, mais qu’il en a fait à la Côte d’Ivoire. Quand quelqu’un reconnaît son tort, c’est qu’il n’est plus prêt à recommencer. Je félicite Bédié et j’ai été très heureux de sa visite.

À la veille de l’indépendance, le président Alassane Ouattara avait affirmé qu’il promulguera la loi sur la réforme de la CEI, alors que l’opposition estime que les discussions doivent continuer, quel commentaire faites-vous ?

Les partis de l’opposition n’ont qu’a arrêter de jouer avec l’esprit des Ivoiriens parce que c’est eux même qui ont donné tout ce pouvoir à Alassane, ils ont demandé de voter le « oui » pour modifier la Constitution qui lui a permis de faire ce qu’il veut des lois ivoiriennes, ce n’est pas aujourd’hui, ils vont venir crier parce qu’ils ne sont plus avec lui. Bédié avait appelé à un oui, Soro également, parce aujourd’hui ils n’ont plus des postes, ils deviennent opposants et ne sont pas d’accord avec ce qu’ils ont dit, ils ne sont pas crédibles devant moi.

Le gouvernement a reformé la CEI et je suis d’accord. Je n’ai jamais été invité par nos camarades de l’opposition à venir prendre part aux discussions sur la CEI, j’ai même écrit au gouvernement, ils ne m’ont pas répondu. La reforme a été faite, il y a eu des changements dedans, on va aller avec.

Pensez-vous que Gbagbo recevra Guillaume Soro ?

Je ne suis pas contre, tous ceux qui ont fait du mal à Gbagbo ont reconnu et lui ont demandé pardon, mais après huit ans de torture, Gbagbo ne peut pas suivre ceux qui l’ont amené à la CPI. S’il revient il n’y aura pas de plateforme, chacun sera candidat pour aller aux élections, c’est au second tour nous allons parler de plateforme, on n’est pas arrivé à cet stade, les plateformes se font au 2e tour, c’est là, les choses sérieuses commencent. Ne soyons pas pressés.

Récemment, Amnesty international avait demandé aux autorités ivoiriennes de mettre un terme aux attaques persistantes contre les militants de la société civile et les membres de l’opposition, qu’est ce que vous pensez de cela ?

J’ai été condamné pour six mois, mais j’en ai fait 11 mois. Lors de mon arrestation, on me reprochait une déformation et la xénophobie, est ce qu’il y a une loi qui permet d’emprisonner un individu pour xénophobie ? Bédié n’a rien dit, Soro aussi parce qu’ils étaient avec Alassane. Aujourd’hui, ils ne sont plus avec eux et ils critiquent le pouvoir, moi ce n’est pas ma politique comme ça.

Ils ont quitté Alassane parce qu’ils ont perdu des postes, ils n’ont pas eu tout ce qu’ils veulent. Si Alassane leur propose un poste de vice-président et de premier ministre, ils vont revenir au RHDP. Soro va revenir au RHDP avant 2020, c’est mon analyse personnelle.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire