Pandémie Covid-19: Les propositions du docteur Martial Ahipeaud, président de L’UNAFESCI

Pandémie Covid-19: Les propositions du docteur Martial Ahipeaud, président de L’UNAFESCI

Adresse au Peuple de Côte d’Ivoire :

C’est ensemble que nous gagnerons la guerre contre le coronavirus

Depuis fin décembre 2019, le monde fait face à une crise sanitaire liée au corona virus, désormais désigné sous le nom de Covid-19. A ce jour, le bilan est lourd : 1612646 contaminés, la barre des 100 000 morts franchies dans 185 pays et régions. [1] Parmi ces personnes, des Princes, des chefs et membres de gouvernements, des citoyens de tout âge et des enfants. Le monde est ainsi plongé dans un chaos sans précédent. En Côte d’Ivoire, le 25 janvier 2020, la première personne a été contrôlée négative au Covid-19.[2] Dès lors, une équipe d’alerte et de contrôle a été mise en place pour que le pays ne soit pas surpris par cette crise devenue depuis une guerre de toute l’humanité contre un organisme infiniment petit. C’est en mars 2020 que le Gouvernement fera connaitre son plan de « Riposte » contre le virus et celui des mesures d’accompagnement.[3] Devant les incompréhensions et autres incidents que la Ville d’Abidjan a connus dans la nuit du 5 et la matinée du 6 avril, avec notamment la destruction des sites de dépistage par les populations riveraines, il nous parait important de nous prononcer pour éclairer, recadrer et réorienter ce débat et cette guerre planétaire contre ce virus dans notre pays.

C’est le lieu de saluer le Président de la République, SEM Alassane OUATTARA, qui a réuni le Conseil National de Sécurité (CNS) pour prendre des mesures conservatoires d’urgence pour prévenir une pandémie aux conséquences prévisibles dans notre pays. Car, si les grandes nations, avec leurs systèmes de santé performants, sont à genou, que pourrait faire La Côte d’Ivoire face à ce virus qui ne connaît aucune frontière? Ce n’est pas le lieu et le moment de revenir sur les limites de l’action gouvernementale car la contradiction principale reste de combattre ce virus. Aussi, notre adresse se focalisera sur les propositions discutées et analysées depuis des jours par de nombreux ivoiriens aux quatre points du globe. Nous ne faisons que rendre compte ici de ces nuits de réflexion au service de notre pays.

1- Propositions pour améliorer Le Plan de Riposte contre le Covid-19

Le Plan de Riposte du gouvernement repose sur la précaution par la prévention, la prestation par la prise en charge des malades et la communication par la mobilisation de l’ensemble des composantes de la nation pour mener cette guerre ivoirienne contre le Covid-19. Dans cette perspective, des mesures et décisions ont été prises. Nos propositions concernent quatre volets qui pourraient en booster l’efficacité.

Premièrement, nous voudrions inviter le Gouvernement à faire le choix de la transparence dans sa communication des chiffres liés à cette crise. Exemple : au 31 Mars 2020, le site de La John’s Hopkins University donnait: 873767 contaminés confirmés, 43 288 décès et 180 pays touchés dans le monde.[4] Le Gouvernement ivoirien parlait de plus de 700000. Le flou de ce nombre laisse entrevoir la non maîtrise du dossier. Lorsque les chiffres du gouvernement sont moindre d’un tiers que ceux de L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), le doute s’installe définitivement dans l’opinion publique nationale. Dès lors, les populations vont considérer que ce sont les réseaux sociaux qui ont les vraies informations, conduisant au triomphe des nihilistes ou de la thèse du complot. Aussi, il serait approprié que le gouvernement fasse l’état des lieux et précisent les dispositions appliquées.

Le deuxième point est le cadre institutionnel de la riposte gouvernementale. Il est vrai que le confinement volontaire du Premier Ministre a été préjudiciable à la stratégie gouvernementale. Cependant, à ce jour, les ivoiriens ne savent pas qui fait quoi dans cette lutte contre le Covid-19. Alors qu’institutionnellement, c’est L’Institut National d’Hygiène Public qui est habilité et outillé pour ce genre de crise, les populations voient défiler mille personnages devant le petit écran. N’ignorant pas les problématiques de gouvernance dans notre pays, il est juste de s’interroger sur ce cafouillage qui crée la confusion sur les intentions réelles des uns et des autres. Aussi, nous voudrions demander au Gouvernement de clarifier le rôle de chaque composante de sa stratégie parce que les ivoiriens ont le droit de savoir qui fait quoi. Par exemple qui sont les Présidents des différents Comités de Veille (Sanitaire, Economique, social, et Scientifique) et leur rôle au quotidien?

Troisièmement, Le Gouvernement se doit de faire un choix de modèle de lutte contre le virus ou du moins en proposer un. Il a pour lui le fait qu’il n’existe pas, en ce moment, de modèle idoine. Cependant, il existe des mesures barrières qui ont fait leur preuve en Chine comme partout ailleurs: Confinement de la population, port du masque et des gants, lavage des mains. Le gouvernement devrait faire appliquer ces mesures sans fioritures, ni faiblesse.

Et le dernier point reste la communication. Il n’est certainement pas aisé pour le Gouvernement de changer de posture idéologique quant à la problématique de la réconciliation. Cependant, tous les leaders de ce monde admettent la fin des certitudes. Macron parle de la ré-industrialisation de la France. Trump est le seul à avoir été élu sur cette thématique. Cependant, les effets du virus, avec 10 millions de chômeurs en deux mois de crise, effacent son bilan largement positif avant cette crise. Nous sommes certainement mal placés pour demander au gouvernement de revoir sa ligne idéologique. Mais pour la situation présente, il est bel et bien obligé de changer sa position quant à la réconciliation nationale. En effet, la fracture sociale et politique est abyssale. L’engagement des communautés, avec les postures de tribus assiégées, fruit des politiques depuis 1993, n’est assurément pas garanti. Dans un contexte brumeux d’intoxication à travers les réseaux sociaux, l’art de la roublardise politique, n’a plus droit de cité. Pour réussir cette guerre contre le virus et préserver le pays et son peuple, UN FRONT UNI CONTRE LE COVID-19 s’impose. Ce front ne se mettra en place que quand gouvernement et opposition auront admis que, devant la situation actuelle, l’égo devient le ticket pour l’enfer et que seule l’humilité doit prévaloir pour conduire le peuple ivoirien vers une sortie de crise heureuse. Il est donc impérieux de faire UN CESSEZ-LE-FEU UNILATÉRAL ET IMMÉDIAT pour faire CE FRONT UNI CONTRE LE COVID-19. Ne pas le faire serait être complice de la catastrophe annoncée.

2- Gagner la guerre contre le Covid-19 par une approche inclusive

Comme le Gouvernement, nos propositions concerneront d’une part la riposte sanitaire et ensuite suivront les autres.

2-1- Propositions au Plan Sanitaire

• Faire le choix entre un confinement général de la population ou celui des épicentres de la propagation pour une durée de 15 à 25 jours minimum. Sinon, sauf miracle divin, le désastre sera au rendez-vous.
• L’identification et La réquisition du personnel de la ligne de front que sont le personnel médical privé et public, retraités et actifs, les forces de sécurité et de défense et les volontaires
• Le renforcement des capacités des CHU, Hôpitaux Régionaux et locaux et la réhabilitation et réouverture d’urgence du CHU de Yopougon
• La Certification des usines de production pharmaceutiques de Grand-Bassam pour le renforcement des capacités de production nationale.
• Installer les équipes d’intervention rapide de dépistage à proximité des centres de santé pour faire face à l’afflux des cas et largement communiquer sur leur importance et prise en charge médicale et psychologique des malades et de leurs familles
• Le Port systématique du masque pour quiconque serait obligé de sortir ainsi que celui des gants en cas d’utilisation de transport public.
• La réquisition des usines de production textiles, de l’industrie de l’habillement et des tailleurs sur toute l’étendue du territoire pour une production de masques en quantité et en qualité à distribuer aux ménages dans les communes et villes les touchées
• La vulgarisation de l’information sur les symptômes du Covid-19 pour éviter la confusion entre le Covid-19 et les autres types de maladies.
• Garantir l’approvisionnement des marchés et supermarchés et la production de tous les produits entrant en compte dans la lutte contre le Covid-19, notamment les gels et produits d’entretien
• Geler les prix des denrées de première nécessité car en cas de confinement, l’alimentation de la population devient la priorité des priorités.
• La planification du transport du personnel de la ligne de front, notamment, les vendeurs, le personnel médical public et privé, les forces de défense et de sécurité ainsi que les volontaires.
• La mise en place de cellules de volontaires dans les communes et villes ainsi que les villages pour l’application des mesures barrières et autres du Centre des Opérations contre le Covid-19
• La prise en charge du coût de l’eau, l’électricité, le loyer et l’Internet, pour tout le personnel de la ligne de front pour leur permettre de mieux se concentrer sur leurs tâches
• La réquisition des amphithéâtres des universités et des grands lycées publics et privés comme centres alternatifs de confinement et de soin en cas de débordement des centres médicaux
• Assurer une communication entre les Centres de Coordination de la lutte et les différents relais locaux communautaires et politiques pour garantir la bonne mise en pratique des mesures de lutte contre le Covid-19, évitant ainsi les manipulations et interprétations erronées.
• Impliquer les populations dans la lutte contre le Covid-19 au travers d’un message unique des leaders politiques et sociaux en langues locales
• Un Cessez-Le-Feu unilatéral et intégral entre les partis et groupements politiques, économiques et sociaux pour la mise en place du Front Uni de la Nation contre le Covid-19.
• La création d’Un Comité de Veille Politique regroupant les partis et la société civile pour entamer les discussions sur les conséquences politiques de cette crise et anticiper les perspectives pour le pays.
• Diversifier le choix des Présidents des Comités de Veille pour garantir l’implication de l’ensemble de la société ivoirienne
• L’application du Protocole à chloroquine et la mise en place de projet pilote pour l’expérimentation d’autres protocoles comme au Benin et au Burkina Faso;
• La création d’un Comité Scientifique composé des experts de la santé et de la pharmacopée pour faire l’état des lieux et engager des travaux de recherche des solutions idoines, propres à notre pays
• Organisation d’une réunion des ministres en charge de la santé pour régionaliser la réponse des pays en matière d’application des lois éthiques d’essai de tout vaccin

Ces propositions devraient être complétées par les mesures suivantes :

2-2- Les Mesures d’accompagnement

Outre les mesures socio-économiques proposées par le gouvernement, nous ajouterons entre autres:

• L’assistance aux Ivoiriens bloqués dans les pays étrangers en raison de la suspension des vols
• L’assistance au Personnel du secteur privé mis en chômage technique pour leur permettre de survivre dans la situation actuelle.
• Le rattrapage scolaire, pendant trois mois, après la fin officielle de la crise, pour sauver l’année scolaire 2019-2020. La télévision, tout comme L’Internet, ne pouvant atteindre tous les coins et recoins du pays, ne sont pas la solution.
• Baisser conséquemment le prix du carburant en raison du coût actuel très bas au plan mondial.
• Une communication plus inclusive et transparente du gouvernement, associant toutes les composantes de la nation ; mais aussi et surtout, donnant la réalité des faits aux populations pour lutter contre les fausses informations.

Nous voudrions appeler, le gouvernement, les partis politiques et le peuple ivoirien, à ne pas se tromper de combat. Ce dont il s’agit reste la survie de notre nation. Si chacun n’y met du sien, alors il est clair que nous perdrons cette guerre contre ce virus.

Pour notre part, nous allons mettre en place un COMITE DE VEILLE STRATEGIQUE (CVS Covid-19) qui sera composite et pluriel au plan académique, idéologique et social, pour garantir une contribution qualitative au Plan de Riposte du Gouvernement. Ce Comité sera aussi une force de proposition, de suivi et d’évaluation de tout ce qui se fera dans le cadre de cette guerre ivoirienne contre le Covid-19. Le Père Serges Lorougnon, Vice-Président de L’UNAFESCI, chargé de la réconciliation et de la cohésion interne, a accepté de diriger ce comité. Osons croire qu’au travers de lui, nous aurons une onction divine pour aider le gouvernement et le peuple de Côte d’Ivoire à faire face à cette peste.

Oui ! Ce virus ne connait pas de limites. Il frappe aussi bien les puissants que les citoyens ordinaires. Il attaque, fragilise et détruit des vies entières. Il met à plat des certitudes et réduit l’humanité à sa simple expression. Il nous rend notre humanité parce qu’il nous force à l’humilité. Mettons donc de côté nos égos. La victoire contre le Covid-19 est à ce prix. Tel doit être désormais notre objectif commun. La survie de cette nation nous oblige à un CESSEZ-LE FEU UNILATÉRAL, INTÉGRAL ET IMMÉDIAT.

Dieu bénisse La Côte d’Ivoire et sauve tous ses habitants !

Fait à Abidjan, Le 10 Avril 2020

Martial Joseph AHIPEAUD, PhD
Président de L’UNAFESCI
Fondateur de L’Union pour le Développement et Les Libertés
Premier Secrétaire Général effectif de la FESCI
Enseignant-Chercheur, Université Alassane OUATTARA de Bouaké

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

One thought on “Pandémie Covid-19: Les propositions du docteur Martial Ahipeaud, président de L’UNAFESCI

  1. LEÇON AU MONDE ET LEÇONS DES MONDE
    ==============================

    De toutes les contributions des acteurs politiques depuis le début de cette crise, se dégage une tendance générale : des critiques, beaucoup de critiques et encore des critiques.

    On pourrait conclure que c’est normal. L’opposition n’a pas obligation à faire autre chose. Mais quand habituellement critiques et mauvaise foi vont ensemble, il est évident que ces avis peuvent difficilement rencontrer une oreille attentive voire patiente. Nous sommes tous des êtres humains.

    Or voici donc la démonstration qu’on peut apporter sa contribution de manière STRUCTURÉE, SYNTHÉTIQUE ET OUVERTE. Sans faire usage de l’invective bon marché ni de la parole inutilement outrancière.

    Ceci me rappelle une scène vécue lors d’une émission de la RTI ouverte aux interventions du public. Un intervenant à qui fut donnée la parole en direct se contenta de décréter que l’émission est nulle ! L’animateur de ladite émission, feu El Hadj Soumeymane DOUMBIA (RIP), qui n’était pas un polémiste, lui demanda s’il avait des propositions pour améliorer le débat. L’autre continua dans sa lancée objectant que ce n’est pas son travail et qu’il n’était pas payé par l’Etat pour faire le travail de la RTI !

    Autre lieu autre réaction. Énervé un jour par les critiques sempiternelles de son opposant légendaire Maître Abdoulaye WADE, Le Président sénégalais d’alors, Abdou DIOUF, l’invita à proposer au gouvernement sa contribution face aux grandes questions de l’heure. Le Pape du SOPI (changement en langue locale) qui n’est pas réputé pour avoir la langue dans la poche, eut une réponse cinglante : « Le PDS (son Parti) n’a pas vocation à être un Bureau d’Études au service d’un gouvernement en place, incapable de réflexions appropriées et d’actions concrètes et dont le parti (PS) fraude massivement aux élections, de scrutins en scrutins ! Quand nous serons au pouvoir, toutes ces préoccupations du peuple Sénégalais seront résolues en trois petites années ! ».

    Chapeau donc à Martial Ahipeaud l’enfant terrible de la FESCI. Chapeau pour cette leçon à la classe politique ivoirienne.

    C’est étrange que cette belle leçon soit donnée par cette UNAFESCI dont les membres ont laissé une image des plus noires dans le corps social. Image noire ou image noircie à dessein ? Peu importe pour certains « Noir c’est noir » pour reprendre le titre cher à Johnny Hallyday. Mais comment expliquer alors que parmi ces bannis d’hier, on y trouve même un Curé Le Père Serges Lorougnon, Vice-Président de L’UNAFESCI, chargé de la réconciliation et de la cohésion interne ! Étrange présence et curieuse fonction. Peut être qu’il ne s’agit plus des mêmes hommes qu’on nous avait présentés alors … Ils ont bien grandi !

    En se démarquant de la posture habituelle de l’opposition ivoirienne, Dr Ahipeaud et ses « envoyeurs » se donnent les moyens d’être écoutés, avec la nation ivoirienne comme témoin.

    Toutes leurs propositions ne sont pas nouvelles. Certaines ont déjà fait l’objet de mise en oeuvre ou de réflexions de la part du CNS. D’autres sont discutables. Mais il reste constant que dans une démarche d’amélioration continue, usant du principe de la Roue de DEMING ou d’une analyse de type Kaoru Ishikawa, tels que nous le pratiquons en Certification ISO, les pistes de progrès de tout l’effort gouvernemental sont bien balisées !

    On remarquera au passage que la quantification au milliard près, n’est pas une préoccupation frontale de l’intervention. Quand bien même les coûts et les ressources à mobiliser pour toutes ces propositions ne peuvent être évacués du revers de la main.

    L’union sacrée ? Elle transparaît de manière évidente avec des raisons indiscutables.

    Comme quoi les maux endémiques de notre société peuvent être guéris par des mots choisis et une approche de communication réfléchir.

    Voici pourquoi certains à tort ou à raison que la classe politique ivoirienne actuelle est quelque peu dépassée. Voire qu’elle pourrait conduire la nation à sa perte si nous n’y prenons garde.

Comments are closed.