Italie: «Du haut de la fenêtre de mon bureau le ballet des ambulances», un pasteur originaire de Côte-d’Ivoire raconte son confinement en Lombardie

Suite à notre appel à nos lecteurs, à partager leurs expériences de confinement sur notre plateforme, le pasteur Stéphane Koré Règne, nous a fait parvenir ce récit poignant depuis Pavia, en Italie.

«Je suis le pasteur Stéphane règne résident a Pavia proche de milan en Lombardie. Je vis en Italie depuis près de 10 ans pour motif religieux et membre de ta table inter religieuse de la commune de Pavia, je suis le responsable de l’église centre missionnaire chrétien basé en Italie.

Mon témoignage, contribution

Samedi 22 février comme d’habitude deux fois dans le mois j’ai rendez-vous au salon de coiffure du célèbre barbier ivoirien Miki dans les encablures de la gare centrale de milan pour me couper les cheveux. Pendant que Miki exerce son savoir sur mes cheveux je suis alerté par un coup de fil d’un premier cas de contagion en Italie au covid-19 dans la ville de Codogno qui deviendra le foyer de l’épidémie qui est située à 30 km de mon domicile, l’information passait déjà en boucle sur les chaînes nationales comme internationales, la psychose se propage dans la ville, 11 communes sont déclarés zone rouge.

Le dimanche matin pendant que je m’apprête pour le culte, nous sommes informés d’une ordonnance communale qui interdit désormais tout rassemblement, le culte ne peut plus donc avoir lieu, je prends alors la mesure de la gravité la situation mon service de communication rapidement informe l’ensemble des fidèles à la minute de l’impossibilité de tenir culte désormais jusqu’à nouvel ordre. Pendant ce temps le taux de contagion atteint des sommets les premières victimes commencent à tomber, tous les soirs la protection civile annonce des bilans records, les décès se comptent par centaines tels des bilans de guerre, mon téléphone ne cesse de sonner, parents, amis, collègues et connaissances cherchent à avoir nos nouvelles car effrayés par ce qu’ils entendent sur les chaînes de télévision.

Le gouvernement italien prend plusieurs mesures, et le confinement devient plus restrictif. Désormais on ne peut que se déplacer que pour raison essentiel et muni d’une auto-certification.

Le coronavirus nous impose désormais de nouvelles manières de travailler et de nouvelles habitudes. J’avais déjà un bureau à mon domicile, j’y installe une régie. Désormais tous nos cultes se font par vidéoconférence et sont retransmis en direct sur les réseaux sociaux, les fidèles y adhérent.

À ma fenêtre le ballet incessant des ambulances nous laisse un triste spectacle, le covid-19 est une réalité. Je l’admets, car tous les membres d’une famille dans mon voisinage étaient contaminés et hospitalisés.

Le respect des mesures barrières devient une règle de vie, pour survivre même si nous avons la foi, il ne faut pas tenter Dieu, nous disent les saintes écritures.

La vie pastorale doit continuer malgré tout en tant que membre de la table inter religieuse de la commune de Pavia, chef-lieu de ma commune, je suis contacté par la commune pour apporter mon analyse spirituelle face au fléau, ce que je fis.

Pour ceux que ça intéresse mes analyses sont disponibles sur ma page officielle Facebook, Stéphane Règne.

En famille

À la maison nos journées se suivent et se ressemblent. Les enfants qui jouent et courent dans toute la maison avec le vacarme que ça entraine, l’impossibilité de se rendre chez le barbier car confiné depuis plus d’un mois, les longues files d’attente aux supermarchés. Dans tout ce sombre tableau il faut se créer des habitudes, rester fort mentalement pour moins ressentir le poids du confinement.

Mes journées sont partagées entre lecture, études biblique, vidéoconférence, prendre les nouvelles de mes ouailles, le sport à la maison et les devoirs des enfants que nous recevons de l’école par mails. Vivement un retour rapide à la normalité.

Face à la situation nous avons mis en place une chaîne de prière qui regroupe l’ensemble des confessions religieuses sans distinction pour le retour à la normalité par la découverte d’un remède, par la disparition simple et miraculeuse du virus ou par l’élaboration d’un vaccin.

Mes remerciements au tout puissant qui écoute les prières le confinement, continue de donner de bons résultats, une baisse continue de la contagion, des hospitalisations et surtout des nombres records de guéris journaliers.

Ce n’est pas encore la fin mais nous croyons à un retour à la normalité bientôt.

Nous voyons la lumière au bout du tunnel.
Votre frère pasteur Stéphane Koré Règne
Pavia, Lombardie (Italie) »

Propos recueillis par Gbansé Douadé Alexis, journaliste

Si ça vous dit de partager votre expérience avec nos lecteurs, n’hésitez pas à nous contacter à info@connectionivoirienne.net
Commentaires Facebook

Publié par La Rédaction