Attention, le coronavirus ne doit pas créer des «corona-diplômes» en Côte-d’Ivoire

Pr. PRAO Yao Séraphin

Depuis le début de cette année 2020, le monde entier est secoué par un virus qui tue, paralyse les économies et éprouve pour une fois les scientifiques les plus respectés. Il s’agit du CORONAVIRUS. Pour rappel, notons que les coronavirus forment une famille comptant un grand nombre de virus qui peuvent provoquer des maladies très diverses chez l’homme, allant du rhume banal au SRAS, et qui causent également un certain nombre de maladies chez l’animal. Mais ce nouveau coronavirus est une souche particulière jamais encore identifiée chez l’homme. La maladie à coronavirus 2019, abrégée en Covid-19 ou COVID-19 (anglais : coronavirus disease 2019,) est une maladie infectieuse émergente causée par une souche de coronavirus appelée SARS-COV-2.

Ses symptômes les plus fréquents sont la fièvre, la toux et la gêne respiratoire, le plus souvent bénins. Les conséquences de cette maladie sont nombreuses car le confinement total impacte négativement l’activité économique avec son corollaire de chômage. Les écoles sont fermées, les lieux de cultes également. Justement, à propos de la fermeture des écoles dont on ne connait pas la réouverture, tout le monde s’inquiète au sujet des concours et examens de fin d’année. Et c’est bien l’objet de cette présente réflexion. En effet, pour que les examens et concours se déroulent à la bonne date, les autorités de certains pays prévoient des aménagements profonds afin de délivrer les diplômes comme prévu. En Afrique, pour respecter les dates et faire plaisir aux institutions internationales comme l’UNESCO, les autorités en charge de l’éduction, de l’enseignement technique et supérieur, seront tentées de « distribuer » des diplômes au rabais aux élèves et étudiants. Ce sont ces diplômes au rabais obtenus à la faveur du coronavirus, que nous appelons les « Coronadiplômes ». Dans une telle situation, il y a au moins trois cas qui se présentent.

La première proposition : une année blanche. En général, une année scolaire ou universitaire est validée, selon les normes internationales, lorsqu’elle remplit les conditions nécessaires de programmation, de durée, d’accréditation, d’implémentation physique et psychologique, de profil pour les enseignants et les apprenants, entre autres. Inversement, une année scolaire ou universitaire est dite blanche lorsque les enseignements et activités annexes sont entièrement ou partiellement invalidés pour des raisons multiples et diverses. Dans ce cas, tous les élèves et étudiants reprennent leur année. Mais, il n’y a aucune répercussion sur le cycle. Celui qui est en première année par exemple reprend l’année sans être un redoublant, de même que le cartouchard. Mais ce cas est tellement impopulaire que tous les gouvernements n’en veulent pas. L’hypothèse d’une année scolaire blanche n’est pas à l’ordre du jour à moins que la situation de confinement dure très longtemps.

La deuxième proposition : dispenser dans la précipitation des cours pour tenir dans les dates prévues. Pour éviter ce cas, dans les pays développés, les autorités en charge de l’éducation proposent des plateformes dites « Ma classe à la maison ». Le premier volet de ce dispositif propose, de la grande section à la terminale, des exercices qui portent sur les programmes des deux premiers trimestres. Chaque jour, pendant un total cumulé de quelques heures fractionnées en plusieurs séances, l’élève peut réviser les notions déjà apprises. Un questionnaire permet d’adapter les exercices au niveau de chacun. Le deuxième volet est une « classe virtuelle », où le professeur peut faire cours à ses élèves par visioconférence. Les connexions sont possibles par ordinateur, tablette ou téléphone. Notons toutefois que ce dispositif pose des problèmes même en Europe car pour aborder des notions nouvelles, il faut un accompagnement pédagogique qu’on ne peut demander aux familles. Elles n’ont pas la compétence, la patience ou la disponibilité. En outre, les enseignants doivent être formés au logiciel, et de toute façon rien ne remplace la présence physique en classe ou dans un amphithéâtre. En Afrique, ces dispositifs manquent et la seule alternative est d’attendre la fin du confinement pour reprendre les cours. Après la reprise des cours, la tentation sera forte pour vite faire afin d’achever les programmes. Pour dire les choses franchement, les enseignants bâcleront les cours parce qu’ils doivent respecter les délais fixés par les ministères en charge de l’éduction et de l’enseignement supérieur. Un diplôme acquis dans ces conditions n’est rien d’autre qu’un « coronadiplôme ».

Toujours sur ce second point que nous développons, les autorités compétentes peuvent annuler le troisième trimestre pour le secondaire, en prenant en considération uniquement les moyennes des deux premiers trimestres et organiser les examens sur la base de ces deux périodes. A l’université, les étudiants seront interrogés sur la base de la période où les cours ont été dispensés. Ce serait un mauvais signal, que de « donner les diplômes », certes il s’agira d’un diplôme aménagé mais pas au rabais. Toujours est-il qu’il faut éviter de distribuer des diplômes au rabais à une génération qui n’a déjà pas un niveau rompu à la haute compétition intellectuelle.

La troisième proposition : dispenser correctement les cours et rattraper le temps sur au moins trois années. Lorsqu’on envisage de quitter l’Afrique pour étudier à l’étranger, l’épineuse question de la reconnaissance des diplômes africains à l’étranger se pose à un moment ou un autre. Pour éviter cette situation, il faudra un jour décider de former correctement les élèves et étudiants une année complète. En raison de la mondialisation, les pays occidentaux harmonisent leurs systèmes académiques, pour une raison simple : la mondialisation. Avec la globalisation des échanges économiques, les Hommes se déplacent de plus en plus à travers le monde pour des raisons diverses, et ce sans limite. Avec l’instauration du système LMD (Licence, Master, Doctorat), les pays n’ont plus d’excuses s’ils veulent donner une chance aux futurs diplômés, de compétir partout dans le monde. Pour ce faire, le coronavirus ne doit pas créer des faux diplômes, en Côte d’Ivoire. Les universités doivent dispenser correctement et totalement les cours sans se fixer une date contraignante. Les deux années à venir permettront de rattraper le retard et revenir à une année universitaire normale. En définitive, au primaire et au secondaire, les autorités pourront approfondir notre deuxième proposition et au supérieur, la troisième.

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Share:
blank

Publié par La Rédaction

4 commentaires sur “Attention, le coronavirus ne doit pas créer des «corona-diplômes» en Côte-d’Ivoire

  1. ENFIN UN TRAITEMENT INTELLECTUEL !
    ===================================

    Ce n’est pas toujours qu’on lit une intervention de PRAO avec de la distance dans l’analyse.

    Ici il aborde un sujet qu’il domine étant plus enseignant qu’un économiste métier.

    Je ne partage pas tous les angles d’attaque de la préoccupation mais l’essentiel y est.

    Quand bien même nous savons tous que le Coronavirus a bon dos !

    Entre les premiers agrégés CAMES de 1983, les 7 augustes Maître de Conférences, Dominique Sarr (Histoire des institutions), Anne Jacqueline Oble (Droit privé), René Degni-Ségui, Moustapha Sourang (Droit public et Sciences politiques), Achi Atsain et Ahmed Hobkhoo et Moustapha Kassé (Sciences économiques et de gestion) et la cohorte des nouveaux élus, il n’y a pas photo ! Rien que leur nom en impose. Ils ne sont pas abonnés à la critique facile sur Internet. Pourtant ils sont bel et bien vivants !

    Chapeau jeune Maître !

  2. ERRATUM
    =========

    Le professeur Dominique SARR (1943-1988) est le premier africain noir, agrégé en Histoire du Droit. Il a donc quitté cette terre des hommes en 1988.

    L’iranien d’origine le Professeur Ahmad Hobkhoo Saba fut vice doyen de la faculté d’économie. Il gère aujourd’hui Tabantec une structure de consultance dans l’éducation. Belle « retraite ».

    Je ne trace pas les parcours des Ivoiriens du lot des sept. Degny Segui, Atsain l’ancien ministre économètre VRAI qui continua sa route aux Nations Unies. Et l’Émerite Oble Jacqueline dans le conseil Constitutionnel. Première femme agrégée en droit privé de l’Afrique.

    Les Sénégalais vivants sont l’ancien Ministre Sourang (Éducation, Justice et Forces armées sous Wade) et l’immense Professeur Kassé penseur de l’économie.

  3. POUR UNE ÉDUCATION DU 21ème SIECLE, AU 21ème SIECLE EN AFRIQUE
    ========================

    Je me devais me rendre dans mon champ au moment de mes premiers posts en réponse au Professeur PRAO.

    Couvre-feu obligé je n’ai pas eu le temps de développer ma pensée et mon appréciation.

    Dès mon retour les prières du soir et les longues récitations des sourates dont Al Mulk (La Royauté). L’objectif de cette dernière sourate est de faire réfléchir et de réveiller les non sachants en secouant leur état de conscience en inertie. Elle nous prépare pour être sans crainte a l’heure du Jugement Dernier qui passe ici bas par l’étape de la Tombe. Bref revenons à nos moutons.

    Non @Berenger Kolia, je n’aime pas insulter Dr PRAO ! Ou tout autre intervenant de ce site.

    Je suis simplement mal à l’aise quand un universitaire, fraîchement Agrégé CAMES, décrète tout de go :

     » En Afrique, pour respecter les dates et faire plaisir aux institutions internationales comme l’UNESCO, les autorités en charge de l’éducation, de l’enseignement technique et supérieur, seront tentées de « distribuer » des diplômes au rabais aux élèves et étudiants. Ce sont ces diplômes au rabais obtenus à la faveur du coronavirus, que nous appelons les « Coronadiplômes ». 

    @Berenger, ne croyez vous pas qu’un tel jugement qui au passage, met tous les États dans le même sac, est une injure aux efforts faits dans nos pays par les acteurs de l’éducation, autorités comme enseignants ?

    Cette appréciation sous un certain rapport est une ingratitude et un manque de respect de PRAO envers un système auquel il doit TOUT !

    LUI qui citant ici même Hypolite de Livry, reprenait ces belles paroles « rien de plus noble que la reconnaissance, rien de plus vil que l’ingratitude ; autant un trait de reconnaissance touche l’âme, autant un trait d’ingratitude lui fait horreur ».

    Cette mise au point effectuée, je rappelle aussi avoir saluer ce traitement d’un sujet préoccupant avec méthodologie et ces propositions faites par notre cher ami.

    Ce que je voudrais noter pour ma part, n’étant pas un spécialiste de l’éducation, se résume en ceci :

    1. UN CHAMBOULEMENT DU CALENDRIER SCOLAIRE À L’ECHELLE MONDIALE

    Malgré tous les efforts faits actuellement l’Occident le Coronavirus impactera le calendrier scolaire dans la plupart des pays européens. De report en report le pic de la crise en France est annoncé pour la mi-Avril. De grands moyens sont mobilisés pour permettre grâce aux NTIC de surveiller la flamme de l’apprenant malgré la distanciation physique.

    L’occident libre et indépendant n’a pas à rendre compte à l’orient du contenu de sa formation scolaire. Encore moins au Midi ou au Septentrion ! Ce qui n’est pas vrai pour L’Afrique dont le cycle de formation dans plusieurs disciplines a encore et toujours besoin de reconnaissance par une couche de certifications occidentales. DR PRAO vous dira avec fierté qu’il a soutenu sa thèse de Doctorat à l’université Pierre Mendès-France de Grenoble. Même si à Grenoble on y trouve le même Professeur Serges CALABRE qui enseigna SURPLACE ici à Abidjan plus de sept ans. Juste pour ne citer que cet exemple.

    Le Coronavirus frappera aussi l’Afrique. Les prévisions des experts dont le Directeur Général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, un africain bon teint, sont parfois apocalyptiques. Antonio Guterres de L’ONU ne dit il pas qu’avec le coronavirus, « on risque des millions de morts en Afrique  » ?

    Dans ce contexte MONDIAL quid du fonctionnement cohérent du système de l’éducation ? De manière globale et État par État ?

    Des dispositions particulières prises dans les pays créeront elles forcément des diplômes au rabais ?

    Pas forcément !

    Historiquement il y a eu le cas de MAI 1968.

    Lors des festivités du cinquantenaire de Mai 68, Libération avait fait une analyses rétrospectives sur  » Les bacheliers de Mai 68 : le mauvais procès du «bac au rabais» !

    L’observation du parcours de cette promotion 1968 du BAC intégralement passé à l’oral révéla beaucoup de bonnes surprises ! Des surprises qui mènent les auteurs des enquêtes à se poser des questions essentielles :
    ========
    Mais à quoi tient la valeur d’un diplôme ? A la sueur et la douleur ? Ou bien au parcours vers lequel il mène ? 
    ========
    Une étude intéressante aborde la question sous plusieurs coutures ( Vive la Révolution ! Les bénéfices de long terme de Mai 68, la République des idées (2005)).

    Pour résumer mon point de vue il nous faut trouver de manière intelligente des solutions. Sans complexes inferiorisants comme Prao le dit souvent citant généreusement Marcus GARVEY :
    «  Il faut apprendre au nègre à trouver de la beauté en lui ».

    Le tout n’est donc pas de citer Marcus Aurelius Garvey ! Il faut penser le progrès des Nègres par les Nègres comme les Juifs ont pu le faire. Inspiré par « l’Etat des Juifs » de Théodore Herzl (1896), le texte fondateur de Garvey, la Déclaration des Droits des Peuples Negres (1920) en ses points 22, 27, 30 et 31, aborde la question de l’éducation de manière concise et sans ambages …

    Pour ce faire, il faut pouvoir examiner TOUS LES POSSIBLES QUI S’OFFRIRONT A L’AFRIQUE au sortir de cette crise. Notamment en matière d’éducation.

    2. INVESTIGER VERS DE NOUVEAUX HORIZONS

    CRISE=OPPORTUNITE !
    Les chinois le pensent et je le crois !

    Il y a lieu de revoir LES FINALITÉS DE NOTRE SYSTÈME ÉDUCATIF. A commencer par une revue des multiples formations diplômantes dispensées çà et là (et qui font le beau gombo des enseignants du supérieur privé) !

    Que de Masteres ! Que de BTS sans prise réelle sur les besoins vitaux de la nation. On le voit aujourd’hui avec cette crise. Toutes les solutions même les plus primaires seront amorcées depuis l’occident ! La crise est donc une grande opportunité de nous remettre en cause. De questionner nos choux d’éducation. D’interroger notre école.

    C’est une piste parmi tant d’autres ! Ceux que la crise du Coronavirus laissera en vie, auront les écailles tombées des yeux pour s’y atteler. Je l’espère.

    Personnellement je n’attends pas que ce soit Mabri Toikeusse qui initie en premier la démarche et cette réflexion salutaire voire de survie sociétale. Le ministre en charge de l’enseignement supérieur n’a pas encore fini de réunir villageois, chefs traditionnels, jeunes et femmes des montagnes pour s’apitoyer et pleurer sur son sort au RHDP. Coronavirus ou pas !

    Mais à qui la faute ? Qui le maintient encore Ministre ?

    Merci donc au Dr PRAO de secouer le cocotier. Quelques cabosses sur la tête des dormeurs feront du bien à la République.

    Sans être exhaustives les pistes proposées ont le mérite de l’anticipation de la réflexion. Car il y aura nécessairement pour l’Afrique un Avant-Coronavirus et un Après-Coronavirus !

  4. DU REVERS DE LA MEDAILLE DE LA STIGMATISATION
    ================================

    Le Journaliste et doyen de la presse ivoirienne, Ladji SIDIBE est une des grandes plumes produites par Fraternité Matin. Il n’a pas été seulement connu et reconnu grâce à l’affaire Drobo II.

    Dans une des Grandes Enquêtes de Fratmat en 1981-82 Ladji aborda un thème tabou : « La Tricherie à l’Université ». Une enquête sur plusieurs numéros ou sur plusieurs articles. Les choses en seraient restées là et sans conséquence peut être si l’article central de ladite enquête, n’avait porté le titre « Sciences Eco : Le Royaume de la Tricherie ».

    Dès la publication du jour, la faculté épinonyme entra en ébullition. Après une AG conduite de main de maitre par celui qui deviendra plus tard, ô ironie de l’histoire, un des Directeurs Généraux de Fratmat, il fut décidé à la quasi unanimité des étudiants …et de certains enseignants de laver l’affront en rendant visite au journal d’État dans ses locaux. Pour une séance d’explications amicales avec l’auteur de l’article incriminé.

    Quel affront ? La stigmatisation des diplômes délivrés par la faculté où enseignent au demeurant de grands érudits (Faber, Calabre, Dalloz, Ali Traoré, Atsain, Pegatienan, Oupoh Oupoh etc) entacherait gravement l’image de l’université et porterait particulièrement un coup fatal à l’accession au monde du travail à toute une gêneration d’apprenants victimes expiatoires d’un possible règlement de comptes (sic) ! Dans ce genre d’assemblée générale, les grands orateurs avec les envolées révolutionnaires entraînent la troupe.

    Ce n’était alors pas encore l’ère de la FESCI. Et pourtant n’eût été la vigilance des forces de l’ordre, Fratmat aurait subi des dégâts. Et même plus tard le domicile du journalliste qu’on avait localisé à Yopougon Toits Rouges…oû le convoi de la vendetta composé de plusieurs cars d’étudiants chauffés à blanc, fut conduit.

    Le Président Houphouët Boigny lui même apportera son avis sur la question prenant fait et cause pour…Le journaliste mettant ainsi fin à une histoire mal engagée.

    La position des étudiants à cette occasion, mutatis mutandis, peut rejoindre celle tous ceux qui craignent que la stigmatisation à l’avance et donc mal encadrée des diplômes qui seront délivrés en cette année 2020, si le Coronavirus n’emporte pas le continent, ne laisse sur les carreaux une génération dont la seule faute aura été d’être arrivée à la gare au mauvais moment.

    Le revers de la médaille est toujours à prendre en compte dans la réflexion.

    Poue la petite histoire, ces Étudiants de la gêneration dorée des années 80 se feront le devoir de consacrer eux aussi un numéro spécial sur une affaire de tricherie d’État lors des Jeux universitaires africains de Yakro oû pour faire plaisir à Houphouët, les autorités sportives nationales firent appel à des non étudiants notamment les militaires (Mantape et autres ? Non bien sûr….) pour gonfler les effectifs et surtout booster les résultats. Le bilan élogieux grâce à cette pratique frauduleuse, fut à l’origine du numéro spécial de Campus Info « LE REVERS DE LA MÉDAILLE ! » Dans lequel les étudiants attiraient l’attention des autorités sur une éventuelle déroute à Bucarest aux Jeux mondiaux, face aux équipes mieux préparées et qui ne comptaient pas spécialement sur l’alchimie salvatrice de la Tricherie. La prophétie était juste ! Campus Info c’était deja qui les journalistes ? Ils se reconnaîtront !

    Comparaison n’est pas raison.

    Mais quand le « coup de poignard » vient d’un acteur du système éducatif, cela fait toujours TRÈS MAL.

Comments are closed.