Danse « ahoco » de Safarel Obiang: Des « journalistes culturels » refusent de « relayer » le concept

« L’union des journalistes culturels de Côte d’Ivoire (UJOCCI demande aux médias « de ne pas relayer » les danses de l’artiste Safarel Obiang

Edwige FIENDE

Les journalistes culturels de Côte d’Ivoire ont invité mercredi les médias à ne « pas relayer » les danses du nouveau concept « Ahoco » de l’artiste coupé décalé Safarel Obiang.

« L’union des journalistes culturels de Côte d’Ivoire (UJOCCI) demande à tous les médias et journalistes culturels de ne point relayer les danses qui s’apparenteraient à une séance de m… », indique une note de l’association.

Origine (Wikimédia)

L’Ahoco est un instrument de musique traditionnelle des Baoulés, un peuple originaire du centre de la Côte d’Ivoire. Cet instrument est promu par l’artiste chanteuse Antoinette Konan. Il s’agit d’un bâton que l’on racle à l’aide d’une écorce de fruit séché et d’une coquille de noix aplatie.

Ces journalistes, qui regrettent les proportions que prennent les débats autour du nouveau concept « Ahoco » de Safarel Obiang, ont invité l’artiste « à dissocier immédiatement » de son concept de l’interprétation faite.

Suite au débat que suscite son nouveau concept « Ahoco » sur les réseaux sociaux, l’artiste avait expliqué qu’il faisait allusion à l’instrument traditionnel de musique « Ahoco » mais selon les internautes et l’UJOCCI, la manière « de danser renvoie à la promotion d’une autre chose ».

Ils ont invité le ministère de la Culture « à se saisir de la question pour éviter un dérapage ».

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire