Côte-d’Ivoire: Dogo Belmonde choisit l’administrateur civil Dogbo Marlène comme directeur de son cabinet

Par Connectionivoirienne

La nomination des directeurs de cabinet suite au remaniement ministériel du 4 septembre dernier a été entérinée par le chef de l’Etat mercredi en conseil des ministres. Au Secrétariat d’Etat à l’Autonomisation de la Femme (Seaf) Dogo Myss Belmonde a porté son choix sur Dogbo Marlène Renée, administrateur civil de profession et ex-sous-préfet de Galébré, village d’origine de la Secrétaire d’Etat.

Une petite polémique s’est déclenchée sur les réseaux sociaux quand le nom de la directrice de cabinet a été dévoilé. Une polémique basée sur la presque similitude des patronymes des deux personnalités, Dogo et Dogbo. Au-delà du fait que la nouvelle directrice de cabinet soit une femme dans un ministère dédié exclusivement à la promotion de la femme, certains ont trouvé une affinité familiale dans cette nomination.

A la vérité, d’affinité familiale, il n’en est rien. S’il est su de tous que Dogo Belmonde, l’étoile montante du Rhdp, députée à l’assemblée nationale et vice-présidente de cette institution est originaire de Galébré (Gagnoa), Dogbo Marlène Renée est quant à elle, apolitique et d’origine Attié, d’Afféry, plus précisément. Les chemins des deux femmes se sont croisés à Galébré après les législatives de 2016 remportées par Dogo Belmonde dans la circonscription de Guibéroua Galébré Dignago. A Galébré où elle était en poste, madame le sous-préfet ne se faisait jamais prier pour être présente aux cérémonies organisées par la nouvelle députée. Sa disponibilité, ses conseils avisés, son professionnalisme et le sens du devoir séduisent la députée qui ne faisait plus rien sans y associer la représentante du gouvernement. Une affinité et une complicité naissent ainsi entre les deux dames qui s’apprécient mutuellement.

Quand elle est nommée au gouvernement le 4 septembre 2019, c’est sans sourciller que la nouvelle secrétaire d’Etat porte son choix sur sa complice qui jouit d’une bonne réputation et qui répond aux critères de choix imposés par le chef de l’Etat dans la désignation des directeurs de cabinet. A savoir que ces personnalités doivent être des technocrates chevronnés qui tiendront avec responsabilité les ministères en l’absence des ministres invités à être des hommes et femmes de terrain.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire