Côte-d’Ivoire: Nyamsi, quelle crédibilité après avoir soutenu Ouattara, le RDR, les FRCI durant de longues années ? (Lettre ouverte)

Lettre ouverte au
Professeur Franklin Nyamsi Wa Kamerun,
Conseiller de SORO Kigbafori Guillaume

Monsieur le Professeur, conseiller technique de l’ancien Président de l’assemblée nationale de Côte d’Ivoire, il est temps que vous vous calmez un peu au risque de voir tous les Ivoiriens à vos trousses.

Vos nombreuses sorties impolies et irrespectueuses ont desservi votre mentor Soro par vos manquements aux autorités ivoiriennes à commencer par son illustre premier magistrat, le Président Alassane Ouattara qui a permis que vous soyez ce que vous avez été en Côte d’Ivoire.

Un peu de respect pour les personnalités ivoiriennes peu importe leur sensibilité politique.
Chez nous, ça se respecte, mon cher philosophe conseiller qui a encouragé la tuerie des Ivoiriens pour la bonne « cause » comme il te plaît de le dire.

Hier, tu présentais Alassane Ouattara et ses collaborateurs comme des démocrates sans pareils sur terre.

Tes conseils et tes sorties impolies ont mis SORO à la rue. Maintenant tu en veux à tout le monde. Qu’à fait Mr Bictogo ?

Tu parles des diplômes du respectable Bictogo, Charles De Gaulle avait quel diplôme universitaire ? Les professeurs, la Côte d’Ivoire en compte des milliers, pauvre ingrat.

Monsieur Bictogo n’a pas besoin de se justifier. De quel droit t’arroges-tu à parler de la sorte à notre leader ? Il faut savoir que ton attiéké est mouillé à jamais en Côte d’Ivoire car ton mentor ne sera rien dans ce pays. Il est temps que tu la fermes car nous ne partageons pas vos valeurs. Bande de rebelles ingrats.

Il y a tellement à faire au Cameroun pour t’acharner sur la Côte d’Ivoire et ses illustres dirigeants. Tu as la chance que le Président ADO respecte la vie humaine.

Silence ! Le pays est gouverné avec des mains propres, loin des intellectuels criminels, assoiffés de pouvoir absolu par tous les moyens.

Guibé GRAHOUAN
zraga198@gmail.com

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire