« Si le PDCI ne revient pas au pouvoir, j’ai peur que la Côte d’Ivoire aille droit dans le mur » (Ouassenan)

«Il faut que chacun se mette en tête. Quel que soit ce qu’on pense, que jamais le PDCI-RDA ne disparaîtra. Si le PDCI disparait, cela veut dire que c’est toute la Côte d’Ivoire elle-même qui a disparue. Nous devons toujours rendre hommage au PDCI-RDA. Nous devons faire en sorte que la Côte d’Ivoire soit de nouveau dirigée par la PDCI-RDA. Et nous devons prendre toutes les dispositions pour que 2020 soit l’année du PDCI-RDA.

Quand le PDCI est au pouvoir, c’est la paix, c’est le dialogue, c’est la concertation et il est important que la Côte d’Ivoire revienne à ses racines comme l’a voulu Houphouët-Boigny.

Je dois dire que le PDCI-RDA doit continuer de vivre grâce à vous tous. Ne disons pas que nous allons gagner les élections, les élections ne se gagnent pas dans la bouche. Ce n’est pas parce que vous avez dit que vous gagnerez les élections que vous allez gagner. Il faut vous mettre à l’œuvre à partir de maintenant vous vous organisez à faire du porte à porte à expliquer les raisons. On doit faire très vite car si le PDCI ne revient pas au pouvoir, j’ai peur que la Côte d’Ivoire aille droit dans le mur »

Gaston Ouassenan Koné, Général de gendarmerie à la retraite, 7e DAN Taekwondo

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

5 commentaires sur “« Si le PDCI ne revient pas au pouvoir, j’ai peur que la Côte d’Ivoire aille droit dans le mur » (Ouassenan)

  1. LA CANNE À PECHE DU PDCI-RDA
    =============================

    Le Général GOK m’inspire beaucoup de respect. Dans l’histoire récente de notre pays, il reste le plus emblématique des officiers vivants. Il a tellement de choses à dire à la jeunesse que son mutisme sur ce plan de la restitution de ses mémoires, reste une énigme pour moi.

    LES RELIQUES DU RDA.
    ====================

    De sa création en 1946 à Bamako à nos jours que de temps vécu ! Que reste il aujourd’hui des Partis politiques constituant le RDA de Bamako hormis le PDCI ?

    Haute-Volta (actuel Burkina Faso) : Parti démocratique voltaïque, puis en 1957 Union démocratique voltaïque, devenu le Rassemblement démocratique africain
    Soudan français (actuel Mali) : Union soudanaise
    Cameroun : Union des populations du Cameroun (jusqu’en 1951)
    Sénégal : Union démocratique sénégalaise
    Guinée : Parti démocratique de Guinée, qui fut le parti de Ahmed Sékou Touré (exclu le 9 octobre 1958 après sa décision de rejeter la Communauté française.)
    Niger : Parti progressiste nigérien
    Tchad : Parti progressiste tchadien
    Moyen-Congo : Parti progressiste congolais, remplacé en 1958 par l’Union démocratique de défense des intérêts africains
    Gabon : Comité mixte gabonais, puis en 1954 Bloc démocratique gabonais

    Force est de constater que le temps a fait son oeuvre. Ce sont aujourd’hui des partis-momies bien enterrés dans les sarcophages de l’histoire.

    À défaut de faire sourire, leur évocation ne peut susciter d’indifférence.

    Ils ont tous disparu de la scène politique des différents pays avec les pères fondateurs du RDA ou leurs héritiers immédiats. L’une des raisons étant la GESTION PATRIMONIALE d’un parti politique par son fondateur en Afrique.

    QUID DU PDCI DANS CE PAYSAGE POLITIQUE ?
    ==============================

    Le PDCI ressemble à un pêcheur au bord de la rivière qui a une belle canne à pêche dotée d’une ligne neuve avec un beau flotteur mais sans hameçon au bout ! L’hameçon qu’il avait accroché, parce que Man fixé a été emporté par le premier poisson avec l’appât.

    Et il attend qu’une grosse carpe morde !

    De temps en temps les légers mouvements de la rivière agitent le flotteur éveillant du coup l’attention du pêcheur qui s’attend à une belle prise !

    Le temps passe. Rien ne se produit. Pas donc de poisson pris.

    Que vaut une canne à pêche ou une ligne SANS ARMEMENT ?

    Quand nous étions petits au bord de la rivière KO (rivière du K.O ?) qui traverse la belle ville de Man, tout apprenti pêcheur sérieux devrait doter sa ligne d’un hameçon appelé YACHINE.

    Ce nom ne vous dit rien ? Lev Ivanovitch Yachine fut un célèbre gardien de but Russe. Le seul gardien de but à avoir remporté un Ballon d’Or France-Football.
    Ni Josef Maier, surnommé Sepp Maier, le grand gardien allemand ou son compatriote Oliver Kahn le bavarois
    ni Dino Zoff l’italien ou son compatriote Gianluigi Buffon voire l’iberique Iker Casillas n’auront cet immense honneur malgré tous leurs titres et donc leur talent intrinsèque.

    Un hameçon YACHINE était indétectable et donc un dangereux leurre pour les poissons.

    Le pêcheur PDCI dormait quand le RHDP lui a « emprunté » son hameçon et depuis lors d’élection en élection, il reste un PARTI-FLOTTEUR ! C’est le beau rôle qui lui a été confié par l’histoire.

    Non mon Général Le PDCI ne mourra PLUS. On ne meurt pas DEUX FOIS ! Surtout pas un parti politique déjà mort et incinéré.

  2. >Non mon Général Le PDCI ne mourra PLUS. On ne meurt pas DEUX FOIS ! Surtout pas un parti politique déjà mort et incinéré.

    Sacré @Wara ! Toujours la bonne formule, la mieux tournée, pour confondre fantasme personnel et réalité factuelle du terrain. Le PDCI, du haut de ses presque 3/4 de siècles, trouvera ses propres hagiographes pour répandre sa bonne parole. Pour ma part, non-militant et non-sympathisant d’un parti « mort et incinéré », si je constate néanmoins que ce parti a damé le pion au RHDP aux dernières élections en termes de voix, que dire donc du dernier cité, de cette coquille vide qui se veut « parti unifié » et « rassemblement » ? Au fait, tu nous avais annoncé le débarras du tabouret de Mabri pour avant-hier mercredi. Où en est-on ? Ah oui, certainement – encore – un autre rétro-pédalage, vu qu’en ce cas, il ne resterait plus à bord que le seul RDR et quelques côcôs venus au Restaurant de divers partis. A ta place, je m’inquiéterais plutôt pour ma chapelle, qui a mis tous ses œufs dans un panier flanqué de l’effigie d’un lion décharné, efflanqué, émacié et famélique. Le PDCI a survécu à son créateur iconique, et à la perte du pouvoir. Attendons un peu pour voir ce qu’il adviendra de l’étoile filante RHDP, déjà qu’il ne reste plus grand monde à bord.

  3. LE PDCI A-T-IL VÉRITABLEMENT SURVECU À HOUPHOUËT BOIGNY ?
    ==================================

    Quand des entrailles du PDCI se libère à la mort du père fondateur, dans le déchirement comme toute naissance, une aile des rénovation qui réclamait ni plys ni moins que le mamouth s’adapte au temps selon la loi du bon vieux Charles Darwin qui affirme que  » les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements. » peut on croire avec le recul que les « gardiens du canari de bandji de l’adoration » qui seront alors restés avec les oripeaux du PDCI représentaient véritablement encore ce grand Parti qu’on a connu ? Surtout quand ils ont conduit la Côte d’Ivoire DROIT DANS LE MUR du 24 décembre 1999 (Mon Général ou bien..) moins d’une décennie après le départ du père fondateur ?

    ….ET À LA PERTE DU POUVOIR ?
    ============================

    C’est Martin GRAY qui fait le constat : « La recherche de la gloire, l’ambition, le goût du pouvoir et de l’autorité sont comme des plaies qui s’élargissent, des maladies rongeantes qui peu à peu détruisent la personnalité ».

    S’agissant du Prince des Nambê qui voit DES SUIVEURS à ses trousses, cette description peut etre encore plus precise et profonde.

    Le goût immodéré des ORS DU POUVOIR, une certaine appétence du culte de la personnalité et l’irrésistible attrait de la bonne chair ont toujours été incontestablement UN MIROIR AUX ALOUETTES pour lui.

    Plutôt que de subir une traversée de désert, longue et endurante, le Prince des Nambê a t il toujours pu trouver une raison pour se contenter d’un petit palais à côté du Grand Palais. A sa décharge les cures d’amaigrissement ne sont pas toujours recommandables pour tout le monde. Surtout à un certain âge. Et Dieu seul qu’il lui est arrivé d’entendre ce qui se disait à voix basse « … l’homme là est méchant et sans coeur ! Tu peux mourir de faim à coté de lui, il ne tremblera pas .. ».

    Bedié n’a jamais rompu les liens avec le pouvoir. A tout le moins depuis 2011.

    Et survivre ce n’est pas se retrouver isolés avec un GUIKAHUE très contesté et des amis d’affaires tous âgés de 80 ans et leurs rejetons, formés majoritairement en occident avec ce qui était pompeusement baptisé à l’époque DES BOURSES BEDIE !

    QUID DES FEUILLES MORTES ?
    =========================

    Depuis les premiers tests des Frères Montgolfier un certain 4 juin 1783 (Ce n’est pas trop vieux @Coigny ?) on sait tous que pour prendre de la hauteur, il faut parfois SAVOIR SE DÉLESTER DES OBJETS ENCOMBRANTS.

    Ce n’est pas toujours de gaieté de coeur que l’africain débarrasse ses armoires des vieilleries qui ne lui sont et seront de toutes façons UTILES À RIEN. Et pourtant.

    CELUI QUI NE PEUT SE LEVER POURRA-T-IL S’ÉLEVER ?
    ============================

    Trop lourd pour se lever, trop faible pour s’élever et prendre de la hauteur.

    La messe est dite ! Depuis bien longtemps.

  4. LE PDCI TEL QU’EN LUI MEME
    ==========================

    La Rénovation du PDCI-RDA et la reconquête du pouvoir d’Etat en Côte d’Ivoire !

    Sous la plume du Dr SERGE-NICOLAS NZI, Chercheur en Communication, l’analyse réquisitoire est sans pitié.

    Écrite en novembre 2010 et publiée sur ce site, l’analyse est fort d’actualité ! Dix (10) années après sa rédaction ! C’est tout dire.

    Que LE PDCI réponde point par point au lavage à grandes eaux que lui recommande Dr N’ZI ! Même toutes les eaux du fleuve N’ZI n’y suffiraient pas pour obtenir la propreté attendue.

    Le DIAGNOSTIC du Dr NZI est crû et surtout très détaillé. Le traitement doit être patient et méticuleux fut il long et déconcertant !

    Les membres pourris, il faut parfois les couper pour sauver le reste du corps. Et si c’est le cerveau qui est pourri comme apparemment c’est le cas du PDCI ? Dans ce cas aussi, on doit avoir le courage de couper la tête pour faire au moins DON DES AUTRES ORGANES VITAUX aux demandeurs en attente ! GUIKAHUE hériterait certainement des micros et haut parleurs du Parti. Pour l’industrie des funérailles du Part, c’est déjà un bon investissement ! Le Retour sur Investissement pourra se parfaire avec les autres business à FiCGAYO.

    Ne dites pas comme Donald TRUMP qu’on ne m’ait pas prévenu.

  5. MABRI ET LA QUADRATURE DU CERCLE : PARTIR OU RESTER ?
    ======================

    @Coigny
    Tu m’obliges à en parler !

    Partir comme un « héros » en claquant une porte largement ouverte au risque très élevé de subir la dérision de se retrouver SEUL à la gare de trains ?

    Ou rester comme ex-UDPCI au sein du RHDP en rentrant la queue sans que le risque tout aussi élevé d’être déchu de son piédestal ministériel ne soit amoindri avec la clé, avec à la clé, perte IMMÉDIATE d’autorité sur le contingent des cadres et des parents au village ?

    La quadrature de cercle est bien connue des mathématiciens. Mon ami ERIC KAHE, qui s’y connaît dans ces questions savantes, affectionne ces débats. Cest curieusement un ancien UDPCIste.

    Le dilemme est cornélien pour MABRI. Pour n’avoir pas compris qu’un chef doit être comme une porte !

    LA PORTE QUI VOIT DEDANS, LA PORTE QUI VOIT DEHORS !
    ================================

    Le tout n’est pas de refuser de se lever pour ovationner une décision qui à défaut de l’unanimité, a obtenu l’accord de la majorité ! Je me garde d’écrire que le tout n’est pas dans la singularisation démonstrative ! Et pourtant c’est de cela qu’il s’agit !

    Je n’ai pas la science de KAHE mais je sais au moins que :
    UNANIMITÉ – 1 VOIX > MAJORITÉ !

    Il n’y aucune gloire par ailleurs à traiter cette unanimité de populace dressée pour applaudir ! Surtout quand il s’agit de collègues dont beaucoup ont rang de ministres. La réaction est fort déplacée et les mots mal choisis.

    C’est à ce niveau qu’on s’interroge encore pour savoir à quoi s’attendait Mabri en participant à la réunion du 12 Mars 2020 au cours de laquelle AGC aura l’onction du RHDP pour porter la candidature de cd groupement politique aux élections présidentielles.

    Ne dit on pas chez les initiés qu’un chef est comme une porte ? La Porte qui voit dedans la porte dehors ?

    En voyage dans les falaises Dogon de Bandiagara les vieux mont longuement donné les significations des motifs qui décorent la célèbre porte DOGON. Mais…passons notre chemin.

    LA DÉRISOIRE CARTE EN MAINS DE MABRI
    ============

    Il a cru l’avoir trouvé par la décision du 10 avril modifiant la Direction de L’UDPCI.

    ET APRES ?
    ==========

    L’UDPCI a quelles ressources propres significatives que cet acte soit perçu comme le signal d’une traversée de désert pour les « victimes » ? Hormis la GESTION CALAMITEUSE de certains budgets ministériels ou d’organisme sous tutelle ! Et cela un petit audit quelle que soit la norme utilisée serait fatal. C’est pourquoi les autres ne se pressent pas ! Et Mabri le sait…

    Le Dr Albert Flindé à qui Mabri veut dénier toute légitimité, est d’abord un cadre de notre administration publique qui a fait son cheminement BIEN LONGTEMPS AVANT DE BÉNÉFICIER des projecteurs de la politique.

    Et quand il s’est intéressé à la politique il a été à BONNE ÉCOLE !

    Le lieu et le moment ne sont pas certainement propices pour un déballage mais je sais de quoi je parle pour avoir connu il y a plus de 35 ans quand il était économiste chargé d’études à la Rue du Commerce au Plateau. Je peux parler aisément du poids affectif qu’il a à Man comme dans l’autre grande famille du Tonkpi ! La grande loyauté dont Dr Flindé fait preuve mérite geand respect et meilleure considération. Elle s’abreuve également à une bonne appréciation certes des rapports de force intérieure et extérieure mais aussi des enjeux en présence. Ces enjeux sont d’importance et ont prévalence sur une soit disant résolution de Congrès. Ils reflètent LA POLITIQUE DANS TOUTE SA SUBSTANCE.

    L’homme sait de quoi il parle quand il previent son frère qu’il risque de PARTIR SEUL en quittant le bateau RHDP.

    Et ce serait le moindre mal pour lui car au sein de L’UDPCI de GUEI Comment Mabri peut il expliquer la chute de ses hommes dans le fief de Gueî ?

    En passant KRICOUMA est plus proche de KABACOUMA que ne l’est Boueneu ou Zouan-Hounien ! « Quand celui qui est dehors, vient dire à la famille que le fils né dans la maison, n’est pas leur fils », c’est tout dire sur l’esprit de la démarche maladroite de destitution du 10 avril 2020 !

    Pour terminer donc mon cher @Coigny, « chasser Mabri » n’est pas en soi un objectif quasi vital. Par contre, sauver l’enseignement supérieur et repositionner la Recherche et l’innovation c’est une utilité pour la Côte d’Ivoire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.