Côte-d’Ivoire: La forêt du Banco menacée, explications du préfet d’Abidjan

La Forêt du Banco fait 3.448 hectares de forêts, dont 600 ha de forêt primaire, c’est à dire une forêt née depuis le début de l’humanité et qui n’a jamais été violée.

C’est la deuxième plus grande réserve naturelle au monde en pleine Capitale, après Rio de Janeiro. Sachez que Central Park à New York est une ancienne décharge (notre Akouedo), transformée en forêt.

Le parc compte 800 espèces de flore et 60 espèces de faune, dont les plus caractéristiques sont les chimpanzés, les guibs(gazelles), les cephalophes (biches), les singes, les reptiles (vipères rares ), les grosses silures de riviere et des espèces rares de crocodiles nains. Enfin, Une grande variété d’oiseaux dont l’aigle royal et le calao longibande.

La forêt du Banco, c’est 90.000 tonnes de gaz carbonique absorbées par an, donc une partie du gaz carbonique que nos activités humaines ont générée à Abidjan.

C’est aussi 110.000 tonnes de particules de poussières captées, c’est à dire que si la forêt du Banco n’existait pas, les 110. 000 tonnes de poussières qu’elles captent viendraient pourrir l’air que nous respirons et nous rendraient malades.

La Forêt du Banco est un bouclier, un écran contre l’érosion pluviale et éolienne; elle contribue à la stabilisation et à la recharge de la nappe phréatique.

Si tout ce français est trop compliqué pour certains d’entre nous , sachons simplement que jusqu’à récemment, la Forêt du Banco produisait près de la moitié (environ 40%) de l’ eau potable qui coule dans tous les robinets d’Abidjan.

En clair , c’est en partie grâce à la Forêt du Banco que nous buvons de l’eau propre à Abidjan.

Malheureusement, la Forêt du Banco est agressée tous les jours. Elle a perdu 36 hectares ces 30 dernières années.

Certaines populations s’installent anarchiquement sur les bords et détruisent certaines espèces rares.

Les activités criminelles sont aussi une menace sur la Foret du Banco. En effet , les fumoirs se sont constitués sur certains périmètres. La vigilance de la Gendarmerie et de la Police a permis de détruire tous les fumoirs où se déroulent souvent des scènes sanglantes et meurtrières .

Cependant, les fumoirs de fortune et à ciel ouvert voient le jour ici et là pendant quelques heures. Les rondes des forces de sécurité mènent la traque permanente.

Enfin, tous les déchets produits en amont dans les Communes d’Adjame, d’Abobo, d’Attecoube et de Yopougon et qui se déversent pendant les pluies dans le parc mettent en danger la forêt elle-même ainsi que les animaux qui y vivent.

Sachez que pour une meilleure coordination de tous les services qui concourent à la bonne gestion du Parc, le Gouvernement a donné compétence officielle et règlementaire au Prefet d’Abidjan pour présider le Conseil de gestion de cette forêt placée sous l’administration technique des dynamiques équipes de l’OIPR (Office National des Parcs et Réserves). Tache dont nous nous acquittons. D’où la visite de ce jour.

Donc, populations, contribuez chacun à votre niveau à la bonne tenue du Parc. Venez prendre des permissions pour la visiter entre amis, en familles ou avec vos collègues de travail. Considérez la comme la forêt sacrée de vos villages.

L’environnement, ce n’est pas du snobisme ou un « problème de Blancs », comme certaines personnes le croient. L’environnement, c’est une question tout aussi importante et urgente que la Sécurité, l’Education, la Santé, l’Emploi, les Infrastructures, etc. Les catastrophes naturelles et le dérèglement climatique sont là pour nous le rappeler.

Chaque fois que vous serez sur l’autoroute et que vous regarderez la Forêt du Banco, soyez fiers et dites-vous que cette mère nous couve de son amour et nous permet de vivre.

Donc ceux parmi vous qui ont des mâchoires carnassières et qui cherchent agouti dans toutes les brousses là, ne vous aventurez pas vers la bas , sinon vous nous trouverez sur votre route .

Facebook : https://web.facebook.com/VincentTohBi

Blog : http://vincenttohbiirie.com

VINCENT TOH BI IRIÉ

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire