L’extension du réseau électrique desservira 100 000 personnes dans l’ouest de la Côte-d’Ivoire

Le premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly a procédé le 3 octobre à Guiglo (Sud-ouest du pays), au lancement d’un projet d’extension du réseau électrique qui desservira 100 000 personnes de 8 quartiers de la ville.

Evalué à 1,2 milliard de FCFA (environ 2 millions $), ce projet consiste également à implanter 1648 nouveaux poteaux, dérouler 73 kilomètres de câbles et créer 11 postes de distribution de haute et basse tensions.

Selon le Premier ministre, l’achèvement de la première tranche du projet à la fin de cette année permettra déjà à une partie de la population de bénéficier de l’électricité.

Cet investissement fait partie des projets du Programme Social du Gouvernement (PS GOUV) estimé à 727,5 milliards FCFA (environ 1,24 milliards $) sur la période 2019-2020 destiné à améliorer les conditions de vie des Ivoiriens.

La fin des travaux est prévue pour juin 2020.
Ecofin

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “L’extension du réseau électrique desservira 100 000 personnes dans l’ouest de la Côte-d’Ivoire

  1. ALLONS A GUIGLO
    ==============================
    100 000 personnes avez-vous dit ? Je trouve le chiffre fortement sous-estimé !

    Le projet du 4ème pont impactera entre autres zones, les sous-quartiers de Mamie Faitai, Yaosséhi, Doukouré, Nouveau Quartier Extension, les quartiers et village de Fromager, Jean-Paul 2 en Haut, Santé 3, communément appelé Mossikro !

    Par ailleurs, le projet du 5ème pont (vous avez dit ADO-PONTS ?), et la future grande autoroute intérieure de YOP de 2×3 voies, la très importante liaison multimodale entre l’autoroute du Nord et la future extension du Port, qui permettra également de détourner le trafic actuel de poids lourds de la voirie urbaine sur la commune de Yopougon, d’autres sous-quartiers seront touchés !

    Dans le même temps des opérations de déguerpissement des occupants et de reconquête des espaces publics sont engagées dans ces mêmes zones par… le Ministre OULOTO et sa vaillante équipe !

    Quelles sont les personnes touchées par ces opérations et cette modernisation de grande ampleur ?

    Des anciens fonctionnaires de l’Etat à la retraite pour la plupart et qui faute de revenus à la hauteur de leurs charges avaient transformé les devantures de leurs résidences (SICOGI, SOGEFIHA) en boutiques, ateliers de couture, salons de coiffure, kiosques, maquis et bars, restaurants etc…Avec la bienveillance d’un Etat-Dormeur….ou l’Etat-fêtard. C’est selon…

    Dans une vision humaniste du futur, le Plan d’Action de Réinstallation (PAR) des personnes affectées par ces projets structurants pourrait être élargi et inciter les ressortissants de l’ouest, nombreux dans ces zones et qui le SOUHAITERAIENT à regagner leurs villages en forte modernisation aujourd’hui. Moyennant un accompagnement décent. On aurait des villages-modernes  » Ouattara Kagni » ou « GON Mon Bienfaiteur » ….

    Je ne dis pas qu’il faut remplacer les anciens habitants de Yopougon par de nouveaux citoyens plus fortunés. Mais sachant que les restructurations urbaines sont inéluctables, après les expériences décriées de Danga et Port-Bouet, de Koweit j’en passe, il faut anticiper ! Toutes les grandes villes du monde ont connu ces mutations ! Le cas de Paris sous Haussmann est bien connu des architectes qui viennent de boucler leur salon…

    Il est bien loin l’époque dorée où Victor GUEI, Artiste-chanteur, roi incontesté du Lékiné, ravageait les cœurs des mélomanes dans les faubourgs de «Mon mari m’a laissée» et de Yaoséhi ! Et Yodé n’a pas eu tort de nous expliquer comment les Guérés sont arrivés à Abidjan !

    Depuis 12 juin 2006, Guéhi Victor n’est plus de ce monde. RIP l’Artiste. Son frère, Guehi Jean & les Super Banty’s de L’Ouest avaient chanté avec prémonition en 1983 « ANI-BARA » pour encourager celui qui travaille pour la postérité ! Et aussi un autre tube à succès « POUSSER POUSSER »… Jusqu’à Guiglo ?

    « Guérés à Abidjan…. » Si nous « Allions à Guiglo » et à Toulepleu !

Laisser un commentaire