Côte-d’Ivoire: « Gbagbo devait soutenir Bédié en 1999 et en 2010 Bédié devait soutenir Gbagbo » (Guikahué)

Lu pour vous

Guikahué dans le Gôh: « aujourd’hui, Bédié se rend compte qu’il aurait dû soutenir son petit-frère Gbagbo en 2010 »

Maurice Kakou Guikahué a sollicité, le dimanche 1er septembre 2019, la bénédiction de la chefferie de la région du Gôh pour la tournée de réconciliation nationale.

“Avant de bouger, il faut d’abord que je demande à vous mes parents du Goh” la bénédiction, a indiqué le Pr Kakou Guikahué devant une centaine de chefs traditionnels venus des départements de Gagnoa et d’Oumé.

Il a révélé à ces têtes couronnées que “les choses vont s’accélérer” avec de nombreuses délégations du PDCI et de son allié, le FPI, dans les villages, pour booster la réconciliation nationale entre toutes les populations.

“Si aujourd’hui, Bédié se rend compte qu’il aurait dû soutenir son petit-frère en 2010 et que Gbagbo a compris qu’il aurait dû soutenir son grand-frère en 1999, c’est une bonne chose”, a déclaré Guikahué, assurant que le FPI et son parti iront à la réconciliation en faisant fi du passé.

“Ne décevez pas la confiance que le président Bédié a placée en vous et ne nous décevez pas aussi”, a déclaré le président du collectif des chefs de villages du département de Gagnoa et porte-parole de la chefferie du Goh, le Dr Dagbo Gadji Joseph, rappelant au ministre Guikahué qu’il est la fierté des populations locales, pour avoir été choisi par le président Bédié.

Par Véronique Fortes
Ivoirebusiness

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

4 commentaires sur “Côte-d’Ivoire: « Gbagbo devait soutenir Bédié en 1999 et en 2010 Bédié devait soutenir Gbagbo » (Guikahué)

  1. Moi je comprends Guikahue. Il a compris et a vu par preuve que le poids électoral est fait sur la base tribale, c’est ca qui est la vérité. Sinon a l’heure actuelle si ce n’est pas le cas, Quel représentant FPI ou PDCI qui peut aller au fin fond du Nord pour faire campagne? Tout dernièrement on a vu ce que cela a cree, donc soyons réaliste. 1999 et 2010 ressemble a 2010, et 2015, et ressemblera a 2020 rien a change, ou bien? sinon pourquoi ADO a voulu fair alliance coute que coute avec Bedie, encore une fois de plus soyons réaliste. Et de surcroit si comme les  » medias internationaux on reconnu que Gbagbo pesait comme démontré 47% du poids electoral donc c’est tout simple on ajoute les 24% du PDCI, et y pas match, PDCI, FPI gagne les prochaines elections au premier tour.

  2. ATTENTION

    L’ordre de la citation est extrêmement important.

    Le titre de connection est :
    « Gbagbo devait soutenir Bédié en 1999 et en 2010 Bédié devait soutenir Gbagbo »
    Ce qui tend à supposer qu’il y aurait eu une « entente » entre les deux partis ou personnes, avec GBAGBO qui aurait dû soutenir BEDIE en 1999 et BEDIE en retour qui aurait dû soutenir GBAGBO en 2010.

    GUIKAHUE dit pourtant ceci :
    “Si aujourd’hui, Bédié se rend compte qu’il aurait dû soutenir son petit-frère en 2010 et que Gbagbo a compris qu’il aurait dû soutenir son grand-frère en 1999, c’est une bonne chose”

    Le sens est complètement différent.

    GUIKAHUE soutient que ces deux hommes politiques, après réflexion, « reconnaissent » :
    BEDIE : qu’il aurait dû soutenir GBAGBO pour éliminer OUATTARA et son RDR en 2010
    GBAGBO : qu’il aurait dû soutenir BEDIE toujours dans la même optique qui était d’éliminer la menace OUATTARA en 1999 (caché derrière le coup d’état mené par les « jeunes mutins », puis par l’homme de paille GUEI)

    Voici le sens de ses propos.

    Il s’agit donc de regrets exprimés, qui vont tous dans un seul sens, éliminer OUATTARA. Le choix contraire ou autre aura permis à OUATTARA de prospérer, ce que ce front d’opposition ne veut plus faire.

    Dabakala.

  3. Comme de bons politiques, ces 2 hommes sont avant tout mus par leurs calculs. La vraie question est de savoir qui aura fait le meilleur calcul même si avec des « si »…

    – En 1999, un coup d’Etat stupide se conclut avec succès. Gbagbo aurait-il pu, par une déclaration contraire, défaire ce qui venait d’être fait ? Là aussi, sa déclaration qui continue de faire mal au PDCI se comprend : Bédié est resté fermé à toute idée d’ouverture démocratique. Hors de question de faire voter les jeunes de 18 ans, hors de question d’instituer le bulletin unique., réfractaire à l’urne transparente, à l’idée d’arracher le scrutin au ministère de l’intérieur. Et pire, il préparait u projet de réforme constitutionnelle pour imposer le mandat présidentiel de 7 ans. Son dégommage ne pouvait donc, aux yeux d’un démocrate, que représenter une éclaircie de l’horizon politique jusque là bouché. Un mal pour un bien donc.

    – En 2010, Bédié fait le mauvais calcul que Ouattara ne passera pas le cap du premier tour, et que son électorat réputé moutonnier votera pour lui Bédié au second tour contre Gbagbo. Mauvais calcul. Mais le plus mauvais calcul sera de ne pas comprendre qu’il ne reste à Gbagbo qu’un seul et unique mandat à faire, ce qui dégagera l’horizon pour son PDCI dès 2015. Au contraire de Ouattara qui pourrait en faire 2, jusqu’en 2020.

  4. Après avoir lu les propos de notre Honorable député Mr Guikahué,j’ai toute suite voulu revisiter l’une des chansons de notre Rasta national Alpha Blondy « Politiki ».
    C’est édifiant de la cécité et la sénilité de certains acteurs politiques.
    Et Djah mon gbaka est plein donc je passais fiaaaa.

    À chacun sa lorgnette !!

Comments are closed.