Alassane Ouattara, Soro Guillaume et le fantôme de IB

Par Vincent Duhem

Jeune-Afrique

Neuf ans après les faits, le mystère demeure autour de la mort d’Ibrahim Coulibaly, dit IB. Début mai, une plainte a été déposée à Paris contre Guillaume Soro et contre X. Retour sur le parcours tourmenté et émaillé de secrets de l’ancien chef rebelle.

Parfois, l’histoire vous revient à la figure tel un boomerang. On croyait Ibrahim Coulibaly et ses secrets définitivement enterrés. Les voici pourtant qui refont surface à la faveur d’une plainte déposée, le 7 mai à Paris, contre Guillaume Soro et contre X par cinq personnes de nationalité ivoirienne et une de nationalité française pour « torture, assassinat et crimes de guerre ».

Soutenus par une association de droit français baptisée « Les victimes de Guillaume Soro » (VGS), les plaignants accusent l’ancien chef de la rébellion des Forces nouvelles (FN), candidat à la prochaine élection présidentielle, d’être responsable de la mort d’Ibrahim Coulibaly, dit « IB », et de quatre autres personnes entre 2004 et 2011. Parmi les parties civiles : une fille et une sœur de la victime.

Ibrahim Coulibaly est décédé à l’âge de 47 ans le 27 avril 2011. C’était un homme imposant, au charisme incontesté, mais considéré par ses détracteurs comme un chef mégalo et incontrôlable, aux douteux talents de stratège. Ses proches ajoutent qu’il pouvait être trop naïf et qu’il s’est souvent fait avoir.

Depuis 1999, l’ancien garde de la famille d’Alassane Ouattara a été impliqué dans toutes les tentatives de déstabilisation qui ont secoué la Côte d’Ivoire. Impliqué dans les coups d’État de décembre 1999 et septembre 2002, il fut accusé d’en ourdir de nouveaux en 2003 puis en décembre 2007.

Dernier acte de la crise

Sa mort sonna comme le dernier acte de la crise postélectorale, une tragédie qui coûta la vie à au moins 3 000 Ivoiriens. Ce jour-là, c’était un mercredi, le ciel d’Abidjan était chargé, et il régnait une sale ambiance de règlements de comptes. Laurent Gbagbo avait été capturé deux semaines auparavant, mais la guerre était prête pour un dernier rappel.

Réservé aux abonnés de Jeune-Afrique

(archives)
Publié le 28/04/2011 à 11:26 par armandoo

Ibrahim Coulibaly dit IB est mort hier

L’information est tombée, hier mercredi 27 avril 2011 peu avant 22h. ‘’Le général’’ Ibrahim Coulibaly dit Ib ‘’a été tué par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci)’’, a annoncé sur les antennes de Tci (Télévision de Côte d’Ivoire), le capitaine Alla Kouakou Léon, porte-parole du ministre de la défense.

Selon l’officier, suite à l’offensive lancée ‘’avec succès’’ par les Frci sur Abobo Pk-18 et Anyama, le commandant Ib (comme le désigne le chef de l’Etat) s’était retranché en compagnie de ses soldats, dans une cour non loin de l’usine Unicafé sur la route d’Anyama. Toujours selon le capitaine Alla, Ib avait pris dans cette cour, toute une famille en otage. Les Frci qui l’ont repéré, ont lâché des tirs de sommation à deux reprises pour qu’il se rende. Mais, précise le porte-parole du ministre de la défense, Ib et ses hommes ont réagi par des tirs nourris. ‘’Le Frci n’ont eu d’autre choix que de riposter, et la riposte lui a été fatale’’, a informé le capitaine Alla. En ce qui concerne le bilan des affrontements qui se sont déroulés vers 20h, le collaborateur du premier ministre-ministre de la défense a indiqué que les combats ont fait ‘’deux (2) morts, plusieurs blessés’’ du côté des Frci, et ‘’sept (7) morts’’ dans le camp adverse dont Ib. Une source que nous avons jointe, nous a indiqué que l’initiateur du coup d’Etat de 1999 (Ib) a été tué en compagnie de ses fidèles compagnons dont le Commandant Bauer (Son chef d’état major) et d’Anoblé (capitaine Aka Meyo). Une information que nous n’avons pas pu vérifier au moment où nous mettons sous presse.

Ib avait revendiqué la paternité du commando invisible. Un commando qui, il faut le rappeler, a opposé pendant trois mois, une résistance farouche aux ex-forces de défense et de sécurité (Fds) proches de l’ancien chef d’Etat Laurent Gbagbo.

Notons qu’au cours de la journée d’hier, les Frci qui avait lancé ‘’l’opération de sécurisation et de pacification’’ d’Abobo et d’Anyama, étaient parvenues à s’emparer du fief d’Ib à Pk-18.

Source Soir Info (BAMBA Idrissa)

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “Alassane Ouattara, Soro Guillaume et le fantôme de IB

  1. Cette image d’illustration d’un corps sans vie baignant dans du sang est choquante.
    Un peu de respect pour les morts.
    « Connectionivoirienne » ne doit pas encourager un voyeurisme mortifère.

    À chacun sa lorgnette !!

Comments are closed.