En Côte-d’Ivoire Amon Tanoh trouve le taux d’intérêt de 12,5% trop élevé (agir pour les jeunes)

Par Connectionivoirienne

La caravane « Agir pour les jeunes 2 » lancée par le gouvernement a déposé ses valises mardi dans la commune du Plateau.

Soixante jeunes recevront entre 100 mille et un million de nos francs de prêts, à rembourser dès le démarrage de leurs projets.

Enveloppe globale, un peu plus de 230 millions de FCFA.

En mission, le ministre de la promotion de la jeunesse et de l’emploi des jeunes Touré Mamadou s’est fait représenter par la secrétaire d’Etat Myss Dogo Belmonde. Celle-ci a prononcé son discours où elle a décrit le processus et les différents programmes concoctés par le gouvernement en faveur des jeunes ivoiriens.

A terme 19.500 projets collectifs pour 11 milliards de FCFA devront trouver financements dans le cadre de l’autonomisation des jeunes.


Président de la cérémonie, Marcel Amon Tanoh a parlé en dernier. Amon Tanoh a dit aux jeunes que c’est une chance qu’ils ont à travers ce programme. ‘’Cette chance doit interpeller votre solidarité et permettre à des jeunes comme vous de gouter à ce plaisir’’. Le ministre des Affaires étrangères ne s’est pas arrêté là. Il a créé la surprise par cette petite différence (sa petite touche) dans son discours. «Je plaide pour faire baisser un peu les taux d’intérêt. Si cela est fait, ces jeunes rembourseront plus vite », a-t-il dit avant de féliciter Touré Mamadou et remercier le premier ministre qui a ainsi mis en œuvre un programme cher au président Ouattara.

Pour un projet qui a été discuté en conseil des ministres avant sa phase d’exécution, il faut être Amon-Tanoh pour venir publiquement dénoncer des failles d’un projet du gouvernement auquel il appartient.

En fait le taux de remboursement révélé pour la première fois par le ministre Amon Tanoh est de 12.5 %.

Il plaide pour que le taux soit ramené à 10 %.

SD à Abidjan

sdebailly@yahoo.fr

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

1 commentaire sur “En Côte-d’Ivoire Amon Tanoh trouve le taux d’intérêt de 12,5% trop élevé (agir pour les jeunes)

  1. ARRÊTER LE LYNCHAGE MÉDIATIQUE DU MINISTRE TANOH !
    ===============================================
    Je félicite le Ministre Tanoh de solliciter encore un effort pour baisser le taux d’intérêt de ces prêts exceptionnels consentis dans le cadre d’une opération nationale spécifique.
    Son message à mon avis s’adresse aux partenaires du projet surtout ceux qui ont mis les fonds à disposition du Gouvernement pour cette opération.

    Le taux d’intérêt décliné est certainement le fruit de longues négociations. Mais cela n’interdit pas de continuer à les faire en tenant compte des premiers retours d’informations du terrain.

    Et ce n’est pas parce que le projet a été PRESENTE en Conseil de Ministres que Le Ministre Tanoh ou un autre devrait s’interdire de donner un avis sur la place publique. Un avis n’est pas une critique négative !

    Cessons d’alimenter une pseudo rivalité !

    Mon cher SD,
    Je n’ai pas eu l’occasion d’examiner à fond ce dossier de prêt. Donc l’avis que je donnerai ci-dessous est à relativiser.

    Mais de prime abord, et prenant l’exemple de la jeune dame Adrienne bénéficiaire d’un prêt dans le cadre dudit Projet ‘’Agir pour les jeunes’’ à la mairie de Cocody, le vendredi 7 février 2020 et objet d’un tes articles précédents, examinons les données en présence :

    Elle voulait réaliser un projet d’entreprise de transfert d’argent et a sollicité 600 mille FCFA. Elle a la chance d’avoir 300 mille F FCFA.

    A votre question très pertinente « Est-ce un cabinet qui a rédigé le projet pour vous ou est-ce votre initiative personnelle qui a abouti à ce financement ? », Adrienne répond « J’ai formulé mon projet moi-même. Je me suis renseigné auprès de ceux qui étaient déjà dans cette activité. Je l’ai rédigé moi-même et je l’ai déposé ».

    Entre 600 et 300, on passe d’un montant demandé à la moitié. Est-ce que « l’étude » avait envisagé ce scénario ? Est-ce que le projet est encore viable avec ce coût ? Donc l’importance technique de votre question, si vous avez vu cet aspect…

    Pour toute start-up ou pme, le coût initial de lancement est souvent lourd.

    Un projet d’entreprise de transfert d’argent nécessite un environnement spécifique compte tenu de l’insécurité ambiante autour de tout pôle de manipulation d’argent en espèces.

    Un local sécurisé dans une zone fréquenté avec ou sans agent de sécurité dans un local dédié c’est 70 à 100 mille francs le loyer mensuel. Dans un local partagé ou précaire, vous pourrez baisser ce coût autour de 50 mille francs. Avec ou sans la Loi KONE Bruno, il faut une caution minimale… Même de deux (2) mois.

    Il faut disposer d’un Stylo Détecteur de faux billet Test UV professionnel ou d’un détecteur Faux Billet Portable et d’un Compteur de liasse de billets.

    Il faut la caution de démarrage des opérateurs de transferts : 500 000 F ? 100 000 F ?

    Il faut une formation minimale de base.

    Est-ce que les 300 mille couvrent ces coûts de démarrage ? Le différé de remboursement des 300 mille de Dame Adrienne est de combien de mois ?

    Je précise que le différé de remboursement est la période pendant laquelle un débiteur ne procède pas au remboursement de ses dettes. L’idéal est ici qu’elle ait eu du temps de travailler au moins trois à six mois pour que son investissement commence effectivement à produire…

    Le cas de Adrienne peut être le même que ZAMBLE qui veut se lancer dans le vivrier. A cet effet il doit acquérir une moto-bagages solide et équipée à 1?200 000 F FCFA. Elle lui permettra de rallier même en zone pluvieuse les points de collecte des vivriers « bord champ » depuis les marchés de gros de GONATE, BONON etc.

    Ensuite il lui faut un petit fond de démarrage pour acheter les premiers viviers aux planteurs qui refusent le crédit et louer un dépôt au marché.

    Pour son projet ZAMBLE aurait eu besoin de 1,5 million FCFA. Le projet ne donnant pas plus d’un million, il va se contenter de solliciter 1 million F FCFA. Il a reçu finalement 500 mille. C’est déjà quelque chose… Il décide de démarrer avec une moto occasion et de revoir à la baisse le choix du type de produits vivriers à démarcher. Son « business plan » sommaire est très affecté mais il est convaincu de tenir la chance de sa vie. Réussira-t-il son pari ? A-t-il bien examiné les risques de son projet avec une moto d’occasion essoufflée déjà par deux années d’exploitation ?

    Bref ‘’Agir pour les jeunes 2’’ est une très bonne initiative. Il faut en féliciter le ministre Touré Mamadou et le Gouvernement.

    La contrainte c’était d’élargir la population bénéficiaire de cette manne.

    Fallait-il élargir cette base dès la première année avec des projets dont le business plan ne correspondant pas au financement reçu ou créer petit à petit une masse critique de jeunes promoteurs bien soutenus avec des projets solidement conçus et dont la réussite créera un effet d’entrainement tant pour les bailleurs que le reste de la jeunesse à soutenir ?

    Les politiques en cette année électorale ont fait leurs choix. On les comprend…

    Il faudra juger aux résultats de la première année. Les échecs éventuels de quelques-uns n’étant pas des raisons pour décrier l’initiative, le Gouvernement Gon pourra alors sereinement apporter les corrections indispensables les années à venir. Après les élections et leurs lots de contestations…

    En révisant soit les taux d’intérêt fortement à la baisse (moi je penche pour cinq points en moins autour donc de 7% voire 5%), mais en créant des conditions favorables d’accompagnement en amont (financement correspondant au Business Plan, centrale d’achats dédiée etc.) et en aval (appui technique par type de projet etc.).

    Ces conditions sont indispensables pour soutenir EFFECTIVEMENT l’entrepreneuriat des Jeunes. Si tant est que c’est cela la volonté affirmée !

    Mais en attendant, les familles et les collectivités locales doivent accompagner les jeunes bénéficiaires de ces avances. Pour rester près du projet initial qu’il ont étudié sans faire d’autres scénarii au cas où le fonds reçu serait la moitié de ce qu’ils ont prévu.

    Tanoh n’est pas l’obstacle. Dans un cas comme dans l’autre.

Comments are closed.