Le prix du kg de cacao fixé à 825 FCFA en Côte d’Ivoire pour la campagne 2019-2020

Emma ASSEMIEN

Le prix bord champ du cacao, dont la côte d’Ivoire est le premier producteur mondial, a été fixé à 825 fcfa le kilogramme pour la campagne principale 2019-2020, soit une augmentation de 75 f (10%) par rapport à la campagne 2018-2019 (750 F), a annoncé mardi le PCA du conseil café cacao Lambert Kouassi à une conférence de presse.

« Sur la base des ventes anticipées réalisées, et tenant compte du solde de cacao a vendre, j’annonce que le prix garanti aux producteurs sur toute l’étendu du territoire pour la campagne principale 2019-2020 est fixé à 825 FCFA par kilogramme bord champ pour le cacao bien fermenté et bien séché », a annoncé M. Kouassi.

Le prix bord champ du cacao avait été fixé à 750 franc CFA de kilogramme pour la campagne principale 2018-2019 et maintenu au même prix pour la campagne intermédiaire qui s’était ouverte le 1er Avril.

Selon le PCA du Conseil,  » la campagne qui s’annonce par une bonne anticipation des ventes  » a permis de « réunir les conditions pour servir a nos producteurs un prix bord champ qui soit un prix encourageant ».

Lundi, la représentante des récipiendaires des prix de meilleurs producteurs et meilleures sociétés coopératives, Aissata Doumbia, avait, nom des producteurs de cacao souhaité « une augmentation du prix d’achat au kilogramme du cacao » pour cette la campagne.

« Nous ne sommes pas encore au 1.000 f comme souhaité mais le chef de l’État Alassane Ouattara lui même la clairement dit c’est notre objectif, vous le voyez nous y allons progressivement », a rassuré Lambert Kouassi.

Le 06 aout, dans une interview accordée à la télévision nationale la veille de l’indépendance, le président ivoirien Alassane Ouattara avait annoncé une augmentation du prix du cacao le 1er octobre, souhaitant le retour au prix de 1.000 F CFA fixé lors de la campagne de 2015-2016.

Il avait indiqué que la stratégie consistait à « augmenter régulièrement le prix aux producteurs » de cacao.

« Les mesures d’accompagnement habituelles demeurent en vigueur ainsi aucune réfraction n’est autorisée sur le prix garanti aux producteurs, le dispositif de contrôle du prix et de la qualité est maintenu pour luter contre les pratiques de certains opérateurs véreux et aussi la fuite transfrontalière du cacao », a conclu M. Kouassi.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire