Présidentielle 2020: Quelle stratégie pour l’opposition en Côte-d’Ivoire ? (Dr Charles Koudou)

Je suggère que l’opposition ivoirienne change de stratégie. Espérer une transition pour quoi faire? Appartenir à un gouvernement de transition pour en bénéficier les avantages financiers ou encore chanter la réconciliation à longueur de journée n’est pas la bonne méthode. D’ailleurs c’est le pouvoir qui étant en position de force devrait réclamer la réconciliation en tendant la main à l’opposition et non le contraire. Plus l’opposition chante la réconciliation, plus le pouvoir en place n’en a cure. La réconciliation arrange peut être cette opposition mais l’inverse est problématique.

Pourquoi parce que le gouvernement est bien conscient que si tous les ivoiriens sont unis dans la réconciliation en parlant d’une seule voix, l’opposition peut récupérer les nombreux mécontentements des syndicats, des militants déçus, des organisations de la société civile, des populations en général, etc. On ne prête pas le flanc aux opposants en politique et le gouvernement a en conscient. C’est pourquoi en lieu et place de réconciliation, le pouvoir, quoique parlant de celle-ci du bout des lèvres préfère tabler sur ses réalisations dont entre autres la construction des ponts et des hôpitaux, le bitumage de certaines routes, etc. Et cette stratégie fera gagner à coup sûr lors des élections de 2020.

C’est pourquoi, j’invite l’opposition ivoirienne à revoir sa copie car chanter la réconciliation n’est pas un bilan, ce n’est pas un programme de gouvernement. Quoiqu’il en soit il y aura toujours des divisions, des mésententes, des divergences d’opinions entre les citoyens d’un même pays, même dans une même famille biologique. S’entendre sur le minimum est l’essentiel pour co-habiter. Alors, l’opposition doit faire comme le gouvernement. Parler moins de la réconciliation et mettre en avant son programme de gouvernement s’il parvient au pouvoir. Quel programme de société, quel programme de développement cette opposition propose aux ivoiriens? Il faut apporter la réplique au pouvoir par des critiques objectives et constructives sur ce qu’il prétend avoir réalisé et ce ne sont pas les insuffisances qui manquent dans ces réalisations en la matière en proposant les meilleurs programmes de développement.

C’est cette stratégie non payante de l’opposition que le gouvernement a vu pour conclure que “2020 c’est bouclé, c’est calé, c’est géré”. L’opposition n’est pas organisée, tout le monde veut être candidat en son sein parce qu’être président de la république offre un boulevard à tous les abus du pouvoir en Afrique en général et en Côte d’Ivoire en particulier. De plus, l’opposition n’a pas de plan de projet de développement pouvant attirer les ivoiriens pour l’instant. Elle ne chante que la réconciliation à longueur de journée, comme si il faut que le pays s’arrête de fonctionner tant que la réconciliation n’est pas réglée.

La réconciliation c’est quoi même? Pour moi il y a reconciliation quand le rattrapage ethnique n’existe pas, quand il y a du boulot pour tout le monde, quand chacun fait ses affaires selon les lois et sans être menacé, quand les lois ne discriminent pas, quand chaque citoyen s’exprime librement sans être menacé, quand les gouvernants développement le pays sans discrimination, etc. L’opposition doit inscrire ce genre de thématiques dans ses projets de développement et non faire des discours flous dans les meetings. D’ailleurs on en finira jamais avec cette fameuse réconciliation. Souvenez-vous du forum de la réconciliation dialogue et vérité initié par le Président Gbagbo dès son accession au pouvoir. Toutes les forces vives de la nation y étaient invitées y compris les leaders politiques. Pendant ce temps, les gens préparaient leur rébellion, et leur coup d’état.

Alors réconciliation certes, mais pas en la chantant comme dans un poème. Il faut plutôt “attaquer” le gouvernement sur son terrain de prédilection c’est-à-dire ses prétendues réalisations et non nous rabâcher tous les jours ce que nous savons déjà à savoir entre autres: Le coup d’état de 1999, la guerre des héritiers, la rébellion, la réponse à la question de: qui a gagné les élections de 2010, la crise post électorale, etc. Oui on a tous vu ce qui s’est passé, pourquoi c’est arrivé et comment s’est arrivé, etc, tout ca c’est du passé. Le passé c’est le passé et on ne peut pas refaire ce qui s’est passé. Quand elle accédera au pouvoir l’opposition aura l’opportunité de revenir sur certains faits du passé si elle le désire mais pas maintenant.

Il est donc temps qu’elle s’organise, qu’elle sort de son sommeil, qu’elle parle d’une seule voix, et surtout qu’elle propose un programme de développement aux ivoiriens, qu’elle exige des élections transparentes et le peuple de Côte d’Ivoire appréciera à travers les élections apaisées et transparentes. Elle doit mobiliser ses électeurs à s’inscrire sur les listes électorales donc à disposer de leurs cartes d’identité et cartes électorales. Voilà à mon avis comment l’opposition pourra être à la hauteur des élections à venir. Il faut qu’elle quitte dans la belligérance, dans la monotonie, dans le flou et présente l’image d’une force politique organisée, bien structurée avec un projet de programme de développement du pays.

Enfin, un autre point très important, je conseille à l’opposition c’est d’aller aux primaires d’abord au sein de chaque parti politique, les indépendants, les groupes d’intérêts, tous doivent accepter d’aller aux primaires. Il n’y a pas de honte à ça. Ensuite les premiers arrivés dans ces primaires doivent competir afin d’élire une seule personne qui sera le candidat de toute l’opposition. C’est ce candidat qui devra affronter le candidat déjà connu du RHPD. Que tous les prétendants aux postes de candidature à l’élection présidentielle se disent que rien n’est gagné d’avance; qu’on soit fondateur ou président de parti ou pas car nous vivons aujourd’hui dans une société en profonde mutation avec de nouveaux réseaux de communication, de nouvelles mentalités, de nouvelles approches des problèmes de société. Ne comptez pas sur un second tour des présidentielles car le Président Ouattara a déjà tout verrouillé pendant que l’opposition dormait. Ce sera une élection à un seul tour. Peut importe le nombre de voix pourvu que tu ais plus de voix que tes adversaires et tu deviens l’élu.

Donc à l’opposition rien ne doit donc être pris pour acquis à tous les niveaux. Ce qui doit le plus compter c’est le programme de développement que chaque potentiel candidat doit proposer. C’est sur cette base que les électeurs doivent se fonder pour choisir tant au niveau des primaires que des élections finales. Un exemple ici aux USA. Bernis Sanders quoi qu’Indépendant (il n’est pas militant démocrate) est allé aux primaires avec les démocrates. Il vient de désister face à Joe Biden parce qu’il a constaté au cours des primaires que celui-ci était le mieux placé pour affronter le Président Trump en Octobre.

L’opposition doit disposer d’un leader transformationnel, charismatique, visionnaire, un leader capable de drainer des foules, un leader en qui beaucoup se reconnaissent, un leader qui inspire, qui a une vision claire, un programme de gouvernement clair, un leader qui ne tâtonne pas, un leader qui est rassembleur, un fin communicateur, etc. Personne ne doit compter sur sa religion, ni son ethnie pour espérer remporter une élection mais plutôt sur ses qualités précitées et un projet de développement de société convainquant. Le RHDP a pris toutes les dispositions pour tricher s’il le faut et il n’y aura rien. Donc à l’opposition de bosser dur pour être à la hauteur. En conclusion, si tel est que tous ceux qui veulent revenir au pouvoir ou venir au pouvoir ne sont animés que par l’intérêt général pour le développement du pays et non pour leur gloire personnelle, ils ou elles devraient accepter le contenu de cet article, aller aux primaires et de ne même pas se présenter non plus en indépendants, la victoire de l’opposition en dépend.

Merci

Dr. Charles Koudou, Administrateur de la Santé, Consultant en Santé et Développement. Fondateur de la société civile: Conscience Nationale pour le Développement (CND).ire ?

Je suggère que l’opposition ivoirienne change de stratégie. Espérer une transition pour quoi faire? Appartenir à un gouvernement de transition pour en bénéficier les avantages financiers ou encore chanter la réconciliation à longueur de journée n’est pas la bonne méthode. D’ailleurs c’est le pouvoir qui étant en position de force devrait réclamer la réconciliation en tendant la main à l’opposition et non le contraire. Plus l’opposition chante la réconciliation, plus le pouvoir en place n’en a cure. La réconciliation arrange peut être cette opposition mais l’inverse est problématique.

Pourquoi parce que le gouvernement est bien conscient que si tous les ivoiriens sont unis dans la réconciliation en parlant d’une seule voix, l’opposition peut récupérer les nombreux mécontentements des syndicats, des militants déçus, des organisations de la société civile, des populations en général, etc. On ne prête pas le flanc aux opposants en politique et le gouvernement a en conscient. C’est pourquoi en lieu et place de réconciliation, le pouvoir, quoique parlant de celle-ci du bout des lèvres préfère tabler sur ses réalisations dont entre autres la construction des ponts et des hôpitaux, le bitumage de certaines routes, etc. Et cette stratégie fera gagner à coup sûr lors des élections de 2020.

C’est pourquoi, j’invite l’opposition ivoirienne à revoir sa copie car chanter la réconciliation n’est pas un bilan, ce n’est pas un programme de gouvernement. Quoiqu’il en soit il y aura toujours des divisions, des mésententes, des divergences d’opinions entre les citoyens d’un même pays, même dans une même famille biologique. S’entendre sur le minimum est l’essentiel pour co-habiter. Alors, l’opposition doit faire comme le gouvernement. Parler moins de la réconciliation et mettre en avant son programme de gouvernement s’il parvient au pouvoir. Quel programme de société, quel programme de développement cette opposition propose aux ivoiriens? Il faut apporter la réplique au pouvoir par des critiques objectives et constructives sur ce qu’il prétend avoir réalisé et ce ne sont pas les insuffisances qui manquent dans ces réalisations en la matière en proposant les meilleurs programmes de développement.

C’est cette stratégie non payante de l’opposition que le gouvernement a vu pour conclure que “2020 c’est bouclé, c’est calé, c’est géré”. L’opposition n’est pas organisée, tout le monde veut être candidat en son sein parce qu’être président de la république offre un boulevard à tous les abus du pouvoir en Afrique en général et en Côte d’Ivoire en particulier. De plus, l’opposition n’a pas de plan de projet de développement pouvant attirer les ivoiriens pour l’instant. Elle ne chante que la réconciliation à longueur de journée, comme si il faut que le pays s’arrête de fonctionner tant que la réconciliation n’est pas réglée.

La réconciliation c’est quoi même? Pour moi il y a reconciliation quand le rattrapage ethnique n’existe pas, quand il y a du boulot pour tout le monde, quand chacun fait ses affaires selon les lois et sans être menacé, quand les lois ne discriminent pas, quand chaque citoyen s’exprime librement sans être menacé, quand les gouvernants développement le pays sans discrimination, etc. L’opposition doit inscrire ce genre de thématiques dans ses projets de développement et non faire des discours flous dans les meetings. D’ailleurs on en finira jamais avec cette fameuse réconciliation. Souvenez-vous du forum de la réconciliation dialogue et vérité initié par le Président Gbagbo dès son accession au pouvoir. Toutes les forces vives de la nation y étaient invitées y compris les leaders politiques. Pendant ce temps, les gens préparaient leur rébellion, et leur coup d’état.

Alors réconciliation certes, mais pas en la chantant comme dans un poème. Il faut plutôt “attaquer” le gouvernement sur son terrain de prédilection c’est-à-dire ses prétendues réalisations et non nous rabâcher tous les jours ce que nous savons déjà à savoir entre autres: Le coup d’état de 1999, la guerre des héritiers, la rébellion, la réponse à la question de: qui a gagné les élections de 2010, la crise post électorale, etc. Oui on a tous vu ce qui s’est passé, pourquoi c’est arrivé et comment s’est arrivé, etc, tout ca c’est du passé. Le passé c’est le passé et on ne peut pas refaire ce qui s’est passé. Quand elle accédera au pouvoir l’opposition aura l’opportunité de revenir sur certains faits du passé si elle le désire mais pas maintenant.

Il est donc temps qu’elle s’organise, qu’elle sort de son sommeil, qu’elle parle d’une seule voix, et surtout qu’elle propose un programme de développement aux ivoiriens, qu’elle exige des élections transparentes et le peuple de Côte d’Ivoire appréciera à travers les élections apaisées et transparentes. Elle doit mobiliser ses électeurs à s’inscrire sur les listes électorales donc à disposer de leurs cartes d’identité et cartes électorales. Voilà à mon avis comment l’opposition pourra être à la hauteur des élections à venir. Il faut qu’elle quitte dans la belligérance, dans la monotonie, dans le flou et présente l’image d’une force politique organisée, bien structurée avec un projet de programme de développement du pays.

Enfin, un autre point très important, je conseille à l’opposition c’est d’aller aux primaires d’abord au sein de chaque parti politique, les indépendants, les groupes d’intérêts, tous doivent accepter d’aller aux primaires. Il n’y a pas de honte à ça. Ensuite les premiers arrivés dans ces primaires doivent competir afin d’élire une seule personne qui sera le candidat de toute l’opposition. C’est ce candidat qui devra affronter le candidat déjà connu du RHPD. Que tous les prétendants aux postes de candidature à l’élection présidentielle se disent que rien n’est gagné d’avance; qu’on soit fondateur ou président de parti ou pas car nous vivons aujourd’hui dans une société en profonde mutation avec de nouveaux réseaux de communication, de nouvelles mentalités, de nouvelles approches des problèmes de société. Ne comptez pas sur un second tour des présidentielles car le Président Ouattara a déjà tout verrouillé pendant que l’opposition dormait. Ce sera une élection à un seul tour. Peut importe le nombre de voix pourvu que tu ais plus de voix que tes adversaires et tu deviens l’élu.

Donc à l’opposition rien ne doit donc être pris pour acquis à tous les niveaux. Ce qui doit le plus compter c’est le programme de développement que chaque potentiel candidat doit proposer. C’est sur cette base que les électeurs doivent se fonder pour choisir tant au niveau des primaires que des élections finales. Un exemple ici aux USA. Bernis Sanders quoi qu’Indépendant (il n’est pas militant démocrate) est allé aux primaires avec les démocrates. Il vient de désister face à Joe Biden parce qu’il a constaté au cours des primaires que celui-ci était le mieux placé pour affronter le Président Trump en Octobre.

L’opposition doit disposer d’un leader transformationnel, charismatique, visionnaire, un leader capable de drainer des foules, un leader en qui beaucoup se reconnaissent, un leader qui inspire, qui a une vision claire, un programme de gouvernement clair, un leader qui ne tâtonne pas, un leader qui est rassembleur, un fin communicateur, etc. Personne ne doit compter sur sa religion, ni son ethnie pour espérer remporter une élection mais plutôt sur ses qualités précitées et un projet de développement de société convainquant. Le RHDP a pris toutes les dispositions pour tricher s’il le faut et il n’y aura rien. Donc à l’opposition de bosser dur pour être à la hauteur. En conclusion, si tel est que tous ceux qui veulent revenir au pouvoir ou venir au pouvoir ne sont animés que par l’intérêt général pour le développement du pays et non pour leur gloire personnelle, ils ou elles devraient accepter le contenu de cet article, aller aux primaires et de ne même pas se présenter non plus en indépendants, la victoire de l’opposition en dépend.

Merci

Dr. Charles Koudou, Administrateur de la Santé, Consultant en Santé et Développement. Fondateur de la société civile: Conscience Nationale pour le Développement (CND).

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “Présidentielle 2020: Quelle stratégie pour l’opposition en Côte-d’Ivoire ? (Dr Charles Koudou)

  1. UNION OU INDIVIDUALITÉ…

    Tel pourrait être…le dilemme de l’opposition…à 5 mois des élections…

    Les grands courants de pensée espèrent…chacun de son côté…fédérer à sa cause…pour que leur leadership soit sauf…

    Une posture consommatrice d’énergie…puisqu’il faudra pouvoir s’entendre sur…un programme minimum et ensuite sur…un candidat de consensus…

    Ce qui n’est pas gagné…face à…trop de ressentiments…trop de complexes…trop d’égos…trop de suspicions…trop de divisions…

    A croire que tous les politiciens ivoiriens ont été fabriqués avec la même…matière…qui ne fait plus rêver…

Laisser un commentaire