La Côte-d’Ivoire, un État « je-m’en-foutiste » ?

Un État je-m’en-foutiste

« Faites ce que je vous dis; mais ne faites pas ce que je fais ». Cette citation, attribuée aux médecins, est devenue la règle de conduite de l’État ivoirien, qui sacrifie au je-m’en-foutisme.

Le mardi 17 mars 2020, en l’absence des groupes parlementaires de l’Opposition qui boycottent les débats, les deux Chambres du Parlement, le Sénat et l’Assemblée nationale, ont tranquillement tenu leur congrès à Yamoussoukro, avec 248 parlementaires.
La veille pourtant et pour juguler la crise sanitaire du coronavirus, l’État prenait une batterie de mesures parmi laquelle l’interdiction de rassemblement de population de plus de 50 personnes. Et le congrès tombe sous le coup de cette interdiction.
La course contre la montre, pour adopter les projets de loi portant révision constitutionnelle et modification du code électoral, se moque ainsi éperdument des mesures de sécurité et de prévention contre le virus.

Le lundi 16 mars 2020, Emmanuel Macron prêchait dans le désert ivoirien. « Parce que nous sommes en guerre, toute l’action du Gouvernement et du Parlement doit être désormais tournée vers le combat contre l’épidémie du coronavirus. C’est pourquoi, j’ai décidé que toutes les réformes en cours seraient suspendues », s’est-il engagé pour rassembler les Français à l’effet de relever le défi de la crise sanitaire.

Les urgences ivoiriennes, loin de l’union des forces, sont dans les adoptions, au forceps et à marche forcée, de deux projets de loi controversés et au centre de la polémique entre Pouvoir et Opposition.

De ce fait, le chronogramme des sessions extraordinaires du Parlement n’a connu aucune modification, malgré toutes les mesures restrictives annoncées.

Après donc l’adoption de la loi portant révision constitutionnelle qui sera promulguée et publiée au Journal officiel le mercredi 18 mars 2020, les parlementaires entament, à compter du vendredi 20 mars et aux pas de course, l’examen du projet de loi portant modification du code électoral.

Ce projet de loi, adopté sans faute le samedi 28 mars en congrès, sera promulgué et publié au Journal officiel le lundi 30 mars 2020. Et Ouattara, en piétinant ses propres règles pour exposer les parlementaires de son parti à la contamination du Covid-19, croit ainsi avoir respecté les instructions de la CEDEAO, qui imposent toute modification des règles électorales ou constitutionnelles six mois avant le processus électoral.

Il se heurte cependant à l’opposition de Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA, qui se révèle l’empêcheur de tourner en rond du régime ivoirien.

D’une part, contre la décision de paiement à 5.000 F des cartes nationales d’identité, il soutient mordicus que ces pièces administratives, financées par la Banque mondiale, doivent être gratuites.

D’autre part, alors que l’ex-parti unique a saisi la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) pour une réforme en profondeur de la CEI, Guikahué menace de porter plainte devant la Cour de justice de la CEDEAO.

En effet, il affirme que le chef de l’État est forclos dans les procédures actuelles de révision. Selon lui, le processus électoral démarre le 31 juillet 2020 avec l’affichage des listes électorales. Et donc, les révisions devraient s’achever, non le 30 mars, mais le 31 janvier 2020.
F. M. Bally

Photo: Alassane Ouattara, le 5 mars 2020 à Yamoussoukro, entre Amadou Soumahoro (président de l’Assemblée nationale, à g.) et Jeannot Ahoussou Kouadio (président du Sénat, à d.).

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire