Côte-d’Ivoire: Après le corps découvert sur le vol AF703, vers un déguerpissement des populations riveraines (enquête)

« Quelques heures avant le décollage de l’avion, autour de 19h40 il avait été signalé à la tour de contrôle par le personnel navigant de Air Côte d’Ivoire qu’un individu serait non loin de la piste d’atterrissage.

Des sapeur-pompiers et des gendarmes ont été envoyés sur le lieu où l’individu a été repéré et cette fouille n’a rien donné. En observant de près les images fournies par les caméras, les membres de la commission (d’enquête) ont pu découvrir un individu qui a couru et qui s’est accroché au train d’atterrissage alors que l’avion était prêt à décoller.

Nous avons à la suite des discussions mis en place un dispositif de vigilance accru au niveau de l’aéroport. Mais un certain nombre de dispositions ont été prises pour faire en sorte qu’il y ait le plus de sécurité. Il y a des travaux à réaliser encore au niveau des clôtures de l’aéroport d’Abidjan.

A côté de cela nous avons décidé de procéder le plus rapidement possible au déguerpissement des populations autour de la zone aéroportuaire

Ce qui s’est passé n’est pas une menace de sécurité et de sûreté, assurant que l’aéroport d’Abidjan est classé parmi les plus sûrs du continent africain »

« On aperçoit vers 23h, un individu s’accrocher au train d’atterrissage de l’avion à son décollage”

Le ministre ivoirien des transports visite les sites de l’aéroport FHB
après la découverte d’un corps sans vie dans le vol AF703 en provenance
d’Abidjan le mercredi 8 janvier 2020 à Roissy Charles De Gaulle en France

Le ministre ivoirien des transports, Amadou Koné s’est rendu à
l’aéroport Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, jeudi 9 janvier 2020 pour
s’enquérir des avancées de l’enquête ouverte suite au décès d’un
adolescent dans le puits du train d’atterrissage du vol AF703 de la
compagnie Air France qui effectuait le mercredi 8 janvier 2020 la
liaison Abidjan-Paris Roissy Charles De Gaulle.

Recevant la presse après une réunion avec la commission d’investigation
mise en place le mercredi, jour de l’incident, le ministre Amadou Koné a
fait le point ci dessous : « Je viens de discuter du contenu du premier
résultat d’enquête avec la commission d’investigation conduite par
l’autorité nationale de l’aviation civile, l’ANAC. Après le visionnage
des caméras de surveillance, il s’avère que l’individu n’a pas pu avoir
accès à l’avion en stationnement sur le parking. Car toutes les routines
de contrôles ont été effectuées. Il faut aussi noter que c’est autour de
19h40 qu’un agent d’Air Côte d’Ivoire a signalé à l’ASECNA qu’un
individu ne serait pas loin de la piste d’atterrissage. Immédiatement,
les services de gendarmerie, les sapeurs-pompiers et les agents de
l’ANAC ont procédé à une fouille minutieuse des lieux où est apparu
l’individu sans succès. En visionnant les caméras de l’ANAC, on aperçoit
malheureusement vers 23h, un individu en train de s’accrocher au train
d’atterrissage de l’avion juste avant son décollage», a fait savoir
Amadou Koné.
Poursuivant, il a confirmé ce que l’Intelligent d’Abidjan a révélé dans
sa parution de ce jeudi, à savoir que l’individu aurait certainement
sauté l’une des clôtures de l’aéroport : « Dans l’une des vidéos,
l’individu portait un léger tee-shirt, et était pratiquement torse nu.
On ne peut pas s’habiller de la sorte et passer tous les portiques sans
être interpellé. Voilà pourquoi, nous pensons qu’il pourrait passer
ailleurs, par la clôture. Sur les lieux, on a trouvé un sac contenant
des habits d’un adolescent. Il peut avoir entre 15 et 17 ans. Nous
pensons que l’individu a eu accès à l’aéroport puis à l’avion en
escaladant le mur pour ensuite se cacher dans l’espace vert et
s’agripper enfin au train d’atterrissage juste avant le décollage de
l’avion ».

Voici les mesures prises par le ministère des transports

Dans le cadre du renforcement des mesures de sécurité aéroportuaires, le
ministère des Transport en relation avec tous les ministères concernés a
décidé de mettre en place un dispositif de vigilance accrue à
l’extérieur et à l’intérieur de l’espace aéroportuaire : « Les clôtures
seront renforcées. Nous allons procéder au déguerpissement des
populations autour de la zone aéroportuaire ».

« Notre aéroport n’est pas menacé »

Concernant les conséquences sur la certification de l’aéroport
d’Abidjan, Amadou Koné a dit : « En 2018, il y a eu 94 cas dans le monde
avec une trentaine en Amérique du nord. Tous ces évènements permettent
après les échanges d’informations de renforcer la sécurité aéroportuaire
à l’échelle mondiale. Notre aéroport est classé parmi les plus sûrs au
monde. Tous les 3 mois nous avons une évaluation OACI des risques et la
dernière date du 14 décembre 2019, que nous avons passée avec succès. Je
dois vous dire que notre aéroport n’est donc pas menacé ».
Une enquête a été ouverte à Abidjan pour violation grave des
dispositions sécuritaires aéroportuaires et mise en danger de la vie
d’autrui. Les ministères ivoiriens des affaires étrangères et de la
justice suivent l’enquête ouverte à Paris, au parquet de Bobigny en vue
d’avoir des détails sur l’identité et les motivations de l’individu.

Philippe Kouhon

l’Intelligent d’Abidjan

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire