Mo Ibrahim se prononce sur la crise à la Banque Africaine de Développement

La BAD traverse depuis quelques mois une crise de gouvernance partie de 16 allégations d’un groupe de lanceurs d’alertes mettant en cause son président, le Nigerian Akinwumi Adesina. En réaction au rapport du comité d’éthique qui avait dans un premier temps blanchi le président de la BAD, l’administration américaine avait exigé une enquête indépendante sous la conduite d’un cabinet aux standards internationaux. En fin de semaine dernière, le Bureau des gouverneurs presidé par l’Ivoirienne Kaba Nialé, par ailleurs actuelle ministre du Plan et du Développement de la Côte-d’Ivoire, a opté pour “une revue indépendante du rapport du comité d’éthique”, entre deux et quatre semaines, sous la direction d’une personnalité de haut rang, connue pour son intégrité.

Le milliardaire soudanais, Mo Ibrahim, mécène du prix qui porte son nom, dédié à la bonne gouvernance et à l’alternance démocratique sur le continent africain, a apporté son point de vue sur cette crise qui couve à la Banque Africaine de Développement (BAD) dans un entretien à la Deutsche Welle.

“Je pense que nous devons avoir un processus approprié. Bien sûr, la gouvernance est très importante. Je ne suis pas au courant du détail des allégations, donc je ne sais pas si ces allégations sont vraies ou non parce que je n’ai pas vu cela ou parler à aucun côté là-bas“

“Je comprends que les États-Unis demandent une enquête indépendante – très bien. Ayons alors un processus indépendant et crédible et agissons en conséquence, car la Banque africaine de développement est très importante pour l’Afrique, surtout en ce moment où vous ne pouvez pas la paralyser. Nous devons régler ce problème très rapidement afin que la banque puisse continuer à s’acquitter de sa tâche et de sa mission“.

“C’est au conseil d’administration et aux actionnaires d’en décider.”

“Nous devons sauvegarder l’intégrité de l’institution. Il ne s’agit pas de personnalités. Ce n’est pas une question de nationalité. Il ne s’agit pas d’individus. Il s’agit du processus. Nous devons avoir le bon processus pour aller de l’avant. Nous avons besoin de tout le monde pour se calmer et y faire face avec professionnalisme et intégrité“.

“Nous ne pouvons pas parler de souveraineté si nous ne voulons pas mettre nos mains dans nos poches et financer la banque. Nous, Africains, aimons beaucoup parler de souveraineté, mais quand nous en arrivons au prix de la souveraineté, nous ne voulons pas payer. Pourquoi? Tout pays africain est invité à devenir un actionnaire majeur. Montrez-moi votre argent – aussi simple que cela. Même l’UA, jusqu’à récemment, 95% de notre budget opérationnel était soutenu par l’Union européenne. Et bien sûr, c’était un gros problème et le président Kagame essayait de pousser les pays africains à accroître leurs contributions parce que c’est une façon de parler de souveraineté“.

“Si nous voulons une zone de libre-échange africaine avec une UA forte, nous devrons y contribuer. Nous ne pouvons pas rester là et demander aux gens de venir financer l’UA, de venir financer l’Afrique. Nous devrions montrer l’exemple si nous parlons de souveraineté, d’unité africaine, de fierté africaine pour être honnête”.

Avec FinancialAfrik

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire