Les spécialistes du télétravail proposent leurs recettes en Côte-d’Ivoire

Mobiliser son appareil productif au profit de la lutte contre l’épidémie à Coronavirus (Covid19), orienter pour la reprise sa communication et montrer aujourd’hui son implication sociale, créer des outils adéquats pour marquer sa différence et son engagement sociétal sont les objectifs à atteindre pour toute entreprise.

Faire des dons, offrir ses services, verser des primes en interne ou partager ses stocks… autant de questions et de stratégies qui appellent une réflexion particulière.

Mais, le partage des expertises se heurte aux mesures barrières, vitales pour enrayer le Covid19.

Raison pour laquelle, INC.FORMATION, un cabinet de formation s’engage et se joint à l’appel du gouvernement sur la nécessité du télétravail.

Moins il y a d’agents dans les entreprises et les administrations, moins il y a de chance de répandre le Covid19. C’est une affirmation du ministre de l’Economie Numérique et de la Poste Mamadou SANOGO. Le Ministre a donc lancé un appel aux chefs d’entreprises et aux chefs des administrations publiques afin d’opter pour les solutions de télétravail.

« Ainsi, tous les décideurs du public ou du privé doivent à travers des notes de service autoriser les agents dont la présence n’est pas nécessaire à opter pour le travail collaboratif à distance à travers les moyens digitaux ».

Conscient de sa responsabilité sociétale, INC.FORMATION, également acteur social va initier un certain nombre de formations, d’ateliers et de masterclass, pour certaines gratuites en direction des entreprises et des institutions.

Au travers de ces formations, INC.FORMATION espère que celles-ci permettront :

– D’organiser la diffusion de l’information professionnelle,
– De créer des espaces de conférences virtuelles interactives,
– De poursuivre les objectifs d’information et de formation dans le monde des entreprises.

Il s’agira également pour INC.FORMATION de communiquer et partager en temps réel et interactif des formations sur les dispositifs de veille à mettre en place par chaque structure. Mais aussi, de partager de bonnes pratiques dans un cadre dédié et inter-entreprises, toujours plus enrichissant.

INC.FORMATION, souhaite au travers de la mise en place de cette ingénierie opérationnelle, l’appropriation de tous ses outils dans un espace collaboratif.

Cet appel est lancé également aux collectivités pour le déploiement de leurs campagnes en direction des populations, via leurs téléphones mobiles.

Cette initiative citoyenne et engagée pour les entreprises notamment, commencera par une grande visio-conférence gratuite animée par un expert du monde de la banque sur les incidences de la crise dans ce secteur.

Notons également que Tatiana MOSSOT, ex journaliste à France24, RFI et VOA, anime avec succès en ce moment même et ce jusqu’au 30 avril, des Visio-ateliers sur la communication de crise, en période d’alerte sanitaire. Le thème ‘’Patrons, comment gérer votre communication de crise face à une situation d’alerte sanitaire ‘’.

Maitriser la communication interne et externe, détecter les fake news et sécuriser les informations digitales seront les stratégies que Tatiana MOSSOT développera aux cours de ces Visio-ateliers.

Avec sercom

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

4 commentaires sur “Les spécialistes du télétravail proposent leurs recettes en Côte-d’Ivoire

  1. MERCI POUR LA PUB !
    ===================
    On sait désormais qui est INC.FORMATION.

    Dans le contexte présent on voit effectivement des administrations puboiques ou privées, des ministères recommander le télétravail. Avec l’appui du ministre en charge de l’économie numérique. Comme en France !

    Le communiqué du Ministère précise :
    Pour la réussite de cette opération, les opérateurs du milieu à vulgariser le télétravail avec des tarifs promotionnels. «A cet effet, le ministère de l’Economie numérique et de la Poste rassure toute la population que les opérateurs de téléphonie mobile ont été invités à démocratiser et à faciliter l’accès aux solutions de télétravail en mettant à la disposition des entreprises et des populations des offres technologiques adaptées à des coûts abordables ».

    « La guerre est là aux portes du village. Et nous devons aller chercher du bois dans la forêt pour en faite de flèches » ! Un proverbe africain qui rappelle qu’il faut anticiper les situations pouvant survenir. Ou voir venir les problèmes, rechercher par anticipation les solutions et tester leur efficacité. Ici nous sommes dans un domaine technique oû…LE RISQUES INHÉRENTS AUX CHOIX SONT NOMBREUX ET PARFOIS COMPLEXES.

    Dans leur sagesse nos anciens craignaient donc que dans la précipitation ou par peur d’aller très loin en forêt, on ne recherche que les branches disponibles. Or tout bois ne peut être une flèche souple, résistante au contact d’un impact et durable.

    C’est pourquoi et à l’effet de baliser le cadre de la mise en oeuvre de telles solutions hautement risquées pour les clients qu’en France, l’AGENCE NATIONALE DE LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D’INFORMATION a élaboré la directive ANSSI-PA-054 un guide détaillé dédié aux RECOMMANDATIONS SUR LE
    NOMADISME NUMÉRIQUE.

    D’entrée de jeu, le télétravail y est décliné comme :
    « Le télétravail désigne toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication (article L. 1222-9 du code du travail). Le télétravail est donc une forme de nomadisme numérique.

    On voit bien dès le départ que la définition est adossée à la législation du travail…

    2eme remarque : Le guide recommande fortement dans la gestion des risques que « Des mesures spécifiques au nomadisme et au télétravail doivent être définies dans la PSSI de l’entité concernée. ».

    Combien d’entreprises ivoiriennes ont rédigé une PSSI ? C’est à dire une Politique de Sécurité des Systèmes d’information ?

    Je ne vais pas y ajouter les exigences lourdes de la NIST (National Institute of Standards and Technology)…

    Bref !

    Disons pour faire simple que les procédures de travail (qui ne sont pas toujours écrites dans nos entreprises oû les sorciers meurent avec leurs connaissances alors que l’ISO 9001 version 2015 impose désormais une gestion de la connaissance dans cesdites procédures) ont besoin d’être revues quand il s’agit d’une grande administration. En effet le télétravail applicable dans un petit cabinet de géométres voire une PME/PMI ne sera pas le même que celui à déployer dans une direction des impôts ou de la douane c’est à dire une grosse structure ayant des serveurs d’infrastructures, des serveurs d’applications et des données et des systèmes complexes d’interconnexion. En général ces dernières si elles sont sérieuses ont en interne des compétences et des procédures dédiées pour ces tâches ou via des contrats d’infogerance robustes. Encore tout ne peut être externalisé car certains secteurs d’activités sont incompatibles avec l’outsourcing.

    Quand bien ces procédures existeraient leur utilisation étendue à plusieurs personnes et sur une longue période, requiert des infrastructures et des logiciels de sécurité hautement fiables.

    Les performances du VPN IPsec d’un Fortigate 7060E capable de gérer 100 Gbps et d’ouvrir 40 000 tunnels de passerelle à passerelle à ses clients avec des liaisons chiffrées et verrouillées aux infiltrations sur le transport n’ont rien à voir avec les VPN bon marché voire gratuits téléchargeables sur la toile. Téléchargeables avec mille problèmes de sécurité en arrière plan.

    Ouvrir une messagerie d’entreprise ou un ERP avec des modules de Paie/RH et de comptabilité voire budgétaire et de gestion de patrimoine via un VPN depuis un « domicile » non reconnu et donc non sécurisé c’est exposé toute l’entreprise à des risques qui PEUVENT SURVENIR des mois bien plus tard quand on aura oublié le Coronavirus. Les agents dormants n’ont pas besoin de tousser !

    Les entreprises qui avant la crise avaient déjà des procédures BYOD CYOD ou COPE pourraient s’autoriser cette aventure à grande échelle avec moins de risques.

    C’est quoi ces barbarismes ?
    Bring Your Own Device (BYOD)
    Choose Your Own Device (CYOD),
    Corporate Owned, Personally Enabled (COPE)…

    Moins de risques je précise car avec le flot de travail du fait de la montée en puissance brutale de ce mode de travail, les étapes de contrôle inhérents préalables à l’autorisation d’utilisation de ces outils risquent d’être bâclées (contrôle de conformité du média, niveau d’actualisation des systèmes embarqués, procédure de mise à jour dynamique des antivirus, non cohabitation avec des outils téléchargés sur internet et non validés etc). Et cette liste peut être encore plus détaillée et donc très longue !

    Quid des intervenants qui sont invités à aider les entreprises ?

    Quel est le protocole d’homologation de ces entreprises ? Qui audite ces entreprises ?

    L’un des risques les plus élevés serait de permettre à n’importe quelle entreprise d’entrer dabs nimporte réseau au motif d’accompagner celles-ci.

    Permettre à un intervenant d’accéder à certaines passerelles en disposant des adresses ip stratégiques pour la telemaintenance ou toute forme d’assistance à distance via des logiciels du marché comme Teamviewer, Ammyy Admin, Chrome Remote Desktop WebEx Meetings, LogMeIn Pro ou autre (car la liste est désormais longue !) C’est prendre UN GROS RISQUE !

    Le moindre ne serait pas qu’on récupère des sextape sur des postes de travail comme celui d’un certain Directeur du Marketing de la CNCE (ex CECP).

    Les plus graves seraient des pertes voire des manipulations de données d’entreprises pas TOUJOURS tracables parce que dans leur grande intelligence les utilisateurs auraient donné leurs propres comptes et mots de passe à des intervenants extérieurs non soumis la plupart du temps à la signature d’un engagement contractuel contre ce type d’infractions.

    Toutes ces raisons m’amènent à recommander que l’économie numérique parce qu’étant l’évolution du monde revienne à un grand spécialiste du métier qui en connaît les risques au-delà d’un communiqué générique ! Ce serait l’une des opportunités attachées à la crise du Coronavirus chez nous. Je répète incessamment et inlassablement l’adage chinois CRISE=OPPORTUNITÉ !

    Après la grande conférence et la signature de la charte de Kurukan Fuga, l’intemporel Manden Kalikan, Soundjata de manière visionnaire n’a-t-il pas demandé QUE CHACUN RETOURNE À SON METIER D’AVANT LES CINQ BATAILLES. En un mot l’homme qu’il faut à la place qu’il faut après le Coronavirus.

    Afin que prenne fin CE NOMADISME des ministres qui sont au Plan aujourd’hui demain aux Affaires Étrangères après demain a l’Enseignement Supérieur ensuite ou enfin Ministre de la Santé parce que ce serait dit on sa profession de base !

    J’ai été encore long. N’oubliez surtout pas de lire le document RECOMMANDATIONS SUR LE
    NOMADISME NUMÉRIQUE de l’ANSSI.

  2. CONFINÉ OU NOMADE ?
    =====================

    C’est curieux qu’en cette période de CONFINEMENT la procédure du télétravail que je vous recommande parle elle de NOMADISME NUMÉRIQUE ?

    Peut on faire cohabiter un NOMADE (lr travail) ET UN SÉDENTAIRE (son acteur confiné) ?

    Mon ami est un brillant architecte. Je lui dois d’avoir bien compris le Logiciel Photoshop de Thomas KNOLL dans l’apprentissage duquel je dois avoir investi au moins 200 000 F en ouvrages seulement.

    Photoshop que tout le monde connaît là ? Bien sûr il y a connaissance et co-naissance.

    Grâce à cet artiste, il y en est un, j’ai compris que beaucoup d’éléments de ce merveilleux sont partis à l’origine de la table à dessin manuel avec tous ses instruments et process.

    Mon ami architecte fait des merveilles en études de bâtiments. J’avais toujours eu peur de lui confier un projet personnel tant je juge très élevée la qualité de son travail au regard du prix à payer que je pourrais lui proposer. Jusqu’à ce qu’il m’encourage et m’aide à me débarrasser de « la peur du prix d’architecte ». A ce jour je ne le regrette pas. Confiez vos projets aux architectes et vous aurez un meilleur retour sur investissement. Un dessinateur n’est pas un architecte. Un ingénieur de structures n’est pas un architecte. A plus forte raison un topographe ou un géomètre.

    Mon ami est employé comme chef d’un business Unit dans une grande structure de la place. Quand il m’a reçu la première fois chez lui dans sa merveilleuse villa acquise dans un programme immobilier mais complètement transformé avec ses retouches (fontaine et cascade artificielle, système de recyclage des eaux grises domestiques dites « usées », énergie solaire à 50%, redimensionnement des espaces, revue des zones de lumière bref !), il m’a présenté son organisation de travail paradisiaque et les investissements réalisés à cette fin chez lui ET À SES PROPRES FRAIS (salle de formation à 5 places, salle de projection, salle d’archivage numérique avec un petit serveurs et toute l’infrastructure de l’architecture moderne avec des tables à dessin modulaire etc.). Dans sa villa il y a ajouter un niveau dédié à ses activités d’architecture et qui lui permeten accord avec son employeur de bosser à tempérament de chez lui. L’inspiration pouvant à 2h du matin comme à 6h ou 18h. Et le stress des embouteillages d’Abidjan, n’est pas forcément un bon capteur d’énergie. Surtout l’énergie intellectuelle…. On pourrait même dire que l’embouteillage vide l’énergie accumulée par le temps de repos nocturne.

    Cette organisation à domicile lui permet d’avoir une productivité supérieure à certains de ses collègues qui doivent être â 8h au bureau et descendre à 18h. Comme à l’usine selon sa belle fortune ! OR un cadre n’est pas un agent d’exécution. Surtout quand il doit concevoir des solutions nouvelles et non faire du copie-coller.

    La crise du Coronavirus offre aujourd’hui aux entreprises l’opportunité de revoir leur organisation interne. Le travail de bureau du 19eme siècle voire 17ème siècle, n’est pas forcément adapté à la conurbation et aux mégalopoles du 21eme siècle. Même les usines ont développé de nouveaux process qui réduisent les effectifs avec un meilleur rendement.

    Le nouveau travail sera donc NOMADE et non CONFINÉ dans un bureau fixe.

    Quand mon ami descend de son job officiel avec l’autorisation de son entreprise, il rentre avec un portable et un disque externe caché dans un autre compartiment de sa voiture (attention à ne jamais mettre tous les oeufs dans le même panier) sur lesquels sont preinstallés des logiciels de cryptage de données qui rendent impossibles l’utilisation de ces supports sans passer par le contrôle d’un mot de passe robuste lui même soumis à des changements réguliers ! Ils ont choisi de limiter le stockage de leurs données d’entreprise dans le cloud…. Ahannn tout ça ???

    On me dira toute cette armada, c’est une SOLUTION DE RICHE !!! Peut être !

    Peut être aussi que seuls ceux qui sont nés pour être riches, créent la richesse !

    Vous êtes confinés ? Profitez en pour lire
    « Père riche, père pauvre » de Robert Kiyosaki et de Sharon Lechter.

    Après la crise du Coronavirus, vous trouverez certainement votre chemin pour être comme EUX ! Qui sait ?

    Oui sait-on jamais ! Le confinement vous aura démontré tout le bien fondé du travail nomade.

    Bravo à mon ami architecte et à sa charmante épouse.

  3. Un ami technicien de rendu dans un cabinet d’architecture, ou un architecte ? Parce qu’en CAO/DAO, c’est plutôt AutoCAD l’incontournable référence, Photoshop étant juste utilisé pour la finalisation de certains rendus en 2D par des artistes dédiés, à la PAO. Juste en passant.

  4. @Coigny

    Un ami architecte confirmé et inscrit à l’ordre des Architectes !

    Bien avant l’avènement de la CAO/DAO et donc des fichiers DWG, le métier du dessin existait ! Le metier d’architecte existait aussi. Autodesk et ses logiciels dont Robobat désormais ne date que de 1982 !
    Je maintiens donc que certaines des fonctionnalités de Photoshop sont largement inspirées du dessin. Au lancement de Photoshop (version officielle) comptez les noms des personnes ou startups citées dont les noms défilent à l’écran.

    Mon ami artiste j’ai précisé sans entrer dans les détails, réalise de temps en temps, de magnifiques tableaux d’art, dont certains ont fait l’objet de vernissage grand public.

    Bien sûr on peut être architecte AUJOURD’HUI sans être dessinateur d’art ou dessinateur bâtiment. Un concepteur n’est pas nécessairement un ouvrier. Je ne ferai pas cette mauvaise polémique. Mais certains ont gravi les marches du métier en franchissant étape par étape tous les grands jalons. Ceux là sont de grands Maîtres. Ils n’ont pas le complexe de prendre le crayon, fut-il électronique ou en bois.

Laisser un commentaire