Diaspora Cote-d’Ivoire: Le RHDP France en « démonstration de Force » à Paris

La Rentrée Politique du RHDP France a connu un franc succès. Ils étaient nombreux, plus de 5000 personnes à effectuer le déplacement pour suivre en direct l’événement. Vénus des villes de province, et de différents pays d’Europe et autres, les militants et sympathisants du RHDP sont arrivés le cœur en joie et l’esprit en fête. Par cette forte et importante présence , il nous est permis de dire que la démarche de proximité voulue et initiée par le Directeur exécutif adjoint chargé des militants de l’extérieur, M. Diaby Lanciné le comité d’organisation et les membres de la délégation actuelle a bien fonctionné.

All-focus

Le ton des discours

C’est face à des militants disposés, réceptifs que des discours de remobilisation, de remotivation ont été prononcés. Il s’agissait de rallumer la flamme des militants et autres sympathisants qui avaient cèder aux sirènes du découragement. En la personne de Diaby Lanciné, les militants RHDP de la Diaspora ont un interlocuteur à l’écoute. Travailleur sans relâche, Diaby Lanciné a invité « toutes les forces vives de la Diaspora, en France comme ailleurs à donner la priorité au RHDP ». En véritable VRP du parti présidentiel, il a estimé que « le RHDP a une vraie offre politique, crédible. » C’est l’offre politique d’une côte d’Ivoire unie dans sa diversité culturelle et laïque »à t-il ajouté.

Il est bon de rappeler que cette rentrée politique était placée sous le Parrainage du premier ministre M. Amadou Gon Coulibaly, représenté par le porte-parole principal du RHDP, le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani.

Envoyé spécial
Boni Félix Niangoran

Facebook Comments

Author: La Rédaction

5 commentaires sur “Diaspora Cote-d’Ivoire: Le RHDP France en « démonstration de Force » à Paris

  1. === LES PLEURS DE DOGO MADOU =====

    Dogo Madou est, disons le comme çà, un des communicants de Soro sur la toile. Spécialité : vidéoman. Particularités : il alterne allègrement le petit français nouchi et le malinké. A cette corde il y ajoute un talent linguistique en maîtrisant bien le Koyaka. Sa cible ? Le public des gares, des grins et tous ces jeunes qui ont été laissés en rade par le retour à une vie normale du pays.

    Dogo Madou se « débrouille » en France. Comme tout bon grouilleur, il a su creuser son trou quelque part…

    Dogo Madou avait juré que le RHDP allait « taper poteau » dans l’organisation de son meeting du 2 octobre à Montreuil.

    Pour « aider » le RHDP il a pris soin d’inonder sa prestation quotidienne d’avant meeting de preuves sonores de dilapidation du budget de cette organisation. Pour révolter d’éventuels participants, il est revenu à nouveau sur l’adhésion de Johnny Patcheko au RHDP. Rien que ce « recrutement » peut le tuer ! Cest comme un gardien de but de l’africa sport qui voit subitement arriver un Antoine BELL comme nouvelle recrue. L’expérience vécue par Alain Gouamene dans les années 80. Intelligent Alino au lieu de se révolter, s’est davantage mis au travail et a gagné la confiance des sélectionneurs des Eléphants qui l’ont intégré dans l’équipe nationale ! Alors qu’il faisait banquette.

    Cette intelligence de la patience et de l’effort constant pour se remettre en cause, Dogo Madou et beaucoup de ses compagnons Soroistes y compris leur mentor lui même, ne les ont pas.

    Peine perdue pour notre homme. La salle du meeting a refusé du monde !

    Si vous voulez aider Dogo Madou, envoyez lui quelques kilos de colas et de « petit colas ». Il adore particulièrement croquer en directement le Garcinia kola, appelé au Cameroun chez l’ami Nyamsi « Bitter cola »… Si vous trouvez la cola du Cameroun il sera aux anges de découvrir cette cola à plusieurs faces. La cola du Cameroun est très particulière. Elle ne ressemble pas à celle d’Anyama.

    Parlant du Cameroun, je me suis réveillé ce matin aux airs de feu Eboa Lottin. Quel talent et quelle voix.

    EBOA veut dire la PRISON… je ne fais aucune mauvaise allusion…

    Ce matin donc j’écoutais simplement « LE JOUR DE TA MORT ».. Ce refrain qui commence avec les paroles de l’Ecclesiaste « Vanité des vanités.. Et tout est vanité. »

    Leçon à méditer par l’ancien éleve du petit Séminaire de Katiola.

  2. @ bonjour grand frère lion ( Wara en malinké…euh non en sindou-ka) bonjour avec tout MA respect..un clin d’œil à la chanson des magic system( solidarité)

    Là là…grand frère tu t’es trompé un peu deeee.
    Quand Antoine Bell est venu jouer à l’africa sports de 80 à 82 ( anciennement Cercle sportif Bété) ,Alino ( Gouaméné Alain) ,le mari de la basketteuse Madé Touré était encore bon basketteur au lycée I de daloa concomitamment avec son poste de gardien dans l’équipe Oissu football du lycée…il n’a pas été sur le banc des « du sang sur gazon» à cause de Bell.quand jojo est parti à Arab contractors en 83 zogoli Golié est venu en provenance de l’alliance de BOUAKE…donc la concurrence était en digbeu Denis et zagoli ensuite entre digbeu et Alino ensuite Alino et Obou macaire …Alino a commencé à être titulaire indiscutable autour de 1986 …avec lué biagné ruffin,Guedé gba Ignace alias turbo,miezzan aka victoria,Gnahore dépié Émile ( l’homme de Surulere…demandez à Segun Odegbami) ,sacré abialy,et autres…qui perdirent en 86 aux tirs aux buts la coupe d’Afrique des clubs champions contre le Zamalek du Caire …
    Bell était à ce moment déjà dans les perches de l’Olympique de Marseille…
    Take care

  3. Mea culpa @Mantape

    J’ai hésité sur la référence Gouamene (j’espère qu’il ne va pas me gifler comme l’autre de la FIF!)…

    J’avais vaguement la conviction qu’au moment d’une coupe d’Afrique les Éléphants (92 ?) ont joué avec un gardien qui n’etait pas titulaire en ce moment dans un club…. Mea culpa ce ne pouvait pas être CI84 car feu Dino Zoff (asec) Digbeu Denis (Africa) et Mel Meledje (CNOU puis Stade) étaient des titulaires a part entière en club.

    La grande finale de la coupe FHB 1983 c’etait bien Digbeu Denis qui avait perdu aux penalties face à Bakary Kone le 2e gardien de l’asec. Après cette égalisation rageuse de feu Ndiaye Boubacar Sekou… La finale que nous les mimos avions SOIGNEUSEMENT préparée a Conakry chez Sékou TOURE. Donc Digbeu serait peut être venu AVANT Zagoli ..

    En tout état de cause Bell est venu au temps de ZS. Un peu avant la débâcle face au modeste Semassi de Sokodé, malgré 8 internationaux africains du côté Africa… Déconvenue qui entraînera la prise en mains du club par un fils authentique des Oyés, mon cher ami, le banquier Lucien BLE l’homme providentiel qui inscrira le club dans les top 5 des clubs africains. Sans grands moyens du reste…

    Le passage de BELL aura été très bénéfique au plan sportif au club selon les témoignages de première main.

    Zagoli qui le remplacera APRES DD (Digbeu Denis) n’aura pas démérité tant avec les Éléphants (Caire 86) qu’avec les Oyes malgré les difficiles rencontres dont celles face aux égyptiens ou aux nigerians comme Iwuanyanwu Nationale… (Quand je m’ennuie en bon Mimos, je me soulage en écoutant la vieille cassette de ce match épique retour Africa – Iwuanyanwu Nationale, à Oweri dans la terre des Igbos, match commenté par Jean Louis Farat Touré. Match aller à Séguéla avec serpent dans couloir des Nigerians. Retour en capitale Igbo. Un Africa d’anthologie avec les Obou Macaire, Gnahore Depie, Tiero Omer, Monguehi Guei, Lignon Nagbeu, Miezan Pascal, Yekini, Sam, Thompson Oliya… les GRANDES défaites de l’Africa consolent un peu les mimos!)

    Chapeau pour la rectification. ALINO je n’ai rien dit de mal !!!

  4. De rien grand frère ..errare humanum est

    Alino en 1992 était titulaire au RAJA Casablanca…la finale de 83 lol…au fait qu’est devenu Dubaï didi leopold ?
    Pour le match iwanyawu -Africa..tu parles d’un Sam …fais tu allusion à Sam Turray ? Si c’est lui il avait quitté l’africa depuis longtemps….de même que Thomson Oliha que tu cites ne jouait pas encore chez les Oyés…
    Il est arrivé en 92 avec le colosse défenseur Adjibadé Babaladé et un numéro 10 très aérien qui «glissait» sur le terrain Taoufik malick…quand ben iroha et ishaya jatau choisissaient eux l’Asec…tous ces joueurs étaient issus d’Iwanyawu national qui après avoir martyrisé l’ex CSB nous élimina nous mimosas en 1991 aux tirs aux buts malgré le doublé de « Mami watta » alias Ben Badi lors de la manche retour au félicia…
    Dur d’oublier thomson oliha…
    Il nous crucifia en 1993 lors d’un quart de finale Asec -Africa en coupe nationale…
    Domination territoriale de l’asec …ouverture de kassy kouadio Lucien jésus vers ishaya jatau …passement de jambes sur Lue ruffin tir du gauche Obou macaire archi battu immobile dans ses perches ( dos aux monuments aux morts ) poteau gauche ….
    Sortie ( tactique? Seul L’entraîneur Manglé Eustache alias Tchabio pourra répondre ) de Ben badi …le match change l’africa se réveille..Maguy Serge Alain invisible jusqu’alors donne le tempo…83 éme minute c’est lui qui centre ,faute de main de Losseni konaté ,le gardien mimos,Thomson oliha en embuscade marque de la tête dans les buts vides ….match wa wué…
    Grrrr ….j’enrage encore

  5. Han les frères @ Mantape et @Wara les disques dures de vos mémoires internes dépassent les 10.000 gigas dès.
    Vous êtes des CHAMPI KILOS,des l’AS KARA
    École coranique il n’y a pas son deux comme on le dit à ABOBO.

    À chacun sa lorgnette !!

Laisser un commentaire