Note « confidentielle » Côte-d’Ivoire: Menace du Groupe armé terroriste (GAT) élevée sur Abidjan et le reste du pays

Niveau risque pays 3

Zone impactée Kafolo (région du Tchologo, Nord)
Niveau risque incident 4

Dans la nuit du 10 au 11 juin, des terroristes ont attaqué un poste mixte de la gendarmerie et de l’armée ivoirienne dans le village de Kafolo, localité frontalière au Burkina-Faso. 13 morts (11 militaires, 1 gendarme et 1 assaillant) et 6 blessés ont été dénombrés. 2 gendarmes sont également portés disparus. Les assaillants seraient en provenance du Burkina-Faso.

ANALYSE

L’attaque de Kafolo est la première attaque terroriste sur le sol ivoirien depuis l’attentat de Grand Bassam en mars 2016 revendiqué par AQMI.

Cette attaque est probablement une riposte des combattants du Groupe Armé Terroriste (GAT) « Katiba Macina » dirigée par le malien Amadou Koufa et affiliée au GSIM (Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans), une branche d’AQMI.

publicité

Elle intervient en réaction à l’opération de démantèlement d’une cellule terroriste initiée conjointement par les armées ivoirienne et burkinabé à la frontière ivoiro-burkinabé (13/05).

Cette opération militaire dénommée « Comoé » avait permis de détruire une base de «la Katiba Macina » dans la localité d’Alidougou (Sud-Ouest du Burkina-Faso). 8 terroristes avaient été tués et 38 autres avaient été interpellés (24 au BF et 14 en RCI).

Cela démontre que, plus d’un an après le début de l’infiltration du Nord ivoirien, les éléments des GAT disposent désormais d’un réseau d’informateurs et de capacités suffisantes pour mener des raids contre des cibles ivoiriennes.

L’attaque de Kafolo représente un tournant dans la mesure où ce sont les premiers combats armés sur le territoire ivoirien.

De nouvelles opérations militaires ivoiriennes ou conjointes avec les forces burkinabè devraient avoir lieu prochainement pour poursuivre la neutralisation des combattants djihadistes implantés dans la zone frontalière.

Le risque de nouvelles représailles ou offensives de la part des GAT demeure élevé dans la zone frontalière ivoiro-burkinabé.

La menace terroriste est par conséquent également plus forte à Abidjan et dans les grandes villes du pays.

RECOMMANDATIONS

Eviter tout déplacement dans le Nord de la Côte d’Ivoire frontalier du Burkina Faso, en particulier dans les régions du Tchologo (Kong, Ouangolodougou, Ferkéssédougou) et du Bounkani (Bouna, Doropo, Nassian, Téhini, Bolè).

Solliciter une escorte si déplacement impératif.
Vigilance accrue dans les lieux exposés sur Abidjan (hôtels, restaurants, centres commerciaux, plages).

Ambassade de France, Abidjan

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

5 commentaires sur “Note « confidentielle » Côte-d’Ivoire: Menace du Groupe armé terroriste (GAT) élevée sur Abidjan et le reste du pays

  1. « CHAQUE BAMBOU DE CHINE NAÎT AVEC SON TROU DEDANS »
    C’est en représailles à un soutien de l’Etat ivoirien que la paisible cité balnéaire de Bassam a été attaquée. Et pour une raison qui m’échappe, nous avons remis le couvert avec l’opération Comoé. Yako aux braves populations du Burkina et du Mali, mais quiconque a réellement vécu les affres de la sale guerre livrée à notre pays, se demande si ce n’est pas un « juste » retour du bâton pour ceux qui ont abrité, nourri, logé, blanchi, soutenu, entraîné et armé la rébellion qui est venue planter le glaive dans le sein de la mère-patrie en 2002. Parce qu’à bien regarder les événements de la zone sahélienne, tout indique une action de revendication de territoire de ceux qu’on présente comme « djihadistes » et « terroristes ».

    En effet, voilà des terroristes qui ne veulent rien, qui ne disent rien, qui ne réclament et ne revendiquent rien. Juste la mort aveuglément distribuée pour des raisons inconnues au Burkina Faso, au Mali, et au Niger. Curieusement 3 pays couverts par le peuple touareg. M’étonnerait pas que ce peuple, qui avait un temps réclamé un vaste territoire s’étendant sur les 3 pays cités plus haut, plus une partie de l’Algérie… m’étonnerait donc pas que ce soient eux. Et c’est dans ce nid de frelons de pays qui encouragèrent naguère une rébellion, que notre pays est allé se fourrer ! Alors comme ça, la rébellion qui fut une bonne chose hier, est devenue une mauvaise aujourd’hui ? Quand nous nous mêlons d’affaires qui ne nous concernent en rien nous nous exposons aux représailles. Si certains pensent être redevables à des Etats pour soutien apporté à leur rébellion, et bien qu’ils aillent le manifester en personne sans exposer la vie du citoyen lambda qui en a suffisamment bavé ces 2 dernières décennies.

    Si on va donner un coup de gourdin dans la ruche, faut-il s’étonner que les abeilles en sortent nous piquer ? Comme le disait un acteur du téléfilm à succès de mon enfance « Wari Bana », vu sur Télé Pour Tous, « chaque bambou de chine naît avec son trou dedans ».

  2. @Coigny tu es pitoyable et incurable dans ta schizophrénie.
    Comme ça le Nigeria, le Cameroun, le Niger, le Benin,l’Afrique du Sud etc pour ne pas citer d’autres pays se sont mêlés à quoi pour être victime d’une attaque terroriste??
    Sort de ton nombrilisme cher frère pour mieux comprendre l’objectif réel de cette mouvance extrémiste islamique.
    À chacun sa lorgnette !!

  3. Pour ta gouverne @Coigny, La Côte-d’Ivoire a été victime de sa première attaque terroriste en Mars 2016 à Bassam et c’est seulement en Mai 2017 que le premier contingent militaire Ivoirien s’est déployé au Sahel au Mali pour participer à lutte contre le terrorisme.
    Sur ce je te laisse patauger dans ta haine viscérale démesurée et illimitée contre le pouvoir en place.
    À chacun sa lorgnette !!

  4. @Quoi,
    Va falloir un peu étoffer et varier la réthorique de la haine, elle a vécu. Pour ton information, je te livre cet article de l’Intelligent d’Abidjan publié le mercredi 16 mars 2016 :

    Dans un communiqué publié sur le site, le centre de surveillance des sites internet islamiques, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) révèle la véritable raison de l’attaque terroriste de Grand-Bassam, survenue le dimanche 13 mars 2016 et qui a fait plus d’une vingtaine de morts et plusieurs blessés.
    Selon Aqmi ‘’ l’attentat de dimanche en Côte d’Ivoire est une réponse à l’opération antijihadiste au sahel menée par la France’’. Et de poursuivre : « L’attaque de dimanche fait partie d’un plan visant des foyers croisés et leur lieux de rassemblement ». La Côte d’Ivoire a été aussi visée POUR AVOIR LIVRÉ QUATRE MEMBRES D’AQMI AUX AUTORITÉS MALIENNE, selon toujours le communiqué. Aqmi affirme que l’attaque a été menée par trois hommes : Hamza al-Fulani, Abdul Rahman, et Abou Adam al- Ansari, sans toutefois mentionner leur nationalité. Pour rappel, les terroristes ont perpétré des attaques simultanées sur la plage aux abords des hôtels Etoile du Sud, Koral Beach et la paillote. Le bilan communiqué par le Gouvernement vingt-quatre heures après, fait état de 18 morts dont 3 éléments des forces de l’ordre contre 3 agresseurs neutralisés. L’agression a été revendiquée par le mouvement Mourabitoune de l’algérien Mokhtar Belmokhtar affillié à Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb Islamique).

  5. . « La Côte d’Ivoire a été aussi visée POUR AVOIR LIVRÉ QUATRE MEMBRES D’AQMI AUX AUTORITÉS MALIENNE » 
    Tu es sérieux dans ta démonstration aussi lapidaire qu’insensée.Qu’aurait dû faire un état sérieux quand des terroristes connus tuant des civils dans un pays tiers ou voisin circulent librement en Côte-d’Ivoire??
    À te comprendre notre pays devrait dérouler le tapis rouge à ces individus et être la base arrière du terrorisme.
    Je comprends mieux l’expression de mon frère
    @Mantape que le FPI a été une calamité et escroquerie morale pour notre pays avec un gouvernement conçu dans une chiotte.
    À chacun sa lorgnette !!

Laisser un commentaire