Haut-sassandra Côte-d’Ivoire: Les populations de Bonon réclament un préfet

Dans les villages de la sous-préfecture de Bonon, à toutes les réunions des groupements sociaux, des mutuelles de développement, on parle d’érection de Bonon en département. Peuplée de 112.629 âmes, Bonon reste la plus grande sous-préfecture de Côte d’Ivoire. Pour sa part, Jacques Bolou Bi, un planteur, s’interroge en ces mots : <>.

La sous-préfecture de Bonon couvre douze villages et plus de 500 campements baoulé, lobi, mossi etc… Sur le plan économique, cette sous-préfecture est riche en cacao, café, anacarde, banane, riz et igname. Ce qui fait dire à dame Mireille Tra Lou, vendeuse de vivriers que <>, a-t-elle souhaité.

Située à 37 km de Bouaflé sur l’axe routier Daloa-Bouaflé, vu ses potentialités économiques, véritable pôle de vivriers, la sous-préfecture s’interroge sur son sort administratif. Et Zan Bi Rodolphe, cadre, de dire : <>.
Dans le milieu des jeunes, en plus du problème de département, ils évoquent également les problèmes de marchés, de terrain de sport, de rue, de la rareté d’eau potable et d’insécurité grandissante. De l’avis général, les populations de la sous-préfecture de Bonon réclame leur département. À la rencontre du maire de Bonon avec la fédération des mutuelles de développement des villages de Bonon présidé par Jacob Dri Bi, le maire Yacouba Koné a informé l’assemblée de l’érection de Bonon en département très bientôt. Pour l’heure, la population a les oreilles tendues vers les gouvernants.

Z. Alain à Daloa

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire