Les fonctionnaires de Côte-d’Ivoire rejettent l’arrimage CMU-MUGEFCI et menacent d’entrer en grève si…

Réunis en Assemblée générale le samedi 9 novembre 2019, voici les deux principales résolutions prises par la MUGEFCI en Côte-d’Ivoire.

Résolution de l’AG de la coalition sur l’arrimage CMU-MUGEFCI ce jour.

1- Suspension de la CMU fonctionnaire et agent de l’État jusqu’à la maîtrise de cette réforme

2- Si cela ne se fait pas d’ici une semaine, un arrêt de travail sera observé sur toute l’étendue du territoire national

Les 4 milliards FCFA de la CMU qui ont fermé la bouche à Mesmin Comoé

Le gouvernement ivoirien, par les résolutions du conseil des ministres tenu le 17 juillet 2019 a consenti 4 milliards FCFA à la Mugefci, en échange de l’arrimage de cette mutuelle à la CMU, du moins pour ce qui concerne le volet de la santé des fonctionnaires et agents de l’Etat, en activité comme à la retraite. Mesmin Comoé CMU, 4 milliards FCFA et bouche bée.

L’octroi de ces fonds semble avoir suffi pour fermer la bouche du président du Conseil d’administration de la Mutuelle Générale des Fonctionnaires et Agents de l’Etat de Côte d’Ivoire (MUGEFCI), Mesmin Comoé au moment où la Couverture maladie universelle (CMU) peine à fonctionner.

« Toutes les études nous ont montré qu’avec un tel appui, la Mugefci peut durablement garantir son équilibre financier pour faire face à la fois aux dépenses relatives à la CMU et aux dépenses relatives à la complémentaire obligatoire qu’elle va faire valider très bientôt par sa prochaine Assemblée générale. C’est des dirigeants heureux que nous sommes aujourd’hui parce que notre bébé, notre instrument de solidarité, Dieu merci, ne va pas en souffrir par la prose de cette décision que vraiment nous saluons », s’était extasié Mesmin Comoé au cours d’une conférence en juin 2019, suite à l’annonce du gouvernement (article à lire ici).

A lire aussi : Côte d’Ivoire : La Mugefci réclame 6 milliards FCFA de compensation au gouvernement pour adhérer à la CMU

La Côte d’Ivoire, à dix mois de la présidentielle de 2020, s’est lancée dans un ambitieux projet de Couverture médicale universelle (CMU). Mais un mois après l’entrée théoriquement en vigueur (le 1er octobre 2019), la (CMU) peine à fonctionner et fait l’objet de nombreuses critiques de la part des fonctionnaires. Pour preuve, les établissements à base communautaire de Yopougon au nombre de 11, par la voix du président de leur coordination, Guy Sylvianne, crient leur colère et désarroi à l’Etat qui semble les avoir abandonnés.

MESMIN COMOÉ CMU ET SILENCE
« Depuis 2011, avec l’instauration de la gratuité ciblée, le salaire de nos agents sont payés par le trésor mais de la mauvaise des manières. Depuis les mois de juin et juillet, nos agents n’ont pas de salaire. Au niveau du payement du reste des redevances, les choses vont de mal en pis. L’Etat reste nous devoir 2,8 milliards », indique le courrier signé par le président Guy Sylvianne. Et de poursuivre, « suite aux activités menées, les redevances que devrait nous verser le ministère de la Santé ne sont pas versées. Ce qui qui fait que nous ne pouvons pas renouveler et réhabiliter notre plateau technique. Souvent, sur 40 millions de subvention, seuls 2 millions nous sont versés. Ce qui est insignifiant pour les besoins que nous avons ».

« Avec la Couverture maladie universelle, si vous n’arrivez pas à faire face à nos préoccupations, comment allons-nous faire face à la CMU ? »

« Notamment avec la fermeture de l’hôpital général, ex-Pmi et la fermeture pour réhabilitation annoncée du CHU de Yopougon, nos établissements sont débordés. Avec cette situation, nous allons vers la mort des centres de santé communautaire. Nous travaillons et le manque à gagner ne nous est pas reversé, ce qui ne nous permet pas d’être efficaces. Avec la Couverture maladie universelle, si vous n’arrivez pas à faire face à nos préoccupations, comment allons-nous faire face à la CMU? Aucune disposition n’est prise vis à vis de nos plateaux techniques défaillants et prendre en charge les malades dans le cadre de cette politique sociale », avait insisté Guy Sylvianne.

Document de la Couverture maladie universelle (CMU) Mesmin Comoé CMU
Document de la Couverture maladie universelle (CMU)
En réponse à ces critiques, Mesmin Comoé avait animé une conférence de presse le jeudi 18 Juillet 2019 au siège de la mutuelle exprimant sa satisfaction des doléances faites auprès des autorités étatiques, lesquelles ont été exprimées par les résolutions du conseil des ministres tenu le 17 juillet 2019. Il s’était empressé d’exprimer sa gratitude au Premier ministre Amadou Gon Coulibaly pour sa hauteur de vue et son inclination naturelle à répondre favorablement aux préoccupations des fonctionnaires et agents de l’Etat.

« Fonctionnaires et agents de l’Etat en activité comme à la retraite, c’est pour nous que cet effort est fait. Oui, c’est plus quatre milliards de francs d’effort financier que le gouvernement vient de consentir pour notre santé, avait-il précisé et invitait les mutualistes à se faire enrôler dans les centres CMU. Qu’est-ce qui explique ce silence coupable du PCA de la MUGEFCI face au mauvais fonctionnement de la CMU? Les 4 milliards FCFA de l’Etat ont-ils suffit à le faire taire ? Tout porte à croire. Entre temps, les fonctionnaires semblent être livrés à eux-mêmes.

Karina Fofana
Afriksoir.net/

Author: La Rédaction

2 commentaires sur “Les fonctionnaires de Côte-d’Ivoire rejettent l’arrimage CMU-MUGEFCI et menacent d’entrer en grève si…

  1. C’est une grosse arnaque sans plus. Quand on voit comment la mugefci est gérée (environ 200 000), je me demande comment une mutuelle avec des millions de personnes le sera! Tout ce dans quoi vous trouvez le sieur Bictogo est une arnaque.

  2. Cet arrimage forcé non indispensable est douteux et pose plus de problèmes que de facilités. On perçoit bien en filigrane l’objectif de pomper les sous de fonctionnaires qui ont bel et bien une autre couverture santé qu’est la MUGEFCI.

Laisser un commentaire