Le Mali réaffirme son soutien à la CPI et à son mandat, lors d’un congrès majeur à Bamako

Communiqué de presse : 22.11.2019

Le Mali et des personnalités africaines de haut niveau réaffirment leur soutien à la CPI et à son mandat, lors d’un congrès majeur à Bamako

Du 14 au 16 novembre 2019, la Cour pénale internationale (« CPI » ou « la Cour ») a participé au 1er congrès international en Afrique du Barreau Pénal International. L’événement a eu lieu à Bamako, République du Mali sur le thème “Afrique: Nouveaux enjeux pour la justice pénale internationale et le Barreau Pénal International”.

Ce congrès organisé en collaboration avec l’Ordre des Avocats du Barreau du Mali s’est voulu être un espace d’échanges ouverts et informatifs sur les questions contemporaines majeures touchant à la justice pénale internationale.

Les participants ont échangé notamment sur le mandat, les activités et les défis de la CPI, l’état des lieux de la situation sécuritaire dans le Sahel, les différents modes de traitement de la criminalité internationale et transnationale, les droits de la défense, le rôle et la place des victimes dans le développement progressif de la justice pénale, la coopération judiciaire et internationale dans la lutte contre l’impunité, le rôle de la formation et de la collaboration entre les partenaires dans la lutte contre l’impunité, et la consolidation de l’état de droit.

Lors de son allocution, M. Ibrahim Boubacar Keïta, Président de la République du Mali, Chef de l’Etat, a rappelé l’importance de la justice pénale dans la lutte contre l’impunité, et a réaffirmé son soutien à la CPI et la coopération du Mali avec la Cour.

Madame la Juge Alapini-Gansou Reine, juge à la CPI, a rappelé le mandat judiciaire de la Cour, indiquant que « la Cour pénale internationale est une institution judiciaire complémentaire des systèmes de justice nationaux. La coopération entre les deux ordres judiciaires est essentielle dans la lutte contre l’impunité des crimes qui portent atteinte à la conscience de l’humanité. Il est crucial que la CPI puisse bénéficier du soutien nécessaire à l’accomplissement de son mandat judiciaire dans ce domaine encore marqué par des défis importants ». Elle a souligné que la contribution de l’Afrique à l’œuvre d’édification de la CPI a été déterminante, que le continent a encore beaucoup de choses à apporter à la justice pénale internationale. Elle a ajouté que la CPI doit être promue, et bien connue des populations.

Au cours de son allocution, Madame Fatou Bensouda, Procureur de la CPI, a indiqué que les bénéficiaires de la Cour ne sont pas un peuple, une nation, une seule région du monde, mais l’humanité toute entière. « Chacun de nous, individuellement et collectivement, dans nos capacités respectives, a un rôle à jouer pour renforcer la justice pénale internationale et assurer son progrès continu. Ce congrès offre une opportunité pour échanger sur comment ensemble – magistrats, avocats, procureurs, agents du maintien de la paix, de la stabilité et de la consolidation de l’état de droit, société civile, notamment – nous pouvons faire avancer la lutte contre l’impunité des crimes relevant du Statut de la CPI », a-t-elle ajouté.

Ont participé au congrès des membres du Gouvernement malien, des Ministres de la justice et Garde des Sceaux et Procureurs généraux de pays du Sahel, des Présidents de Hautes Cours et juridictions maliennes, des représentants de la CPI, de la MINUSMA, des Conseils admis sur la liste de conseils de la CPI, des membres de l’Ordre des Avocats du Barreau du Mali, de barreaux de l’espace de l’Union économique et monétaire ouest africaine (« UEMOA ») et de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (« OHADA »), des membres des professions juridiques et judiciaires venant de plusieurs pays du monde, de la société civile incluant des chefs/légitimités traditionnels, des représentants du monde académique et du corps diplomatique.

A l’issue des travaux du congrès, le Barreau Pénal International et l’Ordre des Avocats du Mali ont adopté la « Déclaration de Bamako sur la justice pénale internationale », réaffirmant notamment le soutien à la CPI et appelant à lui apporter l’appui nécessaire à l’accomplissement de son mandat judiciaire, y compris par le renforcement des échanges et le dialogue, et félicitant la Cour pour ses efforts visant à établir une culture contre l’impunité pour les crimes d’atrocité.

Pendant sa visite, Madame le Procureur de la CPI a été reçue par Son Excellence le Président du Mali, à qui elle a exprimé sa sincère appréciation pour la collaboration productive avec les autorités maliennes, dans la responsabilité commune de mettre fin à l’impunité pour les crimes graves commis au pays. Elle a également tenu des réunions bilatérales productives en marge du congrès avec des membres de Gouvernements, ainsi qu’un certain nombre de dignitaires et de fonctionnaires de haut niveau. Madame le Procureur s’est entretenue notamment avec les ministres de la Justice du Tchad, de la Guinée et du Niger, ainsi que les membres du leadership de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (« MINUSMA »), entre autre, sur l’importance de la coopération et de la collaboration pour combler le fossé de l’impunité, Elle a aussi rencontré les médias, pour expliquer au public le travail de son Bureau.

Les activités de la CPI peuvent également être suivies sur Twitter, Facebook, Tumblr, YouTube, Instagram et Flickr

Press release: 22.11.2019

Mali and other African high level representatives reaffirm support for the ICC and its mandate at the occasion of major congress in Bamako

From 14 to 16 November 2019, the International Criminal Court (« ICC » or « the Court ») participated in the 1st international congress in Africa of the International Criminal Bar. The event was held in Bamako, Republic of Mali on the theme « Africa: New Challenges for International Criminal Justice and the International Criminal Bar ».

Organized in collaboration with the Bar Association of Mali, the congress provided a forum for open and informative exchange on major contemporary issues concerning international criminal justice.

Participant discussions covered a wide range of topics, including the mandate, activities and challenges of the ICC, the state of play of the security situation in the Sahel, the different ways of dealing with international and transnational crimes, rights of the defence, human rights, the role and place of victims in the progressive development of criminal justice, judicial and international cooperation in the fight against impunity, the role of training and collaboration between partners in the fight against impunity, and strengthening the rule of law.

In his address, Mr. Ibrahim Boubacar Keïta, President of the Republic of Mali, Head of State, recalled the importance of criminal justice in the fight against impunity, and reaffirmed his support for the ICC and Mali’s cooperation with the Court.

Judge Alapini-Gansou Reine, Judge at the ICC, emphasized the Court’s important mandate, stating that « the International Criminal Court is a judicial institution complementary to national justice systems. Cooperation between the two levels is essential in the fight against impunity for crimes that shock the conscience of humanity. It is crucial that the ICC benefits from the support it needs to fulfil its judicial mandate in this area, which is still marked by significant challenges ». She further stressed that Africa’s contribution to the work of building the ICC has been pivotal, and that the continent still has a lot to contribute to international criminal justice. She added that the ICC should be further promoted, and better known to people in the continent and around the world.

During her remarks, Mrs. Fatou Bensouda, Prosecutor of the ICC, pointed out that the beneficiaries of the Court are not a people, a nation, a single region of the world, but humanity as a whole. « Each of us, individually and collectively, in our respective capacities, has a role to play to strengthen international criminal justice and ensure its forward march. This congress offers an opportunity to discuss how we – as magistrates, lawyers, prosecutors, agents of peacekeeping, stability and strengthening of the rule of law, and civil society – can advance the fight against impunity for atrocity crimes « , she said.

The Congress was attended by members of the Government of Mali, the Ministers of Justice and Attorney General of the Sahel, the Presidents of High Courts and Courts of Mali, representatives of the ICC, MINUSMA, Counsel admitted to the ICC list of Counsel, members of the Bar Association of Mali, Bars of the West African Economic and Monetary Union (“WAEMU”) and the Organization for the Harmonization of Business Law in Africa (“OHADA”), members of the legal and judicial professions from many countries of the world, civil society including traditional leaders/legitimates, representatives of academia and the diplomatic corps.

At the conclusion of the congress, the International Criminal Bar and the Malian Bar Association adopted the “Bamako Declaration on International Criminal Justice”, notably reaffirming support for the ICC and calling for the necessary support to fulfil its judicial mandate, including through enhanced exchanges and dialogue. It further commends the Court for its efforts to establish a culture against impunity for atrocity crimes.

During her visit, the ICC Prosecutor was received by the President of the Republic of Mali, to whom she expressed her appreciation for the productive cooperation provided by the Malian authorities in the joint responsibility to bring an end to impunity for atrocity crimes in the country. The Prosecutor further held productive bilateral meetings in the margins of the congress with Government members, and a number of high-level dignitaries and officials. The Prosecutor held exchanges with the Ministers of Justice of Chad, Guinea and Niger, as well as with the leadership of the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (“MINUSMA”), on the importance of cooperation and collaboration to close the impunity gap. She also met with the media to explain to the public the work of her Office.

Facebook Comments

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire