Kigali: Les proches du chanteur Kizito Mihigo accusent le régime Kagamé de son assassinat

La mort choquante de Kizito Mihigo, chanteur de gospel, en détention, doit faire l’objet d’une enquête efficace, estime Amnesty international.

Selon la police du Rwanda le chanteur Kizito Mihigo a été retrouvé mort durant sa garde à vue. Il se serait suicidé selon les autorités.

Les proches du chanteur, opposant farouche au régime de Paul Kagamé, affirment qu’il aurait froidement été liquidé par le régime, qui ne tolère aucune opposition dans le pays.

«Nous sommes choqués et profondément attristés par la nouvelle de la mort du chanteur de gospel populaire Kizito Mihigo. Les autorités rwandaises ont déclaré qu’il s’était suicidé. Elles doivent immédiatement lancer une enquête indépendante, impartiale et approfondie pour déterminer la cause du décès – y compris s’il s’agit d’un accident naturel ou accidentel, ou d’un cas de suicide ou d’homicide. », Deprose Muchena, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique orientale et australe

Les faits

Le vendredi 14 février 2020, le Rwanda Investigation Bureau a confirmé que Kizito Mihigo avait été arrêté dans le district de Nyaruguru près de la frontière avec le Burundi.

Il a été accusé d’avoir tenté de pénétrer illégalement au Burundi, dans le but de rejoindre des groupes «terroristes.

La Rwanda l’accusait aussi d’avoir violé les conditions de sa libération de prison en 2018.

Kizito Mihigo avait auparavant été proche du Front patriotique rwandais au pouvoir, mais en avril 2014, il fut arrêté après avoir sorti une chanson gospel dans laquelle il priait pour les victimes du génocide et les victimes d’autres violences.

En février 2015, il fut reconnu coupable de complot contre le gouvernement, de constitution d’un groupe criminel et de complot en vue de commettre un assassinat, et condamné à 10 années de prison.

En 2018, il fut libéré de prison suite à une grâce présidentielle en même temps que l’opposante Victoire Ingabire, à condition qu’ils se présentent au procureur local une fois par mois et qu’ils demandent une autorisation avant de se rendre à l’étranger.

Kizito Mihigo était âgé de 38 ans.

Avec  Amnesty international

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire