Du neuf avec du vieux en Côte-d’Ivoire

La Côte d’Ivoire a entamé le déroulement de son plan national de 1.700 milliards de nos francs pour amortir les chocs économiques, financiers, fiscaux et sociaux de la crise sanitaire.

Le mercredi 22 avril 2020, le Conseil des ministres a rendu opérationnel le fonds national de solidarité et de soutien humanitaire. D’un coût global de 13,3 milliards de FCFA, ce fonds pour personnes vulnérables est destiné à assister, à partir du jeudi 23 avril, 177.198 ménages, à raison de 75.000 FCFA par trimestre, soit 25.000 FCFA/mois.

Cette action humanitaire revient, dans le contexte actuel, à faire du neuf avec du vieux. Elle vient chevaucher, en effet, avec le projet des filets sociaux productifs que conduit également Mme Mariatou Koné, ministre de la Solidarité, de la Cohésion sociale et de la Lutte contre la pauvreté (photo).
Au démarrage en 2015, ce projet a bénéficié d’un financement de 29,5 milliards de FCFA de la Banque mondiale et de deux milliards de nos francs de la Côte d’Ivoire.

Aujourd’hui, c’est un total de 96,2 milliards de francs (dont 58,4 milliards de la Banque mondiale et 6,3 milliards de la Côte d’Ivoire) qui sont mobilisés.
Le projet des filets sociaux engage 18,288 milliards de nos francs par an pour 127.000 familles défavorisées, à raison de 36.000 francs par trimestre, soit 12.000 FCFA/mois. Il prend fin en 2024 et vise à améliorer les conditions de vie des familles pauvres. À l’instar du fonds national de solidarité et de soutien humanitaire.

Deux actions sociales, même objectif sans que l’on sache si l’une se substitue carrément à l’autre ou si, fonctionnant parallèlement, les bénéficiaires du projet des filets sociaux sont également éligibles au fonds de solidarité. C’est le flou artistique.

F. M. Bally

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

3 commentaires sur “Du neuf avec du vieux en Côte-d’Ivoire

  1. COMME D’HABITUDE…

    Si les 127.000 bénéficiaires des filets sociaux ne sont pas bénéficiaires du fonds national de solidarité et de soutien humanitaire…comment ont été recensés les 177.000 nouveaux bénéficiaires ? Ah oui…il existe certainement un répertoire des pauvres…et bizarrement…ils ont tous un numéro de téléphone portable…pour le e.money, super !

    Et puis…sur 25 millions d’habitants…que représentent 304.000 habitants ? Même pas…1,5 % de la population…Le compte n’y est donc pas…pour nos 40 % en dessous du seuil de pauvreté…

    Alors…comment ont été choisis nos premiers 127.000 et ensuite nos seconds 177.000 ? J’espère qu’il ne s’agit pas…d’opérations marketings…surtout avec les élections d’octobre…

  2. FANTAN NI MONÈ
    ================

    Les pauvres sont toujours malheureux dans la vie.
    La pauvreté rend toujours les pauvres malades.
    Chaque chose en son temps.
    Les pauvres souffrent.
    Le forgeron est né forgeron.

    Chaque personne appartient à sa classe sociale.
    La maladie afflige les pauvres.
    Le griot est né griot.
    Chacun est détenteur d’un savoir.
    Le fune est né fune*.
    Les pauvres souffrent dans cette vie.
    Dieu est tout-puissant.
    Les pauvres ne retirent aucun plaisir de la vie.
    Mais Dieu est grand.
    Et toute chose a une fin.

    =====

    Ce sont là une partie du texte de la belle chanson de la Diva Oumou SANGARE.

    La traduction littérale, perd de sa portée en passant de la langue africaine malinké au français. On s’attache souvent à retenir le SORT DU PAUVRE. Tant et si bien que l’autre mot (Monè) est souvent mal pris en charge par les traductions. Un mot Monè au sens si profond que seul un Ahmadou Kourouma peut lui donner (relire Monnès, Outrages  et Défis) !

    Fa?antanden dans la véritable écriture du mot désigne le fils. Et l’injure est grave. Autant que l’humiliation.

    Fa?antanjamana cest un pays de pauvres… donc un pays sous développé où les démunis sont nombreux.

    Qu’Allah le TRES MISÉRICORDIEUX nous préserve du fa?antanya. Qu’il accorde à tous les pauvres de quoi subvenir à leurs besoins. Car c’est LUI QUI DONNE !

    LA PROBLÉMATIQUE DE LA PAUVRETÉ DANS LE MONDE ET LES FILETS SOCIAUX
    ===============

    La Banque Mondiale et les bailleurs depuis les années 2000 ont réfléchi à un mécanisme pour endiguer le flot de pauvreté qui bloque les nombreux projets de développement. Cette pauvreté si forte dans la plupart des pays qu’elle rend vains les nombreux efforts entrepris depuis des années.

    La mise en place du mécanisme des filets sociaux a vu ainsi le jour. Avec des phases de pilotage et dévaluation du mécanisme pour atteindre l’objet d’impact direct sur les populations ciblées SANS INTERMÉDIAIRES.

    L’Etude « Réduire la pauvreté et investir dans le capital humain : le nouveau rôle des filets sociaux en Afrique – Études de cas dans 22 pays » a permis de faire und évaluation en profondeur et donc de réajuster le mécanisme de soutien à cette couche de population. Dans cette première phase la Côte d’Ivoire ne faisait pas partie des pays bénéficiant de cd soutien.

    LES AVANTAGES DU RGPH
    =======================

    Depuis 2011 avec une gouvernance à meilleure visibilité internationale, beaucoup d’initiatives ont été possibles.
    Le Recensement Général de la Population et de l’Habitat a permis d’actualiser de manière notable la base de données existantes. Que les différentes enquêtes socioéconomiques de l’INS viendront consolider.

    Cette politique de proximité a rendu possible la mise en place des appuis comme LES FILETS SOCIAUX avec une dimension nationale contenu dans le concept « Filets sociaux PRODUCTIFS ». Ailleurs on vous parlera de « Filets Sociaux Adaptatifs ». On comprend donc qu’il s’agit d’aider le bénéficiaire a sortie d’une situation trés précaire. Ce n’est pas avec 10 000 F par mois qu’on devient riche. Mais ce montant peut sauver une vie. Voire payer le transport pour relocaliser une famille démunie ailleurs. Cet argent est parfois converti en contrepartie d’un travail à exécuter pour atteindre deux objectifs : le revenu et le sentiment d’être socialement utile !

    Que faire de CEUX QUI REFUSENT DE REPONDRE AUX QUESTIONNAIRES DES ENQUÊTES SOCIALES ?

    Le drame chez nous c’est qu’il existe des partis politiques capables de convaincre des citoyens pour boycotter un Recensement Général de la Population !

    Quand le gouvernement mobilise 30 000 agents supervisés par l’Institut national de la statistique (INS) pour lancer le 4e recensement général de la population et de l’habitat (RGPH 2014) et ce depuis le dernier qui datait de 1998, Le président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan, demandait au nom de son parti, aux Ivoiriens  de boycotter le recensement. « Nous appelons la Côte d’Ivoire, dans sa diversité ethnique, politique et même religieuse à s’abstenir massivement ! Ce mot d’ordre de boycott sera relayé sur toute l’étendue du territoire » !

    Voici comment on perd du temps inutilement en Afrique ! On est étonné que d’autres soient déjà dans le fichier alors qu’on a déchiré soi-même le formulaire reçu et même menacé de représailles le pauvre enquêteur !

    A L’ERE DU CORONAVIRUS DU NEUF AVEC DU VIEUX ?
    =====================

    On peut concéder à FMB qu’il peut exister un déficit de communication.

    On ne peut par contre le dédouaner du manque d’effort pour aller chercher l’information à la source ! Au lieu de polémiquer ! Lui qui a occupé de hautes fonctions dans le média d’État qu’est FRAT-MAT et qui par la méthode de travail pourrait inspirer les plus jeunes et les éloigner des papiers écrits sans efforts…

    Qu’il y ait une population cible initiale de 127 000 ménages previdionnels jusqu’à octobre 2020 et que cette effectif soit porté à 177 198 ménages vulnérables bénéficiaires dans le cadre d’un fonds spécial de solidarité d’un montant global plus important, avec une aide par ménage plus importante, est ce un mauvais choix en soi ? Si le mécanisme initial a prouvé son efficacité, a été audité et validé par les bailleurs de fonds, l’élargissement de cette assiette devrait être salué et encouragé !

    On imagine bien que le confinement partiel du fait du COVID-19 aura des conséquences très néfastes sur des ménages dont les revenus vont chuter. Ce qui les précipitera sous la barre fatidique initialement retenue. Il suffira donc de les intégrer dans le lot des nouveaux bénéficiaires ?

    Et ceux qui avaient déchiré les fiches d’enquêtes et qui ne figurent donc nulle part dans mes fichiers ?

    Il faudra les intégrer progressivement.

  3. BRAVO…

    Bravo qui ?… »Ne donne pas ta voix à la pauvreté »…qu’il disait. Notre sortant a réussi à réduire la pauvreté à moins de…1,5 % de la population en une décennie…

    Bon…c’est sans compter les 40 % de la population qui ont déchiré les fiches d’enquête…pour masquer leur pauvreté…Oui, « fiers Ivoiriens » qui cachent leur indigence dans les partis politiques…vous n’aurez pas droit aux vivres et non vivres à l’effigie du futur…ni même les OM du 1er futur…

    Et puis…le recensement de la pauvreté ne passe qu’une fois…dans une vie…

    Après tout…ce n’est que 13,3 milliards à distribuer aux pauvres sur…1.700 milliards. Qui viendrait s’en plaindre…pas FMB…

    En définitive…c’est quoi cette volonté de vouloir tout savoir sur des pauvres… »audités et validés par les bailleurs de fonds » ?…Surtout qu’ils ne deviendront jamais « riches » avec le fonds national de solidarité et de soutien humanitaire…ce qui n’est pas le cas de ceux qui le sont déjà et qui profiteront encore plus du reliquat des 1.700 milliards…c’est à dire…1.686,7 milliards pour les riches…

    Bravo à notre sortant et notre…futur.

Laisser un commentaire