Franc cfa: Koulibaly répond à Patrice Talon

Interrogé au sujet des récents propos du président béninois Patrice Talon au sujet du franc CFA, le Prof. Mamadou Koulibaly, économiste et candidat de LIDER à l’élection présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire, a fourni une réponse.

1. Le président Talon ne parle pas des réserves du seul Benin, mais de l’ensemble des pays de l’Umoa.

2. Il fait bien préciser qu’il s’agit d’une décision des autorités françaises à laquelle adhèrent les chefs d’État africains membres du franc cfa.

3. Il s’agit d’une réformette qui ne dit pas ce qu’il va advenir des comptes d’opérations, une réformette qui arrive avec d’autres projets de même nature.

« Le mur du franc cfa risque de s’abattre sur nous avant que nous ne l’abattions dans des conditions qui nous auraient arrangés. Tout dépend de l’agenda des Français, car à cause de l’inertie de nos chefs d’Etat, tout est dans leurs mains »

4. Cette façon de faire rappelle celle du premier ministre Balladur qui, en août 1992, avait surpris les autorités politiques et monétaires africaines de la zone franc, en leur annonçant que son pays suspendait de façon unilatérale, le principe du rachat des billets qui lui étaient présentés par les places financières hors de France, alors que conformément aux accords monétaires, la France devait assurer la libre convertibilité du franc cfa à tiroir ouvert (garantie et découvert illimité accordés aux comptes d’opérations).

5. Cela rappelle aussi le précédent de la dévaluation du franc cfa qui, en décembre 1993, a été brutalement annoncé aux chefs d’État africains qui n’en voulaient pas et qui souhaitaient voir Paris respecter ses engagements du découvert illimité que les accords de coopération accordaient aux Banques centrales africaines membres du fcfa.

Les autorités françaises font remarquer qu’elles paient 0,75% de taux d’intérêt sur les réserves de change de la Bceao, ce qui, disent-elles, est cher payer pour elles, au moment où les obligations d’Etat disponibles sont liquidées à profusion, auprès de la Bce, à des taux d’intérêt nuls ou négatifs, dans la ligne de la grande politique de Mario Draghi que Christine Lagarde annonce qu’elle poursuivra.
Les autorités monétaires françaises ont besoin d’économiser sur ces versements d’intérêt, et ce sont elles qui prennent l’initiative de déplacer ces réserves vers d’autres horizons. Et c’est tant mieux, même si la destination finale reste encore confuse. Il est annoncé par certains que ces réserves de change seront placées auprès de la Banque des Règlements Internationaux à Bâle en Suisse. D’autres disent qu’elles seront dispersées auprès de plusieurs places financières. D’autres encore supposent qu’elles pourraient être remises à la Bceao et à la Beac.

« Il est quand même curieux de constater que le président Talon fait préciser que l’initiative vient des autorités françaises. »

Des réformettes confuses que la France impose, tout en martelant qu’elle reste ouverte à toutes les propositions dont l’initiative, selon elle, appartiendrait exclusivement aux pays africains (https://news.abidjan.net/h/665669.html), dont les chefs d’État ne cessent de nous répéter que tout va bien dans le meilleur de leur monde du franc cfa.

Koulibaly recadre Talon
En réalité, la France a-t-elle encore un intérêt à assurer la garantie des dépôts bancaires au moment où la plus grosse banque européenne (Deutsche Bank) du pays le plus puissant de l’Euro (Allemagne), est au bord de l’effondrement?

Selon la presse spécialisée, les pertes nettes des 2e et 3e trimestres 2019 de Deutsche Bank font près de 4 milliards d’euros, et elle est considérée comme «la première pièce d’un domino financier extrêmement instable en Europe. Quand il s’effondrera complètement, cela déclenchera une réaction en chaîne que personne ne pourra arrêter… Elle commencera en Allemagne et pourrait provoquer la désintégration financière de l’Europe toute entière», selon businessbourse.com

Cette perspective a conduit l’Allemagne a proposé à ses partenaires européens une mutualisation des risques sur les dépôts bancaires et est en attente de la réponse, étant donné que si Deutsche Bank plonge, le système bancaire européen plongerait avec, ce qui pourrait provoquer un véritable chaos financier mondial.

Les partenaires de l’Allemagne interprètent cela comme le désir des Allemands de faire payer à tous la facture des risques encourus par les grandes banques allemandes. La garantie que la France donne aux dépôts du compte d’opération des pays africains du franc cfa, traverse une grosse période d’incertitude, dont la solution impose que Paris se débarrasse le plus rapidement des réserves de change de la Bceao et de la Beac.

Ce n’est pas parce que les gouvernements africains le souhaitent que les réserves de change vont quitter le trésor français, mais parce que Paris n’a pas envie d’avoir à assumer la responsabilité de ce qui pourrait arriver en cas de krach financier.

Le mur du franc cfa risque de s’abattre sur nous avant que nous ne l’abattions dans des conditions qui nous auraient arrangés. Tout dépend de l’agenda des Français, car à cause de l’inertie de nos chefs d’Etat, tout est dans leurs mains.

Par Afriksoir

Author: La Rédaction

3 commentaires sur “Franc cfa: Koulibaly répond à Patrice Talon

  1. Hé Maaaaadou !
    On décide de libérer les comptes d’opération du trésor français et tu oses te plaindre sur le fallacieux prétexte que la banque centrale européenne aurait des difficultés financières.
    Et pire tu souhaite maintenir cette subvention de 0,76 % au détriment d’une souveraineté monétaire tant souhaitée.
    Ahia hué Maaaaadou! On dirait joueur de billes malhonnête derrière la cours du voisin qui lorsqu’il est battu se plaint de la qualité de bille ( entre bille Congo et bille Gbante) de l’adversaire.
    Vraies sorcelleries …
    À chacun sa lorgnette !!

  2. ======LES ETERNELS PORTEURS DE PANCARTES ========

    En 1958 face à De Gaulle des africains réclamaient avec des pancartes le NON. De Gaulle leur répondra  » Ils veulent l’indépendance, qu’ils la prennent le 28 septembre ! »

    Au final beaucoup reculèrent à la dernière minute, laissant Sékou Touré SEUL face à l’histoire. Dos au mur Sékou fit le choix dont les conséquences sont encore manifestes.

    Aujourd’hui ils ne manifestent pas avec des pancartes. C’est désormais l’ère des NTIC et des clasheurs du net !

    En 1960 après l’indépendance de la jeune république de Guinée, EN REPRESAILLES la France déclenchera la fameuse opération PERSIL de sabotage de la monnaie guinéenne.

    « …Parmi ces actions de déstabilisation, je peux citer l’opération « Persil », par exemple, qui a consisté à introduire dans le pays une grande quantité de faux billets de banque guinéens dans le but de déséquilibrer l’économie. .. » Le Monde Diplomatique (Avril 2018).

    Que faut il craindre en 2019 ? Tout et rien !

    Tout parce que la France reste la France. Rien parce que tout ce qui doit arriver est dans l’ordre « normal » du monde.

    Un jour il nous faudra serrer les dents et accepter de manger notre pain noir.

    Pourquoi la France devrait elle dans ce monde régi par la diplomatie du sabre et de la plume, dérouler un tapis blanc sous nos pieds.

    Et au demeurant quand au retour de Sotchi, on gonflait la poitrine il y a une semaine plutôt, ce n’est pas venir « pousser des cris d’orfraie ».

    Star a Sotchi.. Pleureuse le lendemain ?

    L’indépendance s’arrache mais surtout s’assume ! Dignement.

    Et n’attends surtout pas SORO le courageux pour te proposer une alternative crédible. L’économie ce n’est pas du tout sa tasse de thé.

    Il est de surcroît très occupé à la rédaction de deux romans qui nous raconteront en détail ses CONTES DE FÉE en lieu et place de programmes économiques.

  3. Est-ce la peur de voir se répéter, ce qui est arrivé à la Guinée, après 1958 que l’Afrique ne devrait pas sortir du tutorat français ?

Laisser un commentaire