Présidentielle apaisée en Côte-d’Ivoire: Les Ambassadeurs de la Francophonie rencontrent Bédié, Alassane, Affi….

L’Association Internationale des Ambassadeurs du Libres Ensemble de la Francophonie (ALIEF) avec à sa tête son président, le Chairman, Mohamed Salamé a organisé une conférence de presse le mardi 11 février 2020, à la Maison de la Presse au Plateau pour appeler à la cohésion social, pour des élections apaisées, sans violence en octobre 2020.

Dans quelques mois précisément enoctobre 2020, les ivoiriens seront appelés aux urnes pour élire le Président de la République. En prélude à l’organisation de cette élection présidentielle en Côte d’Ivoire, l’Association des Ambassadeurs Libres Ensemble de la Francophonie (ALIEF), a tenu à faire entendre sa voix sur cet important scrutin qui capitalise la vie des ivoiriens et des observateurs depuis un moment. Le mardi dernier, autour de leur président Mohamed Salamé, ils ont lancé un appel à la cohésion social, au comportement de tout un chacun, à l’amour pour que nous ayons des élections apaisées et sans violence en octobre 2020. Cette rencontre qui s’est articuler autour de ces vecteurs a été bien pensés afin d’inviter les différents acteurs majeurs du processus électoral à faire la promotion du vivre ensemble, de la cohésion sociale et de la paix, concepts chers à la Francophonie, pendant cette période sensible de notre pays. Surtout que la paix comme l’a si bien dit le père fondateur de la Côte d’Ivoire, Feu Félix Houphouët Boigny, qui n’est pas n’est pas un vain mot, mais un comportement soit effective dans notre cher pays pour de vrai. L’AILEF souhaite que cette élection permette le choix d’un Président de la République soucieux de la bonne gouvernance et prônant la consolidation des relations harmonieuses entre les populations locales, en assurant leurs plein développement.

Le président de cette association composée de 34 personnalités issues du monde universitaire, de la culture, des médias, des jeunes, des entrepreneurs sociaux personnalités… mise en place par l’ex Secrétaire Général de la Francophonie Michaëlle JEAN, pour leur engagement en faveur de la paix, le 26 juillet 2017 à Grand-Bassam, au moment où la Côte d’Ivoire avance inexorablement vers cette campagne électorale, avec les membre de l’AILEF s’est promis de rencontrer certains leaders d’opinion. Notamment le président de la République, son Excellence Alassane Ouattara, le Président du PDCI, Henri Konan Bédié, certains guides religieux, chefs traditionnels, la société civile et bien d’autres pour des échanges en vue d’apaiser le climat social avant les séances électorales.

‘’Nous avons dans notre calendrier une série de rencontre avec des leaders. Nous voudrions profiter de cette occasion pour inviter tous les potentiels candidats et leurs états-majors de campagne, tous les leaders des partis politiques, les électeurs, les médias et tous les acteurs impliqués dans la tenue de ces élections à cultiver l’amour et l’esprit du vivre ensemble. Aux populations, nous leur disons de cultiver la tolérance, de vivre en harmonie dans la paix avant, pendant et après la période électorale…’’ s’est expromer le président Mohamed Salamé. Et d’ajouter pour dire que les valeurs traditionnelles, telles que : le cousinage à plaisanterie, les alliances interethniques doivent être un solide instrument de réconciliation des cœurs et des esprits. Surtout à proscrire les manifestations violentes et à épargner notre pays du désastre. Les Ambassadeurs du Libres Ensemble de la Francophonie, voudrait par leur sortir, amener les ivoirien dans leur ensemble considérer les joutes électorales comme un simple jeu démocratique. En parfaite adequation avec l’exprit et les recommandations de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) qui prone la paix dont LALIEF est l’émanation, les Ambassadeurs ont sur leur calepin, une série d’actions dans le cadre de la recherche de la paix et avoir des élection justes, transparentes, démocratique et apaisées projète d’organiser : un colloque sur le renforcement du climat social et la paix, un diner gala d’union et de la solidarité appelé le gala de La convivialité, une rencontre avec les président Alassane, Bédié, la chambre des Rois et Chefs, les guides réligieux, la société civile et la population. Mais aussi et surtout une autre conférence de presse au cours du dernier trimestre avant les élections afin d’évaluer les avancées et surtout appeler à des votes sans violences, sans haines, sans pertes de vie humaine « Zéro mort aux élections présidentielles, c’est le défi que je lance à tous. » dixite le président Salamé

APPEL POUR DES ELECTIONS APAISEES, SANS VIOLENCE EN 2020
PRESIDENT DE L’AILEF
(ASSOCIATION INTERNATIONALE DES AMBASSADEURS DU LIBRES ENSEMBLE DE LA FRANCOPHONIE)
COHESION SOCIALE, COMPORTEMENT ET AMOUR AUTOUR DES ELECTIONS D’OCTOBRE 2020 EN COTE D’IVOIRE

A son excellence madame la présidente du CNDH, madame Sangaré Namizata
A son excellence monsieur le conseiller du Président de la République chargé de la Culture et de la Francophonie monsieur Philippe IBITOWA,
Monsieur le représentant de Madame Mouminatou Diaby, Secrétaire Générale de la Commission Nationale de la Francophonie (CNF),
Mesdames et messieurs les Ambassadeurs et chers Collègues
A vous les incontournables de l’information, journalistes et représentants des médias,
Mesdames et messieurs

Du 21 au 30 juillet 2017, la Côte d’Ivoire accueillait l’une des plus grandes rencontres culturels et sportives du monde : « les jeux de la Francophonie ». Organisés tous les quatre ans, dans l’année post-olympique, les Jeux de la Francophonie invitent, sous la bannière de l’amitié, la jeunesse de l’espace francophone à se rencontrer au travers d’épreuves sportives et de concours culturelles.

En marge de ce grand rendez-vous d’union et de cohésion, le Secrétaire Général de la Francophonie Michaëlle JEAN a bien voulu faire confiance à 34 personnalités du monde universitaire, de la culture, des médias, des jeunes, des entrepreneurs sociaux et solidaires, ainsi que des administrateurs d’entreprises, pour leur engagement en faveur de la paix, le 26 juillet 2017 à Grand-Bassam.

L’Association Internationale des Ambassadeurs du Libres ensemble de la Francophonie (AILEF) a été en effet portée sur les fonds baptismaux le 27 décembre 2017, à la salle de conférence de la présidence de la République sous la présidence effective du conseiller du président de la république chargé de la culture et de la francophonie Monsieur Philippe IBITOWA. L’AILEF a pour objectif de favoriser la paix et la cohésion sociale.

Ces 34 personnalités de bonne volonté et de divers horizons nommées Ambassadeurs Libres Ensembles, se sont regroupées en une association, à vocation humanitaire, volontariste, éducatrice, culturelle et sportive pour promouvoir partout avec équité, honneur et exemplarité les idéaux de la Francophonie en général et les valeurs du Libre Ensemble.

A ce stade de mon propos, je voudrais demander à tous nos invités de ce jour de bien vouloir se tenir debout pour une minute de silence en la mémoire, de l’une de nos membres, cette diva, cette Ambassadrice hors pair, cette grande dame qui représente pour nous ce vivre ensemble de ce que fut la Côte d’Ivoire des époques de Félix Houphouët Boigny et qui a su s’imposer jusqu’à notre temps. Il s’agit de maman Allah Thérèse à qui nous rendrons un hommage au moment opportun, que la terre lui soit légère.

L’OIF est un véritable instrument de coopération au service des pays, ayant en partage la langue Française.
En effet, la Francophonie s’est affirmée au cours de ces dernières décennies comme une organisation internationale de coopération multilatérale dans les domaines de la culture, l’éducation, la formation, le développement durable, la démocratie et les droits de l’homme, l’économie, les TIC, la jeunesse et la lutte contre le terrorisme.

A travers ce thème qui nous rassemble aujourd’hui, nous comprenons que la vie en communauté, a besoin de convivialité entre ses composantes, pour impulser les échanges sociaux et créer le sentiment d’estime mutuel et d’acceptation de l’autre. Les ivoiriennes et les ivoiriens ne doivent pas rester inactifs face aux phénomènes qui emportent de plus en plus de vies innocentes, injectent le poison du doute et de la division parmi nos communautés, ceci. écorche nos valeurs ancestrales et met à mal l’harmonie et la quiétude de nos sociétés.

Une société conviviale génère toujours la volonté de vie commune, et renforce le sentiment d’appartenance à une grande famille : la Côte d’Ivoire.

Les divergences d’opinions, d’appartenance politique, d’obédience religieuse, d’origine ethnique et régionale constituent une force commune. Nous pensons que c’est la mise en commun de toutes ces valeurs, qui doivent nous unir pour la seule bataille valable. Celle de la paix en Côte d’Ivoire. OUI. Il y a un effort collectif à faire, pour des sacrifices de part et d’autres, à consentir pour réaliser ce rêve commun.

Toutes ces valeurs créent une solidarité active entre les citoyens d’une part, et d’autre part, entre toutes les personnes présentes dans le même espace territorial. Cette solidarité citoyenne se transforme en synergie pour le développement, la croissance et le bien-être de tous, la prospérité partagée, donc le bonheur.

En effet, dans quelques mois précisément en octobre 2020, les ivoiriens seront appelés aux urnes pour élire le Président de la République. En prélude à l’organisation de cette élection présidentielle en Côte d’Ivoire, nous lançons l’appel de l’association des Ambassadeurs du Libre Ensemble de la Francophonie (AILEF) afin d’inviter les différents acteurs majeurs du processus électoral à faire la promotion du vivre ensemble, de la cohésion sociale et de la paix, concepts chers à la Francophonie, pendant cette période sensible de notre pays. D’où le thème‘ ‘la cohésion sociale, le comportement et l’amour autour des prochaines échéances électorales’’. Qu’est-ce que nous entendons par là ?

Cohésion sociale !!! un simple mot que certains n’arrivent pas à comprendre. Pourtant, elle ne se décrète pas. Elle est le résultat d’une volonté collective, une vie ensemble, dit-on au-delà de nos multiples différences. A cet égard, les accélérateurs de cohésion sont les guides religieux, les décideurs politiques et les mouvements citoyens qui doivent exhorter les populations dans leur sphère d’évolution à ce sacerdoce qu’est la paix.

La presse doit aussi porter, être le relais significatif des discours rassembleurs et non les discours de haine.

L’école est un creuset essentiel. Elle doit aussi faire connaître l’histoire commune et les progrès réalisés dans tous les domaines au fil des années à tous les fils et filles de cette nation.

C’est le chemin pour une paix durable.

La paix comme l’a si bien dit le père fondateur de la Côte d’Ivoire, c’est un tout petit mot composé de quatre lettres : ce n’est pas un vain mot. C’est un comportement.

L’AILEF souhaite que cette élection permette le choix d’un Président de la République soucieux de la bonne gouvernance et prônant la consolidation des relations harmonieuses entre les populations locales, en assurant leurs plein développement. Au moment où nous entrons dans la dernière ligne droite vers cette campagne électorale, l’AILEF voudrait profiter de cette occasion pour inviter tous les potentiels candidats et leurs états-majors de campagne, tous les leaders des partis politiques, les électeurs, les médias et tous les acteurs impliqués dans la tenue de ces élections à cultiver l’amour et l’esprit du vivre ensemble.
Aux populations, nous leur disons de cultiver la tolérance, de vivre en harmonie dans la paix avant, pendant et après la période électorale.

Il est de la responsabilité primordiale de tous et de chacun de créer les conditions d’une paix durable. Sans la paix, pas de développement. Nos valeurs traditionnelles, telle que le cousinage à plaisanterie, les alliances interethniques doivent être un solide instrument de réconciliation des cœurs et des esprits.
Nous y gagnerons tous.
Le pays y gagnera.
L’Afrique y gagnera.
Le monde aussi. Car la Côte d’Ivoire est un maillon important de la communauté internationale.

Aussi, voudrions-nous convier au nom de Dieu, tous les leaders politiques et leurs militants à faire preuve de sagesse et de retenue, à proscrire les manifestations violentes et à épargner notre pays du désastre.

Oui, de grâce, épargnons à nos enfants, cette vallée de larmes que nous avons connu, que d’autres pays ont connu et dans laquelle d’autres pays se trouvent. Nous avons connu ce triste spectacle pendant la crise post-électorale en 2010-2011, mais nous disons plus jamais à cela ! Plus jamais ce drame ! C’est pourquoi, nous AMBASSADEURS DU LIBRES ENSEMBLE DE LA FRANCOPHONIE avons jugé opportun de lancer maintenant un appel à la sérénité aux ivoiriens, pour considérer les joutes électorales comme un simple jeu démocratique ; malgré tous les enjeux importants aux yeux des uns et des autres. Dans l’esprit de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) dont nous sommes l’émanation, il faut qu’on s’engage tous en faveur de la paix, de la diversité, de la liberté et de la solidarité agissante. C’est pourquoi, l’AILEF s’est attelée avec ses membres à une série d’actions dont le cadre du vivre ensemble, essentielle dans la cohésion sociale et la paix. Disons encore non aux conflits multiformes en bannissant le repli sur soi, la peur, le rejet de l’autre, la radicalisation et surtout la violence.

Nous partageons avec vous ce proverbe de la sagesse orientale, (et je cite) : « En ce monde, la haine n’a encore jamais dissipé la haine. Vivons donc heureux, sans haïr ceux qui nous haïssent. Seul l’amour dissipe la haine. »
Les différents acteurs que nous sommes avons chacun à son niveau participer de manière individuel, à apaiser les uns et les autres à travers des dons, des sketches, des scènes humoristiques, des forums, des messages audiovisuels dans l’éducation, les parrainages, la littérature, le sport et les médias etc…

Parler à son voisin après ça, c’est apaiser son cœur. Parler à son opposant d’idées est prendre de lui des ondes positives. Parler à chacun d’entre nous comme un frère est un signe divin. Aimons-nous les uns, les autres. Aimons nous vivants.
À vous les professionnels des médias, on ne peut conclure sans lancer ce message à votre endroit pour votre rôle qui est celui d’être la conscience du peuple, de la qualité des reportages écrits et audiovisuels dans un esprit fair-play et médiatique non incitateur à la violence verbale.

A l’aube de ces élections, les Ambassadeurs Libres Ensemble de la Francophonie envisagent d’axer leur activité autour de trois grands points dont :

– Un colloque sur le renforcement du climat social et la paix,
– Un gala d’union et de la solidarité appelé le gala de La convivialité
– Mais aussi et surtout une autre conférence de presse au cours du dernier trimestre avant les élections afin d’évaluer les avancées et surtout appeler à des votes sans violences, sans haines, sans pertes de vie humaine « Zéro mort aux élections présidentielles, c’est le défi que je lance à tous. »
Merci de vous êtes déplacés, d’avoir pris de votre précieux temps pour être à ce point de presse.
Merci à l’oreille attentive que vous avez eu durant cet exposé.

Dieu est amour !
Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire !
Je vous Remercie.

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire