Guiglo ouest de la Côte-d’Ivoire: Un pont à voie unique pour accéder à la ville avec tous les risques

Entrer à Guiglo sans connaitre la ville située dans la région du Cavally à l’ouest de la Côte d’Ivoire n’est pas chose aisée. Un pont, d’une seule voie donne aux automobilistes et piétons les clés de la ville avec tous les risques de collision que cela présente étant donné que de part et d’autre du pont la route est à deux voies.

Il est 10heures sur l’axe Duekoué – Guiglo, au coeur du grand ouest ivoirien. Le bitume se dresse sur les 29 kilomètres, séparant les deux villes, avec une santé à faire pâlir le bitume de certaines villes du pays. Le vent frais de la végétation abondante sur l’axe remplit les poumons. Les fleurs marguerites de leur couleur jaune, donnent des airs de gaieté au trajet.
Joie et bonheur de courte durée, cependant. Et pour cause, à peine 20 minutes de route et voilà que se présente le pont de Guiglo, étendant ses pieds de part et d’autre du fleuve Nzo. Un premier virage pour y accéder et un second pour en sortir. Et pourtant, ce pont dispose d’une seule voie. La circulation à double sens est impossible.

Illustration. Un camion transportant des tables bancs déboule à vive allure en direction de Duekoué. Pendant ce temps, un taxi communal sort de Guiglo. Le frein et la décélération ne sont pas de rigueur dans ce dialogue automobile. Croisement au milieu du pont. Le tête-à-tête dure plusieurs minutes. Les piétons sur le passage qui leur est réservé font demi-tour grâce à un sprint pour ne pas être comptés dans les dégâts collatéraux de ce « duel ». Le taxi se résout finalement à faire marche arrière. Le pire est évité. Mais par moment il est inévitable. « Ici c’est courant et les accidents ne manquent pas. Personne ne veut laisser passer l’autre », explique Daniel Foyé, résident de Duekoué avant d’ajouter que « Si le pont avait deux voies, les choses iraient mieux ».

La région du Cavally compte plusieurs entreprises spécialisées notamment dans le bois et l’hévéa. Les camions poids lourds transportant les produits de ces entreprises sont réguliers sur le pont dont la nouvelle peinture rouge et blanche cache difficilement la vétusté.

Le premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly était en visite officielle dans la région au début du mois d’octobre 2019. Bonne nouvelle ou pas de nouvelle ? « Je pense que les gens
qui l’ont rencontré lui diront qu’il faut un autre pont », confie Junior Traoré, technicien audiovisuel résidant à Guiglo.
En attendant une réaction, la consigne de la courtoisie apprise dans les autoécoles est encore de mise pour éviter les accidents.

J.S.Dagou
Lebanco.net

Facebook Comments

Author: La Rédaction

2 commentaires sur “Guiglo ouest de la Côte-d’Ivoire: Un pont à voie unique pour accéder à la ville avec tous les risques

  1. ====== DES PONTS ET DES ROUTES , ENCORE ET TOUJOURS ======

    Cote d’Ivoire: Guiglo : le pont du N’Zo en mauvais état
    ================= 10 NOVEMBRE 2003 ========== Notre Voie (Abidjan) Par Aline Lago ============

    Les usagers de la route qui vont à Guiglo redoutent actuellement le pont qui traverse le fleuve N’Zo, en crue.

    Pour la traversée, les usagers font leur « signe de croix », tant le pont est en piteux état. Peuplée d’énormes nids de poule, de crevasses qui peuvent à tout moment causer de graves accidents de la route, ce pont ne peut plus supporter les camions poids lourds qui peuvent à tout moment le faire céder.

    ===========================
    Côte d’Ivoire/ Le pont sur le fleuve N’zo de Guiglo réhabilité

    ========= 16/08/2018 ========

    Guiglo, 16 août (AIP) – Le pont sur le fleuve N’zo, à l’entrée de la ville de Guiglo, reliant la Région du Cavally au reste de la Côte d’Ivoire, a été entièrement réhabilité et ouvert à la circulation, a constaté l’AIP mercredi. La réalisation de l’ouvrage, pilotée par le ministère de l’Equipement et de l’Entretien routier, a bénéficié de l’appui financier de la Banque africaine de développement (BAD). Les travaux de réhabilitation avaient été lancés la mi-juillet, suite aux multiples appels des riverains à l’endroit des autorités, devant les dangers potentiels auxquels ce pont en dégradation très avancée, les exposaient. Cette infrastructure a été construite dans les années 1960, indique-t-on. (AIP) tt/ra/gak/fmo

    ===================================
    Qu’il est drôlement efficace celui qui panse nos plaies quand les autres pensent aux prophéties de fin de monde des Mayas !

  2. Sacré @Grand-frère Wara.
    En plus d’avoir des connaissances chiffrées sur les données macro et micro-économiques, il nous dévoile une autre facette de son talent à savoir un bon bibliothécaire archiviste.
    Sinon pour ce pont réhabilité après 58 ans, il s’agit plus d’une question « de signe de croix » mais du respect du code de la route.
    Ce même type de pont d’une voie existe ailleurs: le pont sur le barrage d’Ayamé qui n’est aucunement un signe de croix pour les usagers.

    À chacun sa lorgnette !!

Laisser un commentaire