Au Burkina Djibrill Bassolé appelle à « un partenariat dynamique » avec les FDS (Armée) pour venir à bout du terrorisme

Donald NGORAN

Le fondateur de la Nouvelle alliance du Faso (NAFA, opposition), Djibrill Bassolé, qui écope 10 années de prison pour « trahison », a appelé lundi les militants du parti à « développer avec les Forces de défense et sécurité (FDS) un partenariat dynamique pour une lutte efficace contre le terrorisme », lors d’une rentrée politique.

« Dans vos différentes localités, développez avec ces Forces de défense et de sécurité (FDS) un partenariat dynamique dans l’esprit de la police de proximité dont vous devez vous approprier », a indiqué Djibrill Bassolé dans une correspondance aux militants du parti, ajoutant que : « soyez les yeux et les oreilles des Forces régulières militaires et paramilitaires ».

L’ex-ministre des affaires étrangères à également demandé aux militants d' »examiner sans complaisance, les causes profondes de la propagation du phénomène terroriste au Burkina Faso », pour ce faire, Il les a inviter à « établir une concertation saine et permanente avec les militants des autres partis politiques, la société civile ainsi que toutes les autres forces vives de vos villes et villages ».

Pour M. Bassolé, « les capacités de ripostes militaires, même perfectionnées, ne réussiront pas à elles seules à enrayer le terrorisme » qui gangrène la société, donc il a exhorté « les militants promouvoir le dialogue et la concertation avec toutes les composantes de la société, afin d’évaluer les véritables causes de l’enracinement de l’extrémisme violent ».

Début septembre les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, les deux principaux accusés du procès du putsch manqué de 2015, ont été condamnés respectivement à 20 ans et 10 ans de prison ferme par le tribunal militaire.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires facebook

Author: La Rédaction