Côte-d’Ivoire: Méambly félicite Amadou Gon et met Mabri à sa place

Choix du candidat du Rhdp à la présidentielle de 2020

Félicitations au Premier ministre

J’ai participé à la réunion du Conseil politique élargi du Rhdp, dont je suis le 22e membre/150, le jeudi 12 mars 2020, au Sofitel hôtel Ivoire de 18 h à 1 h du matin. J’ai donc suivi, avec intérêt, les différentes interventions, notamment celle du président de la République, SEM Alassane Ouattara. Je salue le discours empreint de sagesse et de clairvoyance du chef de l’Etat. Je remercie les 18 intervenants sur les 19. Je voudrais afficher mon soutien à Amadou Soumahoro, Jeannot Ahoussou Kouadio, Hamed Bakayoko, Patrick Achi, Kandia Camara, Aka Aouélé, Anne Désirée Ouloto…d’avoir proposé le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, comme candidat de notre grand parti, le Rhdp, à la présidentielle du samedi 31 octobre 2020.

J’ai été particulièrement séduit en écoutant le ministre d’Etat, Hamed Bakayoko révéler que certaines personnes dont des religieux et des marabouts lui ont prédit un destin présidentiel, mais il se demande ce que valent nos ambitions personnelles à côté de l’intérêt général.

J’ai été séduit également d’écouter le ministre Patrick Achi indiquer que tout le monde peut occuper un poste présidentiel, mais peu de personnes peuvent l’exercer, félicitant vivement le président Ouattara de diriger la Côte d’Ivoire avec maestria.
Je partage entièrement et totalement ce choix du chef du gouvernement. Parce qu’après Alassane Ouattara, Amadou Gon Coulibaly est celui-là même qui est mieux placé pour continuer l’œuvre gigantesque et titanesque de notre champion.

Quand le Premier ministre m’a fait l’honneur de me recevoir, le jeudi 19 septembre 2019, à la Primature au Plateau, je lui avais dit que j’ai adhéré au Rhdp, sans condition, avec mon parti politique et mon groupe parlementaire Agir pour le peuple (App) pour aider le parti à conserver le pouvoir aussi longtemps que possible pour la paix et le développement. Et que j’étais engagé à y mettre toute mon énergie. Je suis dans cette même disposition d’esprit aujourd’hui.

Le recadrage de Mabri par Méambly

Par contre, je rappelle à mon frère des régions des Montagnes (Cavally, Guemon et Tonkpi), le ministre Mabri -le seul à émettre un son discordant- qu’en 1994, la parole avait été refusée, dans la même salle de l’hôtel Ivoire, au cours d’un congrès du Pdci-Rda, à Djeni Kobina. Mais, lui, Mabri a eu droit, jeudi dernier, à la parole. Djeni Kobina, qui n’avait pas eu ce privilège, a créé le Rassemblement des républicains (Rdr) avec certains de ses camarades. Et, c’est ce parti qui a porté le président Ouattara au pouvoir d’Etat. C’est ça l’audace politique. Certains acteurs politiques en Côte d’Ivoire et dans le monde ont eu cette audace pour arriver au pouvoir. Et, cela a payé. C’est dire qu’un peuple suit un leader.

Dans ses propos, Mabri a appelé le président Ouattara à privilégier le dialogue au sein du Rhdp, avant de prendre une décision définitive sur le choix du candidat du Rhdp.

En réponse, nous soutenons que le président Ouattara a été un homme de dialogue et un grand démocrate parce qu’il a donné la parole à Mabri et à 18 autres intervenants. Mon frère Mabri devrait donc exprimer ses propositions et ses attentes relativement à celui qui doit représenter notre parti à la présidentielle du samedi 31 octobre 2020.

Et là, Mabri a passé son temps à danser le « Tcha Tcha Tcha », cette danse des années 60 qui fait exécuter un pas en avant et deux pas en arrière.


Mabri a manqué simplement d’audace et a jeté en pâture ses cadres, à l’instar de la vice-présidente de l’Assemblée nationale, Kponh Taly Evelyne et Woï Mela, qui prônent sa candidature à cette présidentielle sur les réseaux sociaux et dans la presse. C’est pourquoi, je dénonce, avec la dernière énergie, cet énième jeu trouble du ministre Mabri.

Je préviens que ceux qu’il parraine dans l’ouest montagneux et lui, m’auront sur leur chemin s’ils veulent constituer un obstacle à la victoire du Rhdp avec le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, à la présidentielle du samedi 31 octobre 2020. Je vais les combattre politiquement jusque dans leur dernier retranchement. A l’ouest, on se connaît. Et, tous les élus du Cavally, du Guemon et du Tonkpi savent tous de quel bois, je me chauffe.

A preuve, j’ai arraché 2 sièges de députés à Mabri dans le Tonkpi, là où il a eu 0 député dans le Guemon quand j’étais président de région de 2013 à 2018 et 0 député dans le Cavally.

Nous voulons la paix pour toujours à l’ouest. C’est pourquoi, tant que je serai-là, je ne vais plus accepter que l’ouest montagneux revive les moments douloureux qu’il a vécus par la faute de politiciens véreux. Tant que je serai-là, je ne vais plus accepter que l’ouest montagneux donne sa poitrine à des politiciens véreux et sans scrupules, toujours prêts à utiliser le peuple Wê et Dan pour assouvir leur ascension et se cacher après dans des hôtels ou à l’extérieur. Cela ne va plus prospérer avec cette nouvelle génération chère au président Ouattara.

J’aurais souhaité que Mabri soit courageux et qu’il aille au bout de sa logique quand la parole lui a été donnée, jeudi dernier, au Conseil politique du Rhdp.

L’audace, c’est lorsqu’avant la présidentielle de 2010, je suis allé à Bouaké, à la tête du Comité national de soutien aux forces de réunification (Conasfor), pour réunir les deux généraux ex-belligérants, Philippe Mangou et Soumaïla Bakayoko, dans la quête de la paix pour notre beau pays et leur remettre la mobilisation de 800 millions de F Cfa des Ivoiriens en matériels roulant et de couchage pour les 8 000 hommes pour la sécurisation des élections de 2010 avec le Centre de commandement intégré (Cci).
L’audace, c’est lorsque je suis allé rendre visite, 6 fois, à nos frères, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, à la Cour pénale internationale (Cpi) pour avoir leur avis l’amnistie.

L’audace, c’est lorsque, dans le cadre de la réconciliation nationale, j’ai parcouru, à mes frais, la Côte d’Ivoire et le monde entier pour lever le lièvre de l’amnistie en faveur de nos frères et sœurs qui étaient détenus après la crise post-électorale de 2011, y compris Mme Simone Gbagbo.

L’audace, c’est lorsque j’ai été candidat contre Guillaume Soro, le 9 janvier 2017, pour être président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, alors que les armes crépitaient à Bouaké.

Il est donc temps que Mabri s’inspire des actions courageuses de paix et de réconciliation de son jeune frère que je suis, que de nager dans des eaux troubles pour ne récolter demain à la présidentielle, moins de 1% et faire honte aux grands peuples Wê et Dan qui aspirent à la tranquillité.

Moi Méambly, je n’ai jamais eu un pied dans une affaire le jour et l’autre pied dehors, la nuit. Car, j’assume toujours ce que je fais !

Fait à Abidjan, le 13 mars 2020

Méamblé Tié Evariste Edouard
Député de Facobly
22e membre/150 du Conseil politique du Rhdp
Cadre de l’ouest montagneux

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

1 commentaire sur “Côte-d’Ivoire: Méambly félicite Amadou Gon et met Mabri à sa place

  1. Je me pose la question : à quoi s’attendaient Mabri et tous ces transfuges du PDCI? Amadou Gon a été loyal depuis toujours (qu’en est-il de tous ces anciens venus de l’UDPCI, PDCI et autres?).
    Conclusion : vous resterez toujours des suiveurs.

Comments are closed.