Yamoussoukro Côte-d’Ivoire: Assoa Adou prononcera un discours « rédigé » par Gbagbo au Giga Meeting du PDCI

Par Connectionivoirienne

Le Front Populaire Ivoirien est bien présent ce samedi au Giga-meeting du PDCI-RDA organisé à Yamoussoukro en hommage à feu Félix Houphouët-Boigny, premier président de la République de la Côte-d’Ivoire.

La tendance Laurent Gbagbo du PFI est représentée par son Secrétaire général, le docteur Assoa Adou, à la tête d’une très forte délégation.

Assoa Adou prononcera un discours rédigé par l’ex chef de l’État Laurent Gbagbo, toujours en liberté conditionnelle dans la banlieue de Bruxelles en Belgique.

Les organisateurs du meeting annoncent plus de 100 mille participants venus de tous les coins de la Côte-d’Ivoire.

Au moment ou nous rédigions ces lignes, les militants du vieux parti continuaient d’affluer par centaines à la place Jean-Paul II de Yamoussoukro.

Contrairement à la mouvance Gbagbo, l’autre tendance du FPI officiellement reconnue, dirigée par l’ancien premier ministre Affi N’guessan, n’a pas été associée à cette grande cérémonie organisée par le parti d’Henri Konan Bédié.

Hervé Coulibaly

Author: La Rédaction

3 commentaires sur “Yamoussoukro Côte-d’Ivoire: Assoa Adou prononcera un discours « rédigé » par Gbagbo au Giga Meeting du PDCI

  1. ===== LE JUMEAU, LE PORTE PAROLE ET L’INTÉRIMAIRE =======

    Ainsi c’est désormais Gbagbo qui rédige les discours officiels prononcés par Assoa Adou !

    Donc comme cela, Gbagbo dont lui même les discours étaient rédigés par le philosophe Voho Sahi Alphonse (dites désormais son Excellence), devient LE NEGRE ATTITRÉ de son Secrétaire Général !

    La précision imposée par l’article n’est pas fortuite.

    Quand AFFI le Président du Parti fait ses discours point besoin de signaler que c’est Gbagbo qui a tapé à la machine chaque lettre. Comme un mecanographe
    consciencieux de la vieille époque.

    Quand Feu SANGARE le gardien du temple, faisait ses allocutions, point besoin de dire qui était son inspirateur ! Il était le frère jumeau …

    Mais celui là doit faire mille allers retours pour s’entourer de toutes les garanties qu’on ne va pas le contester… Surtout à un tel meeting !

    =====GAGNOA CHEZ HOUPHOUËT ====

    Gagnoa chez Houphouët c’est un titre à succès des débuts de Magic System. Le jour oû des ressortissants de Gagnoa décidèrent d’aller parler GBÊ à Boigny, chez lui à Yamoussokro !!!

    La symphonie était belle et montrait par ailleurs l’attachement naturel de Gagnoa au FPI ! C’est du Zouglou pur et dur. Le Zouglou qui lui même est né dans les classes du Lycée Moderne de cette ville (devenu depuis lors Lycée 1 et Lycée 2).

    Les temps ont bien changé ! Depuis l’époque où le candidat député Gbagbo dessinait le PDCI comme le parti diabolique…beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts.

    Des ponts il y en a eu de nouveaux depuis la nuit des temps… A Beoumi, Samatiguila, Guiglo, Bétié, Jacquevile, Bouaflé, Bassawa Sandegué, Dioulatièdougou…. la liste est longue !

    Il y en a même eu un qui porte le nom de Henri Konan Bedié. Le plus grand, le plus beau, le plus cher !!! Lui seul vaut un 2eme mandat dixit le Sphinx de Daoukro…

    Et les autres alors ? Ceux qui contribuent à l’émergence de plusieurs régions hier enclavés de notre pays ?

    Non après moi le déluge ! J’ai eu mon pont et mon nom passera desormais à la postérité. Les autres peuvent se débrouiller !!!

    C’est donc à Yamoussokro que ce beau monde se réunit aujourd’hui. Pour nous dire quoi ou quel message que eux mêmes et leurs invités n’auront pas déjà oublié, à la gare et en partance de Yamoussokro.

    Demain il faudra nettoyer rapidement leurs traces dans la cité pour permettre aux entreprises en charge de rebâtir les voiries de reprendre leur travail.

    Les braves populations surtout celles de notre capitale politique, attendent moins de discours que de réalisations concrètes. Moins de prières sur son caveau que de réfections et de rénovation de ce qu’il a laissé. En effet certains héritiers avaient été pressés d’abandonner Yakro pour Pepressou .

    Et cela la mémoire collective ne peut l’oublier.

    L’âme du PDCI n’est pas dans les mains des laudateurs du jour.

  2. L’ASSEMBLÉE DES SAINTS MALO !
    ============================

    Un malo (personne réputé roublard et donc malhonnête en langage nouchi) peut il aller au Paradis ? Question FRAR !

    Que pouvons nous alors espérer d’une assemblée de Malos certifiés ?

    Pour savoir le sort réservé aux MALOS, il faut avoir lu L’ASSEMBLÉE DE DJINNS.

    L’assemblée des djinns est une belle oeuvre de feu Massa Makan Diabaté. Celui qui nous a laissés une trilogie de la trempe de celle que Venance KONAN nous offre autour des Catapilas, une truculente série que je vous recommande du reste !

    Les Malos finiront les uns après les autres, emportés par des aigreurs viscérales et dont l’effet sera comparable à une gangrène qui les ronge de l’intérieur.

    Bonne assemblée et bon meeting aux MALOS !!!

    Ces Malo reunis à Yamoussokro ne viennent pas de Saint-Malo, cette ville portuaire de Bretagne, en France et qui fut autrefois dit on, le siège pour les corsaires, ces pirates au service du Roi !

    Et n’allez surtout pas raconter que Bedié est entouré aujourd’hui de vrais corsaires et de suiveurs sans sous !

  3. CEUX QUI REFUSENT D’ASSISTER AUX FUNÉRAILLES DES AUTRES…
    ===============================

    Ils ont afflué massivement ce jour, disent-ils, à Yamoussoukro à l’espace du meeting si bien nommé Place Jean Paul II, ces militants de la nouvelle alliance !

    Mais entendent ils encore le Saint Homme ? L’ont ils du reste une fois écouté ?

    Certains sont âgés voire très âgés ! Parmi eux, il y en a qui abhorrent rendre publiquement hommage dans les funérailles des morts mais se contentent bien souvent bien de « prier » tous seuls dans le caveau de leur « père ».

    Que cherchent-ils exactement dans le caveau du Vieux Boigny ? Des bénédictions ? À boire et à manger ????

    Ceux qui comme moi ont logé à la Cité Rouge, le temps de leurs humanités, ont souvenance que le restaurant de cette cité mythique à une certaine époque, était baptisé le caveau ! L’architecte ayant dû consentir à son bâtiment un escalier particulier pour corriger le denivellement du terrain.

    Non ! Dans un caveau on ne devrait pas chercher seulement la bénédiction pour survivre à soi même et se re-créer alors que LES CHEMINS DE LA VIE nous conduisent petit à petit vers l’escalier de notre Seigneur !

    Ancien roi, il faut se rendre aux funérailles !

    Un ancien roi ça existe peu. Mais certains présidents ou chefs d’institutions publiques ont vécu tels quels. Des Roitelets sur terre et qui ne s’en cachaient point !

    Des penseurs ont travaillé sous leur ordres. Vous souvenez vous des Cercles Bedié ou de la Cellule Universitaire de Recherche et de Diffusion des Idées et actions politiques du Président Henri Bédié (CURDIPHE) ?

    Oui ce pays a connu bien de tares sociales et « intellectuelles » avant le grand coup de balai du Général venu de Kabacouma, aux pieds du Mont BIAN.

    Ces Roitelets réduits à leur simple expression refusent pourtant d’accepter LE CHEMIN DE LEUR VIE selon lecdevret de celui qui trace les destinées.

    Puisqu’ils occupent aujourd’hui de force le lieu du Saint Pasteur, il nous revient de leur rappeler quelques citations du Cardinal Bossuet, spécialiste des oraisons funèbres de Rois et Reines qui nous donnent ici à chaque mot qu’il prononçait, une leçon de ce monde.

    ========= AFIN QUILS DAIGNENT RESPECTER JEAN PAUL II ET LES CHEMINS DE LEUR VIE ========

    Oraison funèbre de Henriette-Marie de France, Reine de la Grand’Bretagne

    Et nunc, Reges, intelligite ; erudimini, qui judicatis terram.(Psal. II)

    Maintenant, ô Rois, apprenez, instruisez-vous, juges de la terre.

    Monseigneur,

    Celui qui règne dans les cieux, et de qui relèvent tous les empires, à qui seul appartient la gloire, la majesté et l’indépendance, est aussi le seul qui se glorifie de faire la loi aux rois, et de leur donner, quand il lui plaît, de grandes et de terribles leçons. Soit qu’il élève les trônes, soit qu’il les abaisse, soit qu’il communique sa puissance aux princes, soit qu’il la retire à lui-même, et ne leur laisse que leur propre faiblesse, il leur apprend leurs devoirs d’une manière souveraine et digne de lui. Car, en leur donnant sa puissance, il leur commande d’en user comme il fait lui-même pour le bien du monde ; et il leur fait voir, en la retirant, que toute leur majesté est empruntée, et que pour être assis sur le trône, ils n’en sont pas moins sous sa main et sous son autorité suprême. C’est ainsi qu’il instruit les princes, non seulement par des discours et par des paroles, mais encore par des effets et par des exemples. Et nunc, Reges, intelligite ; erudimini, qui judicatis terram….

    ==== POUR LE PRINCE DES NAMBÊS QUI S’ACCROCHE ENCORE AUX ESPÉRANCES TROMPEUSES DE CE MONDE ======

    Oraison funèbre d’Yolande de Monterby, abbesse des religieuses bernardines (abbesse du Petit Clairvaux, à Metz).

    Ubi est, mors, victoria tua 
    Ô mort, où est ta victoire ?(I Cor., XV.)

    Quand l’Église ouvre la bouche des prédicateurs dans les funérailles de ses enfants, ce n’est pas pour accroître la pompe du deuil par des plaintes étudiées, ni pour satisfaire l’ambition des vivants par de vains éloges des morts. La première de ces deux choses est trop indigne de sa fermeté ; et l’autre, trop contraire à sa modestie. Elle se propose un objet plus noble dans la solennité des discours funèbres : elle ordonne que ses ministres, dans les derniers devoirs que l’on rend aux morts, fassent contempler à leurs auditeurs la commune condition de tous les mortels, afin que la pensée de la mort leur donne un saint dégoût de la vie présente, et que la vanité humaine rougisse en regardant le terme fatal que la Providence divine a donné à ses espérances trompeuses.
    ==================================

    Je ne terminerai pas sans rappeler que le cimetière municipal de Williamsville ouvert en 1969, est aujourd’hui saturé.

    C’est pourquoi il a été fermé momentanément. Mais il y a quelques réserves d’État.

    Pour les Roitelets qui nous ont gouverné que ne ferait pas la République ?

    En raison de cette faveur d’État ils devraient de temps en temps s’y rendre et rendre les honneurs à nos illustres disparus comme à nos concitoyens anonymes qui nous ont précédé dans l’au-delà ! Quand bien même ils auraient fini de construire leurs caveaux personnels dans leurs villages.

    En faisant cette visite, Ils se rendraient compte à défaut d’avoir cette intelligence naturelle que la vie ne s’est pas arrêtée après le premier défunt inhumé là bas en 1969. Bien au contraire, après eux, le monde a continué à vivre et on a même découvert de nouvelles galaxies après que l’homme ait marché sur la lune.

Laisser un commentaire