Amnistie de 2018 en Côte-d’Ivoire: 29 personnes toujours détenues dont 15 militaires

justice et droits de l’homme –

L’Association des femmes et familles des détenus d’opinion de côte d’ivoire (Affdo-ci) vient par la présente informer l’opinion publique que, dans notre pays, la côte d’ivoire des personnes demeurent encore en détention, à ce jour, à cause de leurs opinions politiques.

– L’Affdo-ci tient à préciser que malgré l’ordonnance d’amnistie prise par le chef de l’état, monsieur Alassane Ouattara le 7 aout 2018, 29 personnes (7 civils détenus en côte d’ivoire, 7 détenus à l’extérieur et 15 militaires) demeurent encore en détention. En effet, ces personnes sont détenues dans des prisons civiles, des prisons militaires, un camp pénal et dans une prison civile à l’étranger, plus précisément au Libéria ;
– L’Affdo-ci dénonce l’arrestation de plusieurs personnes ayant bénéficié de l’amnistie au titre de l’ordonnance du 7 aout 2018 et informe l’opinion publique que les arrestations ont repris depuis le mois de juin 2019 ;
– L’Affdo-ci condamne l’arrestation et la condamnation de M. Mangoua Jacques, cadre du Pdci ;
-L’Affdo-ci condamne les violations du droit à la libre expression et du droit de manifester, dont se sont rendus actrices les autorités en interdisant les différents meetings de l’opposition ;
-L’Affdo-ci s’indigne face aux arrestations massives des personnalités publiques, législatives, municipales et même anonymes ayant été identifiées comme des partisans de l’ex Premier ministre, l’ex président de l’assemblée nationale et actuel opposant Soro Guillaume ;
– L’Affdo-ci dénonce la condamnation de maître Dakoury Roger, ex exilé et par ailleurs ancien président des greffiers de Côte d’Ivoire alors qu’il y a eu un règlement civil entre les deux parties dans l’affaire le concernant et lui apporte par la même occasion son soutien ;
– L’Affdo-ci dénonce le non-respect du droit d’accès aux soins de santé des détenus
À la suite de tout ce qui précède :
– L’Affdo-ci demande au chef de l’état, son excellence Alassane Ouattara, de bien vouloir porter un regard sur ces ivoiriens qui sont détenus depuis la crise postélectorale qu’a connu notre pays en 2011 ;
– L’Affdo-ci adresse ses sincères remerciements à toutes les personnalités diplomatiques et religieuses qui lui ont apporté une attention particulière en lui accordant des audiences durant cette année 2019 ;
– L’Affdo-ci tient à saluer et à remercier les organisations non gouvernementales suivantes : Amnesty International, la Ligue ivoirienne des droits de l’homme (Lidho), l’Organisation ivoirienne des droits humains (Oidh), Action pour les droits de l’homme (Apdh), la Fédération ivoirienne des droits humains… pour leurs différentes actions en faveur du respect des droits des humains mais plus précisément de ceux des détenus d’opinion ;
– L’Affdo-ci invite le gouvernement ivoirien à œuvrer pour la paix et la réconciliation en privilégiant le dialogue, rien que le dialogue ;
– L’Affdo-ci demande au gouvernement ivoirien de bien vouloir veiller au respect des libertés individuelles et des droits des partis politiques surtout, le droit à manifester ;
– L’Affdo-ci plaide pour la libération de tous les détenus d’opinion en cette fin d’année afin que l’an 2020 puisse commencer sur un ton de paix et de sérénité ;

Enfin l’Affdo-ci adresse ses vœux, les meilleurs à tous les fils et les filles de la Côte d’Ivoire, mais aussi à tous les étrangers vivant sur le sol ivoirien. L’Affdo-ci prie que le bon dieu touche le cœur du président Ouattara afin que les détenus d’opinion soient libérés et retrouvent leurs familles desquelles ils ont été éloignés depuis 2011 ;

– L’Affdo-ci qui, durant l’année 2019 avait opté pour des actions diplomatiques, reprendra officiellement la plénitude de ses activités !

Pour la dignité humaine, libérez nos parents ! Nous vous en supplions ….

Fait à Abidjan le 31 décembre 2019
Pour l’Affdo-ci
Désirée Douati
Présidente

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire