Réponse à JA/Côte-d’Ivoire: Habiba Touré accusée de faire de la «communication de foyer conjugal»

J’ai lu avec beaucoup d’intérêts le « Droit de réponse de Maître Habiba Touré à Jeune Afrique« .

Ce droit de réponse appelle à beaucoup d’analyses dans son fond et dans sa forme.

I- De la forme

Il est de notoriété publique qu’un droit de réponse s’adresse à l’organe de presse qui t’a calomnié ou égratigné, et c’est cet organe qui est tenu de publier ta réponse à l’article incriminé. S’il ne le fait pas, la personne qui se sent diffamée peut ester en justice ou répondre dans un autre journal.
Or nous constatons que Habiba Touré a préféré répondre à JA sur les réseaux sociaux que de leur adresser son droit de réponse.
Le constat est qu’elle ne répond pas à JA sur les questions où son nom est mentionné, mais elle se lance dans une communication politique et conjugale.
Ce qui nous emmène à analyser son droit de réponse dans le fond.

II – Du fond

Habiba Touré dans son droit de réponse s’est comporté véritablement comme une militante du FPI qui a pris fait et cause pour un camp et qui a oublié son statut d’avocate.
Elle évoque d’entrée deux sujets qui sommes toutes touchent à la vie du FPI.

1 – La stratégie de Gbagbo pour contrer Simone

Lisez ce qui suit  »
« Dans son édition du 16 février 2020, l’hebdomadaire Jeune Afrique a consacré un article au Président Laurent GBAGBO intitulé « La stratégie de Laurent Gbagbo pour contrer l’influence de Simone au FPI ».
Outre le caractère parfaitement mensonger du titre de cet article, il est encore fait état de ce que le Président Laurent GBAGBO aurait accepté que son ancien Premier Ministre, Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN négocie en son nom avec le camp OUATARA.
Cela est faux »
Sur la question de cette Stratégie dont parle JA Maître Habiba Toure s’est contentée de dire que ces allégations revêtent un caractère mensonger sans jamais apporter un soupçon de contradiction à l’auteur de l’article, mais elle sera plus prolixe en évoquant les mandants de Laurent Gbagbo a discuté avec un tel ou tel en Côte d’ivoire

2 – Des discussions en Côte d’ivoire

Lisez
« S’il est vrai que le Président Laurent GBAGBO a, compte tenu de l’impérieuse nécessité de réconciliation nationale, mandaté le Secrétaire Général du Front Populaire Ivoirien (FPI), Monsieur ASSOA ADOU, pour s’asseoir et discuter avec tous les partis politiques ivoiriens, le Président Laurent GBAGBO n’a jamais mandaté, ni autorisé une quelconque intervention, en son nom, de Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN auprès des autorités ivoiriennes  »
Bien, Habiba Touré est en train de nous dire que Laurent Gbagbo est soucieux de l’impérieuse nécessité de la réconciliation nationale mais préfère que Assoa Adou discute uniquement avec les partis politiques, mais pas avec le gouvernement ni le parti au pouvoir.

Qui sont donc les parties au conflit pour se réconcilier ? C’est avec des partis politiques que Laurent Gbagbo demande à discuter ? Mais pas avec le pouvoir. Elle va plus loin en affirmant que Gbagbo n’a mandaté personne pour parler avec le pouvoir d’Abidjan en son nom, se référant au président Affi.

3 – Des rapports Gbagbo/Affi

« Outre le caractère parfaitement mensonger du titre de cet article, il est encore fait état de ce que le Président Laurent GBAGBO aurait accepté que son ancien Premier Ministre, Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN négocie en son nom avec le camp OUATARA.
Cela est faux…
Le Président Laurent GBAGBO a simplement accepté de recevoir, Monsieur AFFI N’GUESSAN, qui en avait fait la demande, au cours d’un déjeuner, auquel j’ai d’ailleurs participé. Lors de ce déjeuner, il n’y a eu qu’une causerie cordiale entre les différents participants, sans qu’aucun sujet d’ordre politique ne soit abordé. »

Le président Affi et le président Gbagbo vont se rencontrer 9 ans après et ils ne vont que causer cordialement autour d’un déjeuner sans jamais qu’il y’est un sujet politique à l’ordre du jour. Curieux quand même.

Il me plaît de rappeler à Habiba Touré que le président Gbagbo et Affi se sont rencontrés en tête à tête le 03 janvier 2020 ,personne n’y était, pas plus qu’elle, ce n’est que le 04 janvier qu’elle a assisté à la rencontre de convivialité entre Gbagbo et Affi où il n’y avait plus rien à dire ,et il faut qu’elle sache que c’est pas devant elle que ces deux hommes vont traiter des questions essentielles pour le FPI et pour le pays .

Le pire est qu’Affi n’a jamais dit qu’il est allé discuter avec le pouvoir à la demande de Gbagbo. De toute manière avant de rencontrer Gbagbo il discutait, il n’a jamais dévié de cette ligne.

Ceci étant dit je crois savoir que Habiba Touré était l’avocate de Simone Gbagbo, à Abidjan, elle fût l’avocate de Michel Gbagbo à Paris contre Soro, elle en est où avec ces dossiers ?

Aujourd’hui elle se présente comme avocate de Gbagbo.

Elle est seulement avocate des Gbagbo quoi ?

Habiba fait ton travail mais quitte les sentiers battus de la politique, ça pardonne pas.

Tes mandants ont mal orienté ta communication. On paye ça cash !

Le FPI va s’unir.
#ODP
Koné Ladio Issa Sankara

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire