Présidentielle 2020 Côte-d’Ivoire: Dr Abbas Yaya Bamba vient avec un budget de 3 milliards de fcfa pour sa campagne !

Il faudra compter avec Dr Abbas Yaya Bamba pour l’élection présidentielle d’octobre 2020 en Côte d’Ivoire. L’homme qui vit aux Etats-Unis après avoir flirté avec le milieu politique avant et après 1990 en tant que militant de première heure du Fpi fondé par Gbagbo, s’est déclaré prêt pour briguer la magistrature suprême. Il a fait son annonce mercredi 6 novembre 2019, dans un siège flambant neuf à Cocody 8e Tranche.

Dr Abbas Yaya Bamba est aussi prêt à relever tous les défis qu’impose une élection présidentielle avec son parti, le Congrès National du Peuple Ivoirien (CNPI). « Aujourd’hui, face à vous et à la nation, nous proclamons que nous sommes candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2020. Cette candidature qui est le témoignage de notre amour pour notre patrie sera aussi l’occasion pour nous d’offrir à nos concitoyens des moyens de résilience face à la situation politique nationale qui se dégrade dangereusement dans notre pays », a-t-il déclaré lors de sa conférence de presse de ce mercredi matin. En position de bataille, M. Bamba affirme avoir déjà rencontré les couches sociales, les leaders d’opinion et les acteurs politiques et la société civile, lesquels ont été, selon lui, sensibles à son message.

Dr Abbas Yaya Bamba, l’air débonnaire, l’embonpoint au top, d’une voix sure, a fait savoir qu’il ne vient pas faire de la figuration dans cette élection. A défaut de gagner cette élection, il veut surtout impacter le peuple ivoirien. Son budget de campagne en est un indicateur. « Au titre de la campagne pour la présidentielle 2020, le budget prévisionnel de campagne de notre parti est de 3 milliards de FCFA. Bien entendu, ce montant est le fruit d’une profonde réflexion et nous sommes certains qu’avec cette somme, le CNPI mènera une campagne civilisée, courtoise et professionnelle. L’annonce de notre budget de campagne, en même temps qu’elle est une innovation, à, pratiquement une année de l’échéance électorale, est pour nous un signal fort à l’endroit de nos concitoyens qui doivent savoir que nous entendons fonctionner sur la base de la transparence, base de la bonne gouvernance », a-t-il dévoilé jurant de ne pas encaisser la ‘’maigre subvention’’ de 100 millions de FCFA qui appâterait certains candidats. « Nous sommes prêts ! », martèle-t-il.

Au passage, l’homme qui s’est présenté comme le ‘’candidat de la positivité’’ s’est prononcé sur la situation politique du pays, assénant quelques coups à ses futurs adversaires au pouvoir comme à l’opposition. « Nous nous engageons en politique pour servir les Ivoiriens. Le Cnpi n’est pas une organisation avec une branche militaire, il n’est pas une organisation de rebelles, ce n’est pas une organisation qui va mélanger le pays. Il n’est pas une organisation qui va opposer la Côte d’Ivoire du Nord à la Côte d’Ivoire du Sud, la Côte d’Ivoire chrétienne à la Côte d’Ivoire musulmane… Nous sommes nés dans ce pays et nous le connaissons », tente-t-il de rassurer. Puis le candidat déclaré de s’inviter dans le débat actuel sur la Commission électorale recomposée. Son approche est différente de celles que l’on entend dans les récriminations de l’opposition. Pour ce candidat, c’est plutôt sur les règles qu’il faut s’accorder. Car suppose-t-il, aucune équipe composée ne fera jamais l’unanimité.

‘’Que Ouattara dise publiquement qu’il n’est pas candidat’’

Ce qui importe à son avis, mieux que la composition de la Cei, c’est le départ d’Alassane Ouattara du pouvoir après ses deux mandats. « Le préalable est que M. Ouattara dise publiquement qu’il n’est pas candidat à l’élection présidentielle. Dès lors qu’il va faire cette déclaration, cela va apaiser les esprits. Ce sera une déclaration capitale de rupture, une déclaration qui va donner le souffle à la Côte d’Ivoire. Cela va déblayer les esprits. Il aura une responsabilité historique de remettre en place ce qu’il a dérangé. Il dira que je redonne la Côte d’Ivoire non plus en morceaux mais en bloc. A partir de là, tous les candidats pourront faire campagne partout en Côte d’Ivoire sans peur, sans restriction. Voici notre position et c’est ce qui va se faire. Mais tant qu’il s’impliquera de façon indirecte à travers Gon Coulibaly ou Amon Tanoh, on n’aura pas cette commission indépendante car il ne voudra pas organiser pour perdre », a fait savoir le conférencier qui retourne aux Etats-Unis dans quelques jours pour poursuivre la mobilisation de son électorat.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire