Suspendu, le « berger » Achija Pacôme Marie quitte l’Église catholique romaine de Côte-d’Ivoire

Urbi & Orbi Africa

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, le berger Achija Pacôme Marie a annoncé son départ de l’Église catholique.

Suspendu par le diocèse d’Abidjan et radié de la Communauté mère du divin amour (Cmda), il est désormais membre de l’Église orthodoxe au sein de laquelle il annonce le lancement d’un mouvement de prière œcuménique.

Achija Pacôme Marie N’goran est désormais « fidèle et membre de l’Église orthodoxe ». Dans un communiqué publié, lundi 2 septembre, sur sa page Facebook, il annonce son départ de l’Église catholique pour l’Église orthodoxe car son « appel ne pouvait s’exprimer uniquement qu’au travers des deux piliers fondamentaux que sont l’eucharistie et la Théotokos (Marie Mère de Dieu). »

Très influent et suivi sur les réseaux sociaux, Pacôme Marie Achija, était le « berger » du « Ministère d’évangélisation et de combat spirituel », l’une des subdivisions de la Communauté mère du divin amour (Cmda), la première communauté nouvelle ivoirienne issue du Renouveau charismatique.

Le 3 février, il avait été suspendu pour trois mois par le cardinal Jean Pierre Kutwa, trois semaines après le scandale provoqué par une imposition des mains reçue des mains d’Alph Lukau, un pasteur évangélique sud-africain très controversé.

Défiance

Alors que sa suspension n’avait pas encore été officiellement levée, Pacôme Marie avait annoncé, au mois de mai, sur sa page Facebook qui compte un peu plus de 150 000 membres, la reprise de ses activités. Cette attitude a été qualifiée de « défiance vis-à-vis de la communauté et de l’Église » par la Cmda avec laquelle il était lié depuis des années. Celle-ci l’a exclu le 22 mai.

Pacôme Marie Achija nouveau membre de l’Église orthodoxe a justifié sa décision par les difficultés spirituelles, matérielles et financières que vivent les membres de son groupe de prière, et le refus de l’Église catholique de lever sa suspension.

« Nous n’avons cessé de frapper à toutes les portes (la Communauté mère du divin Amour, le cardinal, certains évêques, vicaires généraux, prêtres, etc.) demandant pardon et suppliant parfois même dans les larmes de nous permettre d’annoncer simplement et uniquement l’Évangile d’amour de notre Seigneur Jésus-Christ », confie-t-il dans son communiqué.

Personnes vulnérables

Toujours selon Achija, depuis 9 mois que dure sa suspension, « entre huit mille et quinze mille personnes, nourries à la sève de l’évangile et de la grâce que déployait ce ministère sont privées de soins pastoraux et ne cessent de crier leur détresse par des appels et des visites incessants. »

L’ancien berger de la Cmda explique en outre, que des personnes vulnérables – entre 1 000 et 2000 par jour – et les bénévoles qui « bénéficiaient pour leur suivi et leur entretien du soutien (financier NDLR) et de l’encadrement du ministère », sont abandonnés de tous. « D’autres en sont même morts », révèle-t-il.

« Avec la bénédiction des évêques et primat de notre éparchie, nous lançons ce jour (2 septembre NDLR) un mouvement œcuménique, prophétique, apostolique et marial », a enfin annoncé Pacôme sans donner plus de détail.

Guy Aimé Eblotié, à Abidjan
Source: Africa.la-croix.com

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire