Aggiornamento historique: Coup de maître de l’opposition en Côte-d’Ivoire

Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié sont deux adversaires jurés, opposés politiquement et idéologiquement. Au Pouvoir comme dans l’Opposition, ils n’ont jamais fumé le calumet de la paix.

Les circonstances les ont rapprochés et les jettent dans les bras, l’un de l’autre. Au grand déplaisir de leurs contradicteurs. Le dénominateur commun à cette idylle s’appelle Alassane Ouattara.

L’actuel chef de l’État a préféré déporter son prédécesseur dans les geôles de la CPI pour le neutraliser et a roulé dans la farine son « aîné » qui lui a déroulé le tapis rouge, en le faisant baptiser « Alla N’San ».

Autant les retrouvailles politiques entre Ouattara et Bédié au sein du RHDP ont été surprenantes au point que le président du PDCI-RDA a argué qu’en « politique, il n’y a rien d’impossible », autant l’aggiornamento entre Gbagbo et Bédié est historique, à un moment clé: Laurent Gbagbo, accusé de crimes contre l’humanité, a été innocenté à la CPI le 15 janvier 2019, mais reste en liberté…conditionnelle, dans l’attente de l’éventuel recours de la procureure de la Cour.

Le premier meeting que ces deux leaders ont fait organiser le samedi 14 septembre 2019 est un coup d’essai de mobilisation militante qui s’est avéré un coup de maître.

La ferveur politique qui s’est emparée des militants des deux bords politiques, brandissant indistinctement les posters de Gbagbo et Bédié, présente ce duo d’anciens présidents de la République comme l’alternative crédible au Pouvoir et le principal adversaire du Parti unifié RHDP pour la présidentielle d’octobre 2020.

De ce fait, faute de prendre le train pour ne pas jouer les seconds rôles, des partis ou coalitions de l’Opposition pourraient bien se trouver, à leur insu, à la périphérie à jouer les trouble-fêtes; sans compter que la guerre des logos et sigles devient ainsi un combat d’arrière-garde et une querelle de clocher.

F. M. Bally

Author: La Rédaction

2 commentaires sur “Aggiornamento historique: Coup de maître de l’opposition en Côte-d’Ivoire

  1. A la lecture de la presse ce matin, je constate, hormis l’habituelle guerre des chiffres, un incroyable exercice d’admiration de nombril de la part de l’opposition. Tant et si bien qu’on peut se poser la question de savoir si notre opposition a réellement une analyse stratégique des faits :

    1°) Dans un paysage politique divisé globalement entre 3 grands groupes et dans une ville agglomérée qui compte autour des 7 millions d’habitants, réunir 35 à 50 mille personnes n’est pas un exploit. Le FPI version Affi, Raci de Soro Guillaume, Lider de Mamkoul, Cojep de Charles Blé Goudé, UDPCI de Mabri pour ne citer que ceux-là y arriveraient tout aussi bien, a fortiori le RDR remaquillé en RHDP et le PDCI + le vrai FPI. Pas de quoi pavoiser donc.

    2°) Pourquoi Ouattara, très occupé à museller l’opposition depuis 8 ans, autorise subitement celle-ci à se réunir, de surcroît contre lui ? Il y a anguille sous roche et nul doute que l’homme a déjà prévu que ce rassemblement que la Constitution aurtorise sans restriction, sera à très court terme utilisé contre l’opposition ou ses objectifs. C’est connu, Ouattara n’a jamais fait de cadeau à quiconque s’il n’en tire pas un plus grand bénéfice lui-même.

    3°) Se réunir et réussir le pari de la mobilisation est un fait mais pas une fin en soi. C’est quoi le next step après toutes ces déclarations à l’emporte-pièce ? Occuper le terrain sur les 12 à 13 mois qui nous sépare de la future élection commande un agenda plus clair, plus précis, plus dense. Là-dessus, on reste sur notre faim et ne me dites pas que ce n’est que le début.

Laisser un commentaire