Foncier/Côte-d’Ivoire: Koulibaly invite les députés à « s’intéresser au statut réel du camp militaire français Bima »

Dorine Alam BANGA

Le fondateur de Liberté et démocratie pour la République (LIDER, opposition), Mamadou Koulibaly a invité jeudi les députés ivoiriens à « s’intéresser au statut réel du 43eme Bataillon d’infanterie de marine (Bima, base militaire française, à Port-bouët, sud d’Abidjan), suite à la polémique relative à l’acquisition du titre foncier de cet espace, dans une vidéo diffusée sur la toile.

« La commission de défense et celle en charge des affaires financières de l’Assemblée nationale devraient s’intéresser au statut réel de ce territoire (43eme Bima) car après tout, la conservation foncière dépend de la direction générale des impôts dépendante elle-même du ministère des finances « , a dit M. Koulibaly.

Il a ajouté que « si le gouvernement méprise la population en ne l’informant pas, les députés eux ne devraient pas le faire avec leur électorat ».

Le fondateur de Lider estime qu’ »on ne peut pas se contenter de ce que le gouvernement a dit, qui est en contradiction avec (les propos) de l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, (Gilles Huberson) et les titres fonciers existants ».

Pour terminer, M. Koulibaly a appelé « la conservation foncière à produire le titre foncier prouvant que ces espaces sont encore, en 2020 propriété de l’Etat de Côte d’Ivoire ».

Lors de l’inauguration de l’échangeur du carrefour Solibra (sud d’Abidjan) le 16 décembre, le président ivoirien Alassane Ouattara avait annoncé des travaux d’aménagement de la voirie de la capitale dont ceux du carrefour Akwaba situé à quelques encablures du site du 43eme Bima.

M. Huberson, a estimé que ces travaux « remettrait effectivement partiellement en cause les titres fonciers accordés par l’Etat de Côte d’Ivoire, dans le cadre du traité international de partenariat de défense signé en avril 2012 » par les « deux pays, ainsi que la sécurité des Forces françaises ».

Le ministre du Logement et de l’urbanisme, Bruno Nabagné Koné à son tour avait affirmé que « ce site est toujours la propriété privée de l’Etat de Côte d’Ivoire et ne peut être vendu à aucun privé (…) ».

La base militaire française accueille 900 soldats en « rotation permanente », la capacité peut être portée à plus de 1.500 hommes en cas de nécessité.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “Foncier/Côte-d’Ivoire: Koulibaly invite les députés à « s’intéresser au statut réel du camp militaire français Bima »

  1. Il ne faut surtout pas compter sur des députés comme la Mariam là! C’est trop compliqué pour elle tout ça!

Comments are closed.