De retour en Côte-d’Ivoire après des soins à Paris, Ezaley rend visite au couple Bédié

Parti à Paris pour des soins après un grave accident de la circulation il y a quelques mois de cela, Philippe Ezaley, ancien maire de Grand-Bassam, est de retour en Côte d’Ivoire.

Le mercredi 29 janvier, le vice-président du PDCI-RDA, par ailleurs Délégué PDCI-RDA de Bassam, s’est rendu à la résidence du président Henri Konan Bédié pour le remercier, ainsi que son épouse, pour tout le soutien à l’occasion de cette période difficile qu’il a traversée.

L’ex maire de a localité de Grand-Bassam à, par ailleurs, profité de ces heureuses retrouvailles pour présenter ses vœux du nouvel an au couple Bédié.

Henri Konan Bédié et son épouse, ravis de revoir le vice-président Ezaley, lui ont souhaité un bon retour au pays et demandé à Dieu de le protéger en tout lieu et en toute circonstance.

Djê MK

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “De retour en Côte-d’Ivoire après des soins à Paris, Ezaley rend visite au couple Bédié

  1. EZALEY, UNE AUTRE VIE EST POSSIBLE
    ==================================

    Que de vaines résistances quand parfois une autre vie est possible ailleurs !

    « J’aimerais trouver les mots pour dire à quel point m’afflige la désespérance contemporaine. Elle est un gaz toxique que nous respirons chaque jour, sans réfléchir. Or, la réalité n’est jamais aussi sombre. Ombres et lumières y sont toujours mêlées. L’espérance n’implique donc ni aveuglement ni sotte crédulité. Elle est lucide mais têtue. »

    La citation est de Jean-Claude Guillebaud, écrivain et journaliste, lauréat du prix Albert-Londres. Extrait de son essai UNE AUTRE VIE EST POSSIBLE.

    Je reste surpris que dans ce pays des hauts cadres qui ont connu une carrière riche se réfute à écrire leurs mémoires en vue de laisser à la postérité les enseignements de leur vie et en partager les grandes leçons.

    On demande tant à la jeunesse mais quand le village n’existe plus avec ses classes d’âge pour la transmission sociale des savoirs acquis, dans un cadre structurant, il reste les moyens modernes de le faire.

    Rien que dans le secteur aéronautique, des acteurs comme EZALEY, Vassiriky SAVANE, pour ne citer que ceux là peuvent communiquer sur des questions sociétales de leur domaine.

    La politique n’est pas une fin en soi pour s’y accrocher jusqu’à y laisser la vie.

    C’est vrai tout le monde n’est pas Jacques Delors ni Martine Aubry sa fille !

    Mais un peu de renoncement pour préserver sa dignité vous grandit parfois. Pour la gloire d’une seule personne Bassam a été au bord d’un gouffre avec le reniement de ses valeurs ancestrales. Tout cela était-il NÉCESSAIRE ?

    « Mogo Kelé » et :Mogo Te Diya Bêe ye » sont deux titres à succès de la Fova Oumou SANGARE que les gouvernants n’aiment pas trop entendre. Et pour cause. Autrement ils comprendraient l’évanescence de ce monde ! Ce monde oû le temps emporte tout. Les petites gloires et les grands pharaons subiront toujours la loi de l’oubli l’autre face du temps. C’est pourquoi quand les signes du temps s’annoncent il faut savoir partir et être productif dans son retrait pour les gênerations futures.

    Pas comme ces momies qui à 85 ans veulent encore être dans la boue politicienne !

Laisser un commentaire