Covid-19 Côte-d’Ivoire: Le pic épidémique de 8000 cas annoncé par la Primature début avril est-il réaliste ?

Par Connectionivoirienne

Le premier cas de Covid-19 est officiellement apparu en Côte-d’Ivoire le 11 mars 2020. À la date du 25 mars, les statistiques officielles annoncent 80 cas, soit une moyenne de 5,71 nouveaux cas par jour sur la période allant du 11 mars au 25 mars. Si cette tendance était maintenue à la fin avril, le pays pourrait se retrouver avec 200 cas. Si cette cadence d’infections était multipliée par deux, soit 11,42 nouveaux cas par jour, la Côte-d’Ivoire totalisera environ 400 cas au 30 avril.
Cette méthode de calcul purement théorique proche du linéaire qui n’a rien de la situation réelle, est battue en brèche par les experts du ministère ivoirien de la santé, qui adoptent une méthode drastiquement exponentielle avec un pic de 8000 cas début avril, soit une multiplication par 100 du nombre de cas au 25 mars, en seulement 5 jours.

Maintenant supposons que le nombre de nouveaux cas double chaque 4 jours comme en France, comme l’a annoncé Jérôme Salomon, directeur de la Santé lors d’un point presse du 19 mars.
Les 80 cas actuels à la date du 25 mars, passeront à 160 le 29 mars, pour atteindre 320 cas le 2 avril.
Tableau
6 avril = 640 cas
10 avril = 1280
14 avril = 2560
18 avril = 5160 cas.
Pour bien faire les choses, gardons à l’esprit que les courbes suivies jusqu’ici par la pandémie en Côte-d’Ivoire sont très différentes de celles de la France où le virus est apparu à la fin janvier. À la date du 25 mars la France totalisait 25 000 cas.

Un rapport alarmant en Côte-d’Ivoire
Voici ce que les experts écrivent dans leur rapport de 16 pages intitulé «Plan de riposte contre les infections respiratoires aiguës à coronavirus – Covid-19 – Côte d’Ivoire », portant le sceau de la Primature, envoyé à certains organes de presse.
« Depuis le premier cas de COVID 19 diagnostiqué le 11 mars 2020, nous estimons le taux d’attaque entre 10 à 50 cas pour 100 000 habitants.
Trois hypothèses ont ainsi été analysées.
Une hypothèse basse de 10 cas pour 100 000 habitants, une hypothèse moyenne de 30 cas pour 100 000 habitants et une hypothèse haute de 50 cas pour 100 000 habitants.
Compte tenu du caractère spécifique du COVID-19, l’hypothèse d’une incidence cumulée attendue de 30 cas pour 100 000 habitants a été retenue.
Ainsi, le pic épidémique pourrait être estimé à 8000 cas dont 1600 cas graves (20%) et 6400 formes légères (80%) en début du mois d’Avril 2020.
Cette hypothèse est basée sur la condition sous-jacente du respect strict des mesures prises par le Gouvernement.
Cela suppose la prise de mesures complémentaires de confinement forte dès le lundi 23 mars 2020.
Un processus itératif pour l’évaluation et la mise à jour continuelle de la planification sera mis en place ».
Des infrastructures sanitaires insuffisantes ?
« En matière d’infrastructures sanitaires, la Côte d’Ivoire dispose d’un Service des Maladies Infectieuses et tropicales (SMIT) logé au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Treichville qui fait partie des 5 CHU du pays.
En outre, le pays compte
88 Hôpitaux Généraux (HG) ;
03 Hôpitaux spécialisées ; 12 Hôpitaux Généraux confessionnels ;
17 Centres Hospitaliers Régionaux (CHR) ;
2501 Établissements Sanitaires de Premiers Contacts (ESPC) Publics, confessionnels et communautaires.
À cela s’ajoute un vaste réseau de soins privé en plein essor qui peut être exploité.
Cependant, le système de santé n’est pas préparé pour la gestion de ce type de pandémie, notamment la prise en charge des cas graves de la maladie nécessitant de nombreuses réanimations simultanées et continues.
Pour les examens au laboratoire, l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire (IPCI) est le laboratoire de référence.
Les prélèvements naso-pharyngés faits par l’Institut National d’Hygiène Publique chez les cas suspects sont acheminés à l’IPCI.
En effet, l’ICPCI dispose de dix (10) appareils dédiés avec une capacité totale de quatre cent (400) échantillons toutes les six (6) heures.
Cependant, l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire a besoin d’un appui important, pour faire face aux besoins découlant de la forte hausse de l’activité dans le contexte de la crise sanitaire.
L’évolution de l’épidémie en Côte d’ivoire, invite donc le Gouvernement à prendre des dispositions particulières d’urgence, pour mieux faire face aux défis liés à une réponse efficace à la pandémie sanitaire à corona virus COVID 19 », indiquent les experts du ministère de la santé en Côte-d’Ivoire.
96 milliards FCFA seront nécessaires pour la mise en place des mesures indiquées par les experts.

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire