Côte d’Ivoire/Covid 19: Le gouvernement annonce un vaste «plan économique, social et humanitaire » de 1.700 milliards FCFA

Le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly, a annoncé mardi, un large « un plan de soutien économique, social et humanitaire de 1.700 milliards FCFA », avec pour objectifs d’atténuer les impacts de la pandémie du Covid 19 sur les populations en Côte-d’Ivoire et acteurs des secteurs formels et informels »

Ce mardi 31 mars 2020, j’ai fait une Déclaration au cours de laquelle j’ai présenté le Plan de Soutien Économique, Social et Humanitaire adopté par le Gouvernement dans le cadre de la lutte contre le COVID-19.

A l’instar de plusieurs pays dans le monde, notre pays fait face à la propagation de la maladie à coronavirus (COVID-19) qui constitue un défi de santé publique à l’échelle de la planète.

Aujourd’hui, cette pandémie touche environ 200 pays et territoires dans le monde avec plus de sept cent mille (700 000) cas confirmés, près de 35 000 décès et plus de 150 000 qui ont été guéris. Dans notre Pays, nous enregistrons, 168 cas confirmés, 1 décès et 6 patients guéris à la date du 30 mars 2020.

Le Président de la République, SEM. Alassane OUATTARA, dans son message à la nation, le 23 mars 2020, a annoncé d’importantes mesures qui visaient à renforcer celles déjà prises par le Conseil National de Sécurité le 16 mars 2020, dans le cadre de la lutte contre la pandémie à coronavirus. Dans ce contexte, l’état d’urgence, le couvre-feu et l’interdiction des voyages de personnes entre le Grand Abidjan et l’intérieur du Pays s’imposaient pour endiguer la propagation de l’épidémie dans notre pays.

A cette occasion, un Plan de Riposte Sanitaire d’un montant de 95 milliards 880 millions de FCFA a été arrêté par le Président de la République qui vise à briser la chaîne de transmission de la maladie, à garantir la meilleure prise en charge des malades, à isoler et à suivre les personnes ayant été en contact avec ces malades et à poursuivre les efforts pour maintenir les populations à l’abri de la contamination.

Le Gouvernement s’attèle à la mise en œuvre rapide de ce plan pour lequel il a été mis en place sur nos ressources propres, un fonds de 25 milliards de FCFA. Les discussions sont en cours avec les partenaires techniques et financiers pour mobiliser des ressources complémentaires.

L’état d’avancement de la mise en œuvre du plan de riposte sanitaire fait apparaître la situation suivante :
– la capacité de prélèvement des cas suspects et d’analyse a été renforcée ;
– l’extension des sites de prise en charge des cas positifs est en cours tant à Abidjan qu’à l’intérieur du pays ;
– l’ensemble des commandes urgentes de matériel de protection a été passé ;
– le renforcement du système des soins est en cours ;
– les stocks de médicaments sont disponibles pour faire face aux besoins.
Lors de son adresse à la Nation, le Président de la République a également instruit le Gouvernement de faire une évaluation de l’impact économique et financier de la pandémie et de lui proposer un plan de soutien aux populations ainsi qu’au secteur privé.

L’impact de la crise sanitaire liée au Covid-19 est déjà perceptible sur l’économie nationale qui connait une baisse d’activité. De nombreux secteurs clés de notre économie sont touchés, notamment, les exportations en particulier agricoles, les importations, les BTP, le Tourisme, le Commerce, l’Hôtellerie, la Restauration et le Transport.

Selon les données actuelles, la croissance économique estimée à 7,2% pour l’année 2020 serait réduite de moitié et s’établirait à 3,6%, dans l’hypothèse d’une maîtrise de la pandémie à fin juin 2020. L’Afrique quant à elle connaitrait, sur la base des données provisoires disponibles, une réduction de sa croissance au niveau du continent de 3,2 % à 1,8 % et au niveau mondial, il est projeté une récession.

Par conséquent, les populations sont durement frappées au plan socio- économique par cette pandémie.
Le Gouvernement est conscient que notre pays vit une période particulièrement difficile. La crise est à la fois sanitaire, sociale et économique.

Ainsi, en complément au plan de riposte sanitaire, le Gouvernement a engagé des consultations avec l’ensemble du secteur privé, les différentes organisations professionnelles et entre le 24 et le 30 mars 2020, j’ai pu organiser plusieurs séances de travail téléphoniques et par visioconférence avec mon Cabinet et le Ministère de l’Economie et des Finances.

Ces consultations ont permis d’élaborer un Plan de Soutien Economique, Social et Humanitaire évalué à 1700 milliards de FCFA, soit environ 5% du PIB.

Ce plan permettra d’atténuer l’impact de la pandémie sur les populations et les acteurs économiques des secteurs formels et informels. Il permettra également de préparer une reprise rapide des activités à la fin de la pandémie.

Le Plan se décline en trois principaux axes à savoir,
(i) les mesures de soutien aux entreprises,
(ii) les mesures d’appui à l’économie et
(iii) les mesures sociales en faveur des populations.

Au titre des mesures de soutien aux entreprises, à court terme, elles visent à maintenir l’activité économique, à soulager leur trésorerie et à préserver l’emploi. A cet égard, le Gouvernement prendra les dispositions ci-après :
– suspendre les contrôles fiscaux pour une période de trois mois ;
– reporter de trois mois le paiement des taxes forfaitaires pour les petits commerçants et artisans (notamment les maquis, les restaurants, les boites de nuit, les bars, les cinémas et les lieux de spectacles) ;
– différer pour une période de trois mois le paiement des impôts, taxes et versements assimilés dus à l’État ainsi que des charges sociales du fait des difficultés de trésorerie des entreprises ;
– réduire de 25% la patente transport ;
– différer pour période de trois (3) mois le paiement de l’impôt sur les revenus de capitaux (IRC) aux entreprises du tourisme et de l’hôtellerie qui éprouvent des difficultés ;
– exonérer les droits et taxes de porte sur les équipements de santé, matériels et autres intrants sanitaires entrant dans le cadre de la lutte contre le COVID-19 ;
– annuler les pénalités de retards dans le cadre de l’exécution des marchés et commandes publics avec l’État et ses démembrements durant la période de crise ;
– rembourser les crédits de TVA sous un délai de deux (2) semaines, grâce à un allègement des contrôles à priori et le renforcement des contrôles à posteriori ;
– continuer, malgré la crise, le paiement de la dette intérieure, notamment aux entreprises des sous-secteurs sinistrés du fait de la crise, en privilégiant les factures inférieures à 100 millions pour atteindre le maximum d’entreprises, en particulier les PME et les TPE ;
– réaménager en liaison avec les Ports Autonomes d’Abidjan et de San Pedro le paiement des frais de magasinage durant la période de la pandémie pour surseoir aux pénalités et suspendre la facturation de surestaries, c’est-à-dire les pénalités dues en cas de dépassement des délais de présence des navires.

Au titre des dispositions de préservation de l’outil de production et de l’emploi, les mesures retenues concernent :
– la mise en place d’un fonds de soutien au secteur privé pour un montant de 250 milliards de FCFA, prenant en compte le renforcement du soutien aux PME pour au moins 100 milliards de FCFA et la mise en place de fonds de garantie, afin d’avoir un effet de levier sur l’accès au crédit ;
– la mise en place d’un fonds spécifique d’appui aux entreprises du secteur informel touchées par la crise pour un montant de 100 milliards de FCFA. Cette mesure sera pérennisée après la crise avec une fiscalité simple et des modalités novatrices de financement ;
– le soutien aux principales filières de l’économie nationale, notamment l’anacarde, le coton, l’hévéa, le palmier à huile, le cacao, le café, pour un montant de 250 milliards de FCFA ;
– le soutien à la production vivrière, maraichère et fruitière pour un montant de 50 milliards de FCFA, dont 20 milliards au titre des intrants ;
– la poursuite du dialogue avec les principaux acteurs économiques, notamment les faitières agricoles, les coopératives ainsi qu’avec les populations, afin d’améliorer le plus rapidement possible la reprise économique dans les meilleures conditions de succès.

Au titre des mesures sociales, le Gouvernement entend :
– décaler, pour l’ensemble des abonnés, les dates limites de paiement des factures d’électricité et d’eau, d’avril à juillet 2020, et de mai à août 2020. A cet effet, des facilités de paiement seront proposées pour soulager les populations ;

– prendre en charge les factures d’électricité et d’eau, devant être payées en avril et en mai 2020, des couches défavorisées c’est-à-dire des ménages abonnés au tarif social d’électricité, et des ménages facturés uniquement dans la tranche sociale pour l’eau. Cela concerne plus d’un million de ménages soit environ 6 millions de nos concitoyens ;
– instaurer un fonds de solidarité pour un montant de 170 milliards de FCFA, en vue de financer les populations les plus vulnérables dans le cadre du soutien humanitaire d’urgence, à travers notamment l’élargissement du champ des filets sociaux ;
– renforcer le contrôle des produits de grande consommation et appliquer des sanctions aux contrevenants ;

– Inciter les propriétaires de logements à faire preuve de souplesse et à discuter avec leurs locataires ;

– Assurer une éducation à distance en commençant par les classes d’examens (CM2, Troisième et Terminale) par le biais de la télévision.

Le Gouvernement est engagé à mettre en œuvre, de manière diligente et efficace, la riposte sanitaire pour freiner l’impact négatif de la crise sur l’activité économique et favoriser les conditions d’une reprise rapide de l’activité.

C’est pourquoi, je voudrais, à la suite du Président de la République, lancer un appel au civisme, à la discipline et au strict respect des mesures prises par le Gouvernement.

J’exhorte, à nouveau, chacune et chacun de nos concitoyens à mettre en application les mesures de prévention et à adopter les gestes simples qui aideront à réduire la propagation du coronavirus dans notre Pays. Il s’agit :
– du lavage régulier des mains avec de l’eau et du savon ou l’utilisation d’une solution hydro-alcoolique ;
– de tousser ou d’éternuer dans le creux du coude ou dans un mouchoir à usage unique et le jeter immédiatement dans une poubelle ;
– de saluer sans se serrer la main ; éviter les accolades et les embrassades ;
– d’observer une distance d’au moins 1m entre les personnes ;
– d’éviter les rassemblements et les déplacements non indispensables.
J’appelle au renforcement de la solidarité nationale et internationale pour accompagner le Gouvernement dans la mise en œuvre des plans de riposte et de soutien économique adoptés.

C’est le lieu de remercier, encore une fois, tous nos partenaires au développement pour leurs contributions financières et techniques ainsi que les acteurs du secteur privé et les personnes morales qui ont fait parler leur cœur.
Je souhaite que beaucoup d’autres leur emboitent le pas car les besoins sont nombreux et urgents.

Je voudrais rendre un hommage aux personnels de santé, aux forces de défense et de sécurité et à tous les agents publics engagés dans la lutte contre cette pandémie.
Aussi, le Président de la République a-t–il décidé de l’octroi d’une prime exceptionnelle à tous ces agents, sur la période de durée de la crise, en guise de reconnaissance de leurs efforts.

Mes chers concitoyens, c’est en étant disciplinés, vigilants et solidaires, qu’ensemble, nous arriverons à bout de cette pandémie.

#StopCovid19Civ
#Gouvci #CICG #Covid19
#Covid19CI #CoronavirusCI

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

15 commentaires sur “Côte d’Ivoire/Covid 19: Le gouvernement annonce un vaste «plan économique, social et humanitaire » de 1.700 milliards FCFA

  1. AINSI PARLE ET AGIT LE PREMIER MINISTRE D’UN GRAND PAYS
    =================================

    Réponse à Jean-Claude DJEREKE auteur de
    « Quand un petit pays a de grandes idées »
    ===================================

    Et avec tout le respect dû au Niger, pays frère et avec lequel nous entretenons des liens d’amitiés séculaires.

    Gérer une économie essentiellement pastorale et minière, n’est pas et ne peut ressembler à gérer l’économie de La Côte d’Ivoire. Les Nigeriens eux mêmes ont été gênés certainement par votre comparaison précipitée et fort déplacée.

    A Niamey il est aisé de demander par dans les mesures de dire et je cite le communiqué du Conseil des Ministres du Niger que vous avez parcellairement et partiellement repris :
    Interdiction d’utiliser les ascenseurs…(une mesure parmi tant d’autres !).

    Si on arrête les ascenseurs à Abidjan ca donne quoi à votre avis ?

    En Côte d’Ivoire que vous vilipendez, il faut manifestement se donner le temps d’examiner toutes les situations, les impacts des propositions et surtout LA CAPACITÉ DE FINANCER ces mesures au-delà de leur déclinaison généreuse.

    @Jean-Claude DJEREKE
    Quand un GRAND pays décide, il prend le temps de se donner les moyens de son ambition. Il regarde la montagne et imagine ce qu’il y a derrière.

    AGC est le DISCIPLE de qui ?

    Connaissez vous le Niger dont vous parlez ? Écoutons un chrétien qui n’a pas encore brûlé sa soutane.

    ==== LECTURE POUR VOUS =======

    Le père Mauro Armanino, missionnaire de la Société des missions africaines, qui vit depuis des années aux côtés de la population nigérienne, partageant ses peines et ses espoirs.

    Au Niger, l’épidémie de coronavirus frappe les plus pauvres

    Déjà touché par la faim, la sécheresse, le paludisme et les maladies liées au manque d’hygiène, le Niger a décrété un couvre-feu pour tenter de stopper la pandémie. Le père Mauro Armanino, missionnaire dans le pays, s’inquiète devant les carences des soins de santé et le manque de traitements. Les gens sont laissés pour compte devant l’entrée des hôpitaux. L’Eglise est minoritaire mais se bat avec les armes de la prière et du soutien à la population.

    Cette pandémie fait rage contre un pays déjà mis à genoux par d’autres maladies mortelles et risque de faire s’effondrer le système national de santé précaire..

    Le système de santé est déjà très faible. Il existe quelques hôpitaux gouvernementaux, plusieurs cliniques privées et un hôpital de référence offert par la Chine, mais il ne peut être utilisé que dans des cas particuliers. Cependant, l’ensemble des structures est inadapté car le Niger souffre déjà de maladies qui détruisent la population. La première maladie, si on peut l’appeler ainsi, est la faim. Ensuite, il y a le paludisme, qui touche également les jeunes de manière significative, sans oublier les maladies liées au manque d’eau et au manque d’assainissement. Nous vivons depuis toujours dans un environnement précaire.

    Est-il vrai que ceux qui n’ont pas d’argent ne sont pas guéris ?

    Si vous arrivez aux urgences de l’hôpital de Niamey et que vous n’avez pas d’argent pour payer les médicaments, les gants et tous les produits nécessaires à votre traitement, vous êtes laissé pour mort à l’entrée, sans même être pris en considération. Ainsi, comme vous pouvez bien le comprendre, la pandémie ajoute de la fragilité à un système déjà fragile dans lequel la politique joue un rôle de prédateur, car elle ne cherche pas le bien de la population.

    ========= VATICAN NEWS ========

  2. LE MÉTRONOME A LA MANŒUVRE
    ==============================

    Quand mes amis d’en face, nos frères Oyé parlent de lui, certains ne peuvent contenir leur émotion. En effet l’Africa Sports se conjugue essentiellement au passé. On l’appelait tout simplement Docteur. Dr Ernest Kallet Bialy  !

    Blé Théodore lui même figure emblématique du club quand il raconte son entrée en scène, est très élogieux sur le Grand Maitre Kallet. Star avec les militaires et les scolaires c’est tout naturellement qu’il débarque à l’Africa. Les petites rivières vont le fleuve…

    Auréolé dune relative célébrité a l’époque, il se voyait patron du milieu de terrain avec le numéro 8 au dos. C’est le
    français qui coachait les Oyés a l’époque qui eveillera son attention. Le secteur médian avait un propriétaire et le véritable dépositaire du jeu s’appelait Ernest Kallet Bialy. Blé Théodore accepta alors de décaler d’un rang pour prendre son fameux numéro 6.

    Les petites histoires il y a en à la pelle autour de la place centrale voire indéboulonnable de Bialy à l’Africa et chez les Éléphants.

    On raconte aussi comment il a rabroué le pauvre Gaoudi (Martin ?) fraîchement appelé en équipe nationale et qui devait partager la chambre avec Ballet. Dr l’en dissuadera lui préférant feu Sert Wawa afin d’éviter que le petit (sic!) n’aille se glorifier au village en racontant qu’il dormait avec Dr Ballet dans la même chambre chez les Éléphants.

    Le grand Pokou lui même ne fut pas ménagé. Dr Ballet à Brazzaville lui rappelera sèchement les frontières à ne pas franchir quand Dr Kallet est sur le terrain.

    Dr Ernest Kallet Bialy est un grand maître en son gère qui alliait science, autorité et charisme naturel.

    C’est tout l’image que donne aujourd’hui Amadou Gon Coulibaly. Ceux qui en doutent l’apprendront à leurs dépens.

    Comme Blé, Gaoudi ou Pokou ! Le métronome AGC est aux commandes.

    Nouvelle mandature, modernisation du management du Conseil des Ministres, célérité dans la prise de décisions, équipe réduite pour aller à l’essentiel et recherche d’efficacité maximale dans chaque projet.

    Wara à la manoeuvre ? Ce n’est que le début.

  3. Le métronome AGC est aux commandes ?????

    En politique politicienne certainement…

    Le sortant propose 95 milliards…le futur lui propose 1700 milliards.

    Après la pluie…on attend l’ouragan !!!! Comme quoi, on sait maintenant pour qui voter en octobre 2020…pauvres corbeaux que nous sommes…

    Et puis, pourquoi comparer ce qui n’est pas comparable…Le pays frère de nos vendeurs de garba et de bois n’a jamais vu un ascenseur mais a beaucoup d’idées…

    – Pas l’élargissement du grand Abidjan à Assinie pour juste un confinement de luxe…
    – Pas la quarantaine en confinement libre à domicile sur ordre et passe droit…
    – Pas un couvre-feu à la chicote avec liberté de contagion dans la journée…
    – Pas une propagation à l’intérieur du pays par des décisions inconséquentes…
    Et j’en passe…

    Il n’y a plus de SOLUTION…le sortant étant invisible et le futur n’est plus visible que par vidéo-conférence…hum

  4. >Nouvelle mandature, modernisation du management du Conseil des Ministres, célérité dans la prise de décisions, équipe réduite pour aller à l’essentiel et recherche d’efficacité maximale dans chaque projet.

    Des nouvelles de Prince Aniaba, au fait ? Auprès du Roi Soleil ? A Assinie ? Ou déjà l’exil à la Cour du roi d’Abomey ? On se perd un peu dans cette temporalité… Mais si @Wara sort de sous le lit un nouveau fétiche à adorer, ça questionne sérieusement.

  5. CURIEUSE COTE D’IVOIRE
    ======================

    Curieuse ? Pas seulement. Pour dire vrai je devrais ajouter ÉTRANGE COTE D’IVOIRE.

    On cherche physiquement les gens avec torche à midi au lieu de se préoccuper de ce qu’ils sont censés faire ou de s’assurer si leur mission est remplie ou pas.

    Et pourtant notre Constitution est claire sur la fonction du Premier Ministre. Les articles principaux 82 et 83 ne prêtent à aucune confusion.

    Rappelons les pour le besoin :

    Article 82. -Le Premier Ministre anime et coordonne l’action gouvernementale.
    Le Premier Ministre préside le Conseil de Gouvernement, réunion préparatoire du Conseil des ministres.
    Le Premier Ministre supplée Je Président de la République lorsque celui-ci et le vice-Président de la République sont hors
    du territoire national.
    Article 83. – Le Premier Ministre et les ministres sont solidairement responsables devant le Président de la République.

    D’oû vient il que pendant que le Gouvernement sous l’autorité du Premier Ministre décline un important programme national pour juguler en Côte d’Ivoire cette pandémie, certains voudraient installer le débat sur la géolocalisation du Premier Ministre ? Quand le Président et le vice-président sont présents sur le territoire national.

    GBAGBO OÙ ETAIS TU ?
    ====================

    – GBAGBO oû étais tu ?
    – J’étais à Man pour assister aux obsèques du géniteur d’un ami qui m’est très proche.

    La scène se passe en 1982. L’université est secouée après une conférence contradictoire Zadi Zaourou vs Jean Jacques Bechio terminée en queue de poisson. A l’origine c’était Gbagbo Laurent, Directeur alors de l’Institut d’histoire, d’archéologie et d’architecture qui devrait affronter le Représentant du Gouvernement mieux du PDCI. Thème Jeunesse et Politique en Côte d’Ivoire ! Thème banal peut être aujourd’hui mais nous étions aux temps du parti unique.

    Le lendemain toutes sortes de rumeurs secouaient le pays et on entendit alors cette phrase célèbre prononcée sur les ondes de la Radio Nationale par le Garde des Sceaux, Le Ministre de la Justice d’alors par ailleurs ancien Président de la Cour Suprême feu El Hadj Lanzeni Namogo Poto COULIBALY. Un de nos anciens Présidents de L’ASEC …

    Lanzeni Namogo Poto COULIBALY avec sa belle voix « GBAGBO oû étais tu » ? Lanzeni répondant aussi lui même dans un étrange monologue en direct à la Radio.

    Ce seront les dernières questions à Laurent Gbagbo avant son exil en France via la Haute Volta d’alors. Pendant que nous étions retenus en caserne a AKOUEDO…

    Aujourd’hui c’est Le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly que certains veulent voir et toucher physiquement.

    QUAND AGC INNOVE …SURPREND ET DERANGE
    ===============================

    La solution Polycom HDX 7000 (il y en a d’autres mais celle-ci est l’une des meilleures du marché) qui vous permet d’établir toutes formes de visioconférences en très HD n’a été inventé pour rien. Et AGC l’a bel et bien compris.

    En temps normal il accroît la productivité d’ensemble par une réduction de la mobilité des intervenants. A cet égard c’est une grande source de réduction des dépenses liées à la fonction mobilité dans les grands groupes (optimisation de la présence, réduction des charges de billets d’avion et d’hôtel etc.)

    Au moment où en raison du Coronavirus les entreprises recommandent le télétravail, AGC passe en mode télépresence (RealPresence Immersive) pour les rencontres gouvernementales.

    Les adversaires sont perdus. On spécule. On rappelle les opérations lourdes d’il y a dix ans. Quand au lieu de regarder le doigt qui montre la lune, le regard devrait être porté vers l’astre.

    Et ailleurs dans le monde que se passe t il ?
    Le président Russe Vladimir Poutine a opté pour le « télétravail », en raison de la propagation du coronavirus, a indiqué ce mercredi 1er avril le porte parole du Kremlin. « Le président préfère ces jours tout faire par télétravail » depuis sa résidence de Novo-Ogarevo, près de Moscou….

    La Russie c’est trop loin pour faire la comparaison ?

    Prenons le Senegal alors oû Macky Sall informe que le Conseil des ministres se fera par visioconférence jusqu’à la fin de la pandémie de covid-19 !

    Le Sénégal ce n’est pas non plus le bon exemple ?

    Faut il aller ENCORE au Niger pour trouver la solution qui vous convient ?

    Dans la future Constitution on introduira un article relatif à la Géolocalisation des Ministres du Gouvernement !

  6. Eh oui…1700 milliards sonnent mieux que 95 milliards…

    Pour cette somme…on inventerait même une nouvelle lune qu’on n’ira pas chercher dans le désert…mais en Russie, ça impressionne…

    Pauvres corbeaux que nous sommes…

  7. L’ÉTERNELLE QUESTION DES CHIFFRES

    L’autre depuis Conakry ou il fait sa consultance a contesté il y a peu, des chiffres présentés par le Président.

    Pourtant quand en France on annonce que dans le cadre du plan Coronavirus, 45 milliards sont consacrés pour l’économie, 2 milliards pour la lutte sanitaire elle meme, cela parait crédible !

    Pourquoi rapportés à notre pays grand comparé au Niger mais petit par rapport à l’Allemagne, ces deux coûts ne pourraient pas être de l’ordre de 1 700 milliards F CFA et 95 milliards de F CFA ?

    Il suffirait d’interroger la méthodologie et il me semble que l’assemblée nationale est bien placée pour avoir ces éclaircissements mon cher Maurice ?

    Sinon notre ami Don Mello nous dira encore qu’après ses minutieux calculs on devrait avoir 20% des chiffres annoncés !

  8. Le problème des chiffres en CI…c’est la pluviométrie.

    Voilà le sortant qui nous annonce 95 milliards dont 70… qui font toujours l’objet de recherche. On n’est même pas encore sorti de cette pluie de milliards que le futur nous dit…non non, c’est 1700 avec moi…un véritable ouragan tropical…

    On sait maintenant pour qui voter…si le covid-19 le permet…

    Mais c’est vrai aussi qu’avec 34.000 milliards de PIB…on peut faire mieux que le Niger et devenir émergent…

  9. @koffi
    Bon je t’ai compris, ces chiffres sont faux et redondants selon ton explication.
    Propose nous alors les tiens bien chiffrés secteur par secteur pour endiguer l’impact social de cette pandémie.
    Toutes les propositions non démagogiques venant de tout peuvent être utiles.
    À chacun sa lorgnette !!

  10. @Koffi Maurice

    A toi je ne serais point irrévérencieux si je demandais de lire « L’économie Pour les Nuls » de Michel MUSOLINO. Et surtout « La comptabilité Pour les Nuls » de Laurence THIBAULT. Ne soyez pas offusqués par les titres volontairement provocateurs de ces ouvrages. Ils sont drôlement pédagogiques !

    Sur une autre plateforme elearning (c’est pratique avec le confinement) j’ai pu lire cette explication « détaillée » :

    =========
    Il est un mécanisme comptable à la fois essentiel et troublant pour celles et ceux qui découvrent la comptabilité : la partie double. La comptabilité en effet est le reflet de la réalité économique et financière avec à la partie double. Il est possible de représenter celle-ci comme deux miroirs, non pas face à face puisque chacun renvoie une image différente, mais côte à côte compte tenu que leur reflet a la même source. Imaginons-nous nous trouver devant ces deux miroirs, l’un à notre gauche, l’autre à notre droite. Le premier s’intitule «  débit », le second « crédit ». Les deux images ainsi associées ont pour origine la même opération économique, sachant que les miroirs reflètent autant d’images qu’il y a d’opérations et que celles-ci sont conservées grâce aux écritures comptables. Autrement dit, sans imager, tout échange économique réalisé par une organisation tenue de produire une comptabilité fait l’objet d’un enregistrement comptable en partie double. Ainsi, pour une même opération, un mouvement au débit d’un ou plusieurs comptes est constaté avec pour contrepartie le crédit d’un ou plusieurs comptes, le tout étant équilibré. Au final, les sommes au débit et celles au crédit doivent être égales. Les deux miroirs ont donc un reflet aux contours identiques mais avec des traits différents…
    =======

    Ce mécanisme très simpliste pour un comptable est l’un des PLUS GRANDS BLOCAGES pour beaucoup d’apprenants en comptabilité.

    Posez la question à l’expert comptable EDI RENE. L’auguste Président du Conseil de l’Ordre des Experts-Comptables et des Comptables Agrées de Côte d’Ivoire (je ne sais plus s’il l’est encore) mais surtout membre de Société savante de l’Académie des Sciences des Arts, des Cultures d’Afrique et des Diasporas Africaines (ASCAD), qui fut commis pour faire les premiers cours de comptabilité à la Fac sua sang et eau pour faire comprendre à une bonne partie de notre génération le principe de la partie double ! Je le revois TRES ÉTONNÉ de découvrir que ce qui était évident voire binaire pour lui, était INJUSTIFIABLE à la limite pour certains de ses étudiants. A l’opposé Monsieur Simplice Zinsou grand capitaine d’entreprise qui venait valider son expérience acquise, était lui familier à ces manipulations actif passif, début crédit etc !

    Ce long retour 40 ans en arrière pour vous expliquer que JE COMPRENDS QUE VOUS NE COMPRENEZ PAS ET CERTAINEMENT NE POUVEZ PAS COMPRENDRE IMMÉDIATEMENT ces différents montants de 95 milliards et de 1 700 milliards de F CFA !

    C’est pourtant aussi simple que l’intervention de Sery « crédit » aux funérailles de son cousin Tapé « On paye pas crédit vite ».

    Quand vont l’heure de faire la liste des dons en numéraire, Sery dit simplement :
    TAPÉ me devait 300 mille francs de son vivant. Pour ses funérailles, je donne 50 mille en espèces surplace. Donc avec les intérêts sur les impayés des 300 mille évalués à ce jour à 200 mille et le principal lui même, desquels je fais une remise de 10% on peut considérer que ma participation sera au total
    500 mille à noter dans le cahier des contributions. A ce jour On continue de traiter Sery de Sery « Foutaise » !

    Et pourtant La comptabilité c’est aussi simple que ça ! Si vous avez bien compris la méthodologie de Sery je parie que vous comprendrez alors comment on arrive à dimensionner l’impact économique à supporter à 1 700 milliards.

    La pluie des milliards continue sans NZUEBA ! Quand l’argent travaille e n’est pas forcément de l’argent liquide qu’on touche de mains en mains. Encore que la BCEAO elle même recommande désormais des transactions digitales.

    Il faut saluer et encourager le courage de AGC sous la gouvernance éclairée et anticipative de ADO.

    Malgré un marché international des produits médicaux et des protections devenu presque inaccessible, notre pays debout tient son rang ! Et assume son leadership. Des ratés à l’allumage oui. Mais la machine lancée est à l’image d’un pays…ÉMERGENT.

    Oui vous n’avez pas tort @Koffi ! Nous y serons.

    Fraternellement et Que la Main de Dieu soit sur l’Afrique.

  11. @ wara2020

    C’est toujours un plaisir de vous lire…même avec vos succulents effets de manche…

    Je ne sais pas pourquoi mais j’ai le sentiment que ce cours de comptabilité est destiné…aux multiplicateurs de billets…hum…Au royaume des chercheurs d’argent, je ne suis pas surpris.

    Les seuls perdants seront les corbeaux de ce pays…

    Vive donc l’EMERGENCE de rêve…

  12. L’ÉMERGENCE UN OBJECTIF ASSUMÉ
    ===============================

    @Koffi
    Je suis heureux du retournement très positif de la situation de gestion d’ensemble de cette crise sanitaire. Sur plusieurs tableaux qu’observons nous ?

    Certains critiques abonnés aux faciles comparaisons dont les Soroistes (B52) s’étaient offusqués qu’un pays comme le Sénégal mobilise pour son Fonds de Solidarité contre les effets du coronavirus Force-Covid-19, une dotation de 1 000 milliards de FCFA et et 50 milliards de francs en vivres pour secourir les ménages démunis.

    Depuis les annonces du DISCIPLE et du métronome AGC ils se sont calmés…nos amis Soroistes ! Leur orgueil a t il été fouetté ?

    Mais plus que l’annonce elle même, c’est la structuration de la riposte mise en place sur le terrain en Côte d’Ivoire qu’il faut saluer. En Côte d’Ivoire oû chaque manquement est immédiatement porté sur la toile dans les 10 secondes qui suivent. En Cote d’Ivoire oû des personnes ont parfois agressé des médecins. On observe bien que du point de vue de la prise en charge médicale, il y a une parfaite coordination des pompiers à tout le corps médical. C’est aussi cela l’émergence. L’émergence n’est pas qu’une affaire d’infrastructures ! C’est aussi le comportement des hommes et des femmes !

    Bravo à tous ces acteurs qui font notre fierté !

    Si nos frontières n’étaient pas fermées aujourd’hui toute la sous région s’orienterait à coup sûr vers nos plateaux médicaux pour bénéficier du savoir faire de nos hommes et femmes en blouse blanche ! Je ne voudrais pas citer la gestion dans les pays environnants immédiats.

    Le Sénégal vient de perdre à Dakar l’ancien Président de Marseille Pape Diouf (RIP) un ami des sportifs ivoiriens et un grand africain. Dans son message de condoléances le Président Macky n’a pas manqué d’encourager le corps médical qui l’a suivi.

    Nous touchons du bois. Mais si un cas identique se produisait ici les médecins seraient vilipendés, Le Président pointé du doigt etc. Au Sénégal ils ont compris la nécessaire union sacrée pour faire face à la Pandémie.

    L’émergence sera un rêve collectif et inclusif ou elle ne verra point le jour !

    Une célèbre pub du PSG disait  » PSG Fais nous rêver ! ». Avec la photo d’un retourné acrobatique du légendaire Amara SIMBA en image de fond.

    Nous LES DISCIPLES paraphrasons : « Avec AGC, LA MAGIE ADO CONTINUE ! « 

  13. @Koffi

    Ma boite perso :

    For2020wara @ yahoo . com

    (Le tout collé sans les espaces)

  14. >Au Sénégal ils ont compris la nécessaire union sacrée pour faire face à la Pandémie.

    Je m’invite dans votre échange, @war, pour te dire qu’une « union sacrée » n’est pas impossible en Côte d’Ivoire. Cela dût-il donner de l’urticaire à ceux qui ne supportent pas la vue de Ouattara même en peinture, nous sommes un nombre important à penser qu’il peut, dans des circonstances exceptionnelles comme c’est présentement le cas, bénéficier d’une rallonge exceptionnelle de 5 ans au Palais. Houphouët a bien été en place 33 ans avec plus de bénéfices que de tors, non ? Comme pour ce consensus national aux USA au sortir de la 2ème guerre mondiale qui a offert 2 mandats supplémentaires à Franklin Delano Roosevelt. Et comme, plus près de chez nous au Burkina Faso il y eut une union sacrée autour de Blaise Compaoré pour rempiler en raison de la crise en Côte d’Ivoire, pays duquel ils sont intrinsèquement dépendants.

    Oui, cela peut se réaliser. D’abord parce que pour parler prosaïquement, « c’est pas président on mange », « c’est pas élection on mange ». Même si pense que cette union sacrée peut être obtenue assez difficilement, les conditions les plus insurmontables se trouvent du côté de Ouattara :
    – Qu’il extirpe de son cœur la haine et ce désir de faire payer ses opposants ;
    – Qu’il fasse publiquement acte de contrition non seulement pour ses actes du passé depuis 1990, mais aussi de ceux posés depuis le début de sa gouvernance ;
    – Qu’il mette fin à cette politique inique de divisions tous azimuts, et la répression aveugle et sauvage de tous ceux qui ne pensent pas comme lui ;
    – Qu’il rassemble et réconcilie les Ivoiriens dans l’intégration, la vérité, et le partage.
    Si cette volonté est perçue, clairement, et sous l’onction des religieux, des chefs traditionnels et des intellectuels, nous pourrons réaliser cette union sacrée autour de lui pour 5 bonnes et longues années, en raison d’un horizon franchement obscurci. Mais bon, je rêve là, j’imagine.

Laisser un commentaire