Trump prend de l’hydroxychloroquine et refuse de porter un masque… devant les journalistes

Après avoir récemment affirmé qu’il prenait de l’hydroxychloroquine, Donald Trump a de nouveau fait passer un message.

Lundi 18 mai, le président américain Donald Trump a révélé qu’il prenait tous les jours ce médicament contre le paludisme, dont l’éventuelle efficacité contre le Covid-19 n’a pas été démontrée rigoureusement à ce stade. « J’en prends depuis une semaine et demie. (…) J’entends beaucoup de choses extraordinairement positives » sur ce médicament, a-t-il déclaré, à la surprise générale, lors d’un échange avec les journalistes. « Vous connaissez l’expression « qu’est-ce que vous avez à perdre ? » », a-t-il ajouté, revendiquant une utilisation à titre préventif. « Tous les jours, un cachet par jour. À un certain moment, j’arrêterai », a-t-il encore dit.

Le président américain a ainsi assuré jeudi qu’il portait parfois un masque quand les conditions l’exigeaient, mais déclaré qu’il ne voulait pas le faire devant les journalistes. En déplacement à Ypsilanti, dans le Michigan, Donald Trump a visité une usine Ford réaménagée, en pleine pandémie de coronavirus, pour produire des respirateurs artificiels.

Interrogé sur les raisons pour lesquelles il avait décidé de ne pas porter de masque, contrairement aux dirigeants du constructeur automobile qui l’entouraient, il a assuré qu’il l’avait fait un peu plus tôt. « J’en ai porté un […]. Mais je ne voulais pas donner aux journalistes le plaisir de le voir », a-t-il ironisé. Un peu plus tard, il a présenté aux journalistes son masque, sans pour autant l’enfiler. « Je l’aime beaucoup. Honnêtement, je pense que je suis mieux avec le masque », a ajouté le président des États-Unis, amusé. Le constructeur automobile a confirmé peu après que Donald Trump avait porté un masque lors d’une « visite privée » d’une partie de l’usine. « Le président a ensuite enlevé son masque pour le reste de la visite », a-t-il ajouté.

Pays le plus endeuillé par la pandémie, les États-Unis ont déploré plus de 94 000 décès dus au virus, selon le comptage de l’université Johns Hopkins, qui fait référence. Donald Trump a annoncé jeudi une mise en berne pendant trois jours, de vendredi à dimanche, des drapeaux flottant sur les édifices fédéraux américains pour honorer la mémoire des morts du coronavirus. Le président républicain a aussi annoncé une mise en berne des drapeaux lundi pour le « Memorial Day », ce jour férié où les Américains célébreront la mémoire des militaires tombés au combat.

Le point.fr

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire