Depuis Abidjan, comment Compaoré tente de reprendre le contrôle du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP)

Les sanctionnés du CDP se disent être « résolus à respecter les mesures prises par Blaise Compaoré »

Suzanne SAMA

Les sanctionnés du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, opposition), le parti de Blaise Compaoré, dont il en est le président d’honneur, se sont dits lundi à Ouagadougou être « résolus à respecter les mesures prises par M. Compaoré », évoquant la levée des sanctions prises à l’encontre de certains militants du parti.

« Nous nous sommes résolus à respecter les mesures prises par le président d’honneur », a déclaré Léonce Koné, représentant des sanctionnés dudit parti, précisant que « ceux qui avaient engagé des poursuites vont retirer leur plainte », lors d’une conférence de presse.

Selon M. Koné, « les sanctionnés n’ont jamais fait recours au président d’honneur pour leur réintégration, car pour eux, il n’a pas besoin d’être interpellé pour agir convenablement ».

Par ailleurs, Léonce Koné a indiqué qu’ils sont prêts pour un « dialogue constructif dans un climat apaisé » mais continueront à soutenir la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo.

Il y a un mois, une trentaine de cadre du CDP, ont été exclus, à l’issue d’un congrès extraordinaire de cette formation politique, à Ouagadougou.

Suite à ces sanctions, quelques jours plus tard, Blaise Compaoré, en exil en Côte d’Ivoire, à travers un courrier adressé à la direction du CDP, a appelé à “rapporter’’ les sanctions prises à l’encontre de ces cadres du parti, regrettant de n’avoir “pas été consulté’’ avant leur publication.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Facebook Comments

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire